UNE VOIX QUI RASSEMBLE Porte-parole principal de la
FRANCOPHONIE CANADIENNE dans neuf provinces et trois territoires
  • AAA
  • Print

Communiqués 2013

7 novembre 2013
Rapport annuel du commissaire Fraser : les langues officielles un dommage collatéral de la décentralisation et des compressions budgétaires  English version

5 novembre 2013
Le gouvernement du Canada et la FCFA célèbrent la première Semaine nationale de l'immigration francophone  English version

30 octobre 2013
Plus de 100 activités au programme de la première Semaine nationale de l'immigration francophone

24 octobre 2013
Jugement sur le projet de réforme du Sénat : gain de cause pour la FCFA devant la Cour d'appel du Québec  English version

15 octobre 2013
Immigration francophone : une table de concertation nationale au service des immigrants, de leurs familles et des communautés qui les accueillent

10 octobre 2013
Données du PEICA sur la littératie et la numératie des Canadiens et des Canadiennes : premier coup d'oeil en 10 ans sur les compétences des adultes francophones

3 octobre 2013
Tournée pour informer les employeurs sur le recrutement en français à l'étranger : un succès inégalé pour les communautés et leurs partenaires  English version

24 septembre 2013
Rapport du commissaire Fraser sur les transferts en matière de langues officielles : une étude trop limitée, un rapport décevant

16 septembre 2013
Tournée de liaison à l'intention des employeurs : recruter en français, un scénario gagnant-gagnant pour les employeurs et les communautés  English version

12 septembre 2013
Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée de la dualité linguistique

21 août 2013
Accès à la justice dans les deux langues officielles : les francophones égaux?

8 août 2013

ACCENTS et TV5-Unis - Réaction mitigée face à la décision du CRTC

1er août 2013

La FCFA salue le retour de la cloche de Batoche au peuple Métis

15 juillet 2013
Remaniement ministériel : des alliés de la francophonie dans des postes-clef

3 juillet 2013
Transaction BCE-Astral : des retombées pour les francophones, mais le besoin pour la chaîne Accents demeure entier

27 juin 2013
Le projet de loi C-419 adopté par le Sénat : une victoire pour l'égalité des deux langues officielles au gouvernement

18 juin 2013
38e assemblée générale annuelle : deux ans de plus pour la "citoyenne" Marie-France Kenny

14 juin 2013
La FCFA remet son prix Boréal 2013 au journal La Liberté

28 mai 2013
Renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada : des gains tangibles pour les communautés francophones et acadiennes

23 mai 2013
Campagne du NPD pour l'abolition du Sénat : il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, dit la FCFA

28 mars 2013
Nouvelle Feuille de route pour les langues officielles : un engagement positif, mais une analyse détaillée s'impose

27 mars 2013
Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion du centenaire du quotidien Le Droit

21 mars 2013
Première réaction de la FCFA au budget fédéral 2013 - nouvelle Feuille de route pour les langues officielles, détails à venir

13 mars 2013
Tournée pour informer les employeurs sur le recrutement en français à l'étranger : mission accomplie pour la FCFA et les réseaux en immigration francophone

8 mars 2013
Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée internationale de la femme

6 mars 2013
Le Premier Ministre propose de reconduire Graham Fraser dans ses fonctions : de la stabilité dans une période de transformation, dit la FCFA

21 février 2013
Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle


 Rapport annuel du commissaire Fraser : les langues officielles un dommage collatéral de la décentralisation et des compressions budgétaires

Ottawa, le 7 novembre 2013 - Pour la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, le rapport annuel du commissaire aux langues officielles, publié ce matin, montre à quel point les langues officielles dans l’appareil fédéral ont souffert à la fois d’un mouvement de décentralisation et des rondes successives de compressions budgétaires au cours des dernières années. La FCFA voit dans le rapport plusieurs indices qui confirment une grave dérive en termes de respect des obligations linguistiques des institutions fédérales.

« Comme le commissaire, nous n’avons jamais senti que les langues officielles étaient une cible spécifique dans la lutte au déficit; toutefois, le respect des obligations linguistiques et la promotion du français et de l’anglais dans l’appareil fédéral sont devenus des dommages collatéraux, déplore la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. On a trop souvent négligé de prendre conscience des impacts sur les langues officielles, et dans certains cas on a même réduit les obligations linguistiques ».

On dénote dans le rapport du commissaire, par exemple, une diminution importante du nombre de postes dans la fonction publique pour lesquels un haut niveau de bilinguisme est exigé, et une augmentation équivalente du nombre de postes où une connaissance moins poussée du français et de l’anglais est acceptée. Au chapitre de l’offre active en personne dans les deux langues officielles, plusieurs institutions fédérales affichent une note moins qu’impressionnante, et dans le cas de certains aéroports, la situation a empiré entre 2008 et 2012. Enfin, comme l’indique M. Fraser, les institutions fédérales sont de plus en plus tentées d’avoir recours à des tiers pour réduire leurs coûts d’exploitation, mais elles font peu pour assurer le respect des clauses linguistiques dans leurs ententes avec ces derniers.

« D’une part, dans plusieurs cas, les institutions fédérales n’ont plus ou n’allouent plus les ressources pour assurer le respect de leurs obligations linguistiques; d’autre part, au cours des dernières années, on a voulu décentraliser et responsabiliser chaque institution. On voit le résultat : la décentralisation a résulté en une dérive », indique Mme Kenny.

La FCFA estime essentiel que le Premier Ministre intervienne personnellement pour freiner cette dérive et exiger des résultats des institutions fédérales en matière de mise en œuvre de la Loi sur les langues officielles.  

La Fédération presse également le commissaire aux langues officielles de procéder à des vérifications quant à l’impact des compressions budgétaires sur le respect des obligations linguistiques au sein des institutions fédérales. « Dans son rapport, M. Fraser souhaite que le gouvernement fasse preuve de leadership. C’est bien, mais il faut qu’il aille plus loin. Il importe que le commissaire, dans son nouveau mandat de trois ans, utilise tous les outils à sa disposition pour savoir ce qui s’est passé et inciter les institutions fédérales à corriger le tir », déclare Mme Kenny.  

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 Commissioner Fraser's annual report - Official Languages a Collateral Damage of Decentralization and Budget Cuts

November 7, 2013 - For the Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, the annual report tabled this morning by Commissioner Graham Fraser clearly demonstrates the extent to which official languages within the federal government have suffered as the result of both a move toward decentralization as well as successive rounds of budget cuts in the last few years. The FCFA also sees in the Commissioner’s report signs that as a whole, compliance of federal institutions with their language obligations has gone adrift.    

“Like the Commissioner, we have never felt that official languages were a specific target in the efforts to reduce the deficit; however, language obligations and the promotion of English and French within the federal government have become collateral damage,” says FCFA President Marie-France Kenny. “The impacts on official languages were too often not taken into account, and in some cases the scope of language obligations has even been reduced.”

For example, the Commissioner’s report shows a significant decrease of the number of public service positions requiring high-level bilingual proficiency, and a corresponding increase of the number of positions requiring a lower level of proficiency. Several federal institutions perform poorly in terms of verbal active offer in both official languages and, in the cases of some airports, the situation has worsened between 2008 and 2012. Furthermore, as Mr. Fraser points out, federal institutions are increasingly tempted to reduce their operating costs by relying on third parties. However, those institutions often do little to ensure compliance with language clauses by these third parties.  

“On the one hand, in many cases federal institutions no longer have or budget the resources to ensure that they are in full compliance with their language obligations; on the other hand, there has been in the last few years a move to decentralize and confer more responsibility to each institution. This decentralization has caused a significant drift,” explains Ms. Kenny.

The FCFA believes the time is right for the Prime Minister to personally intervene to put a stop to this drift and demand results from federal institutions in terms of the implementation of the Official Languages Act.  

The Fédération is also urging the Commissioner of Official Languages to undertake audits regarding the impact of successive budget cuts on the ability of federal institutions to carry out their language obligations. “In his report, Mr. Fraser invites the government to show leadership. While this is laudable, the Commissioner must go one step further during his new three-year term and make use of all the tools at his disposal to find out exactly what happened and ensure that federal institutions take corrective action,” points out Ms. Kenny. 

The FCFA is a national organization that includes Francophone representative associations of nine provinces and the three territories, as well as nine national organizations. Its role is to defend and promote the rights and interests of the French-speaking population outside Quebec. 

- 30 -

Serge Quinty, Communications Director
FCFA du Canada
Tel.: (613) 241-7600
Cell.: (613) 286-4820

Retour

 Le gouvernement du Canada et la FCFA célèbrent la première Semaine nationale de l'immigration francophone

Ottawa, le 5 novembre 2013 – Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada, Chris Alexander, et la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, sont fiers de souligner la première Semaine nationale de l’immigration francophone, qui se déroule du 3 au 9 novembre.

En 2012, le Canada a accueilli 3 685 immigrants francophones en situation minoritaire, une augmentation de 4 % comparativement à l’année 2011. « Le nombre d’immigrants francophones en situation minoritaire augmente chaque année depuis 2006 et nous continuerons de promouvoir les initiatives pour renforcer la francophonie canadienne, a déclaré Chris Alexander. Les francophones d’un océan à l’autre ont l’occasion de célébrer avec leurs pairs une culture qui est vivante, unique et déterminante dans l’identité nationale de notre pays. »

Des centaines d’activités ont lieu partout au pays cette semaine afin de mettre en valeur la contribution des immigrants d’expression française au dynamisme des communautés de langue française vivant en situation minoritaire au pays.

 « Pour nous, les immigrants, ce sont des individus et des familles qui contribuent à la prospérité de nos communautés; ils sont des entrepreneurs et des professionnels qui occupent des fonctions clés dans nos organismes francophones, ils sont nos enseignants, nos médecins et nos agents de développement. Mais surtout, ils participent pleinement à la vie de nos communautés en français; ils ont fait de nous une francophonie plurielle, et nous en sommes fiers », a déclaré la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

L’immigration joue un rôle prépondérant dans l’épanouissement des communautés francophones en situation minoritaire. « Notre gouvernement continuera à attirer les immigrants francophones les plus brillants pour faire en sorte que toutes les communautés francophones du Canada soient florissantes, a ajouté Chris Alexander. Le renforcement de ces communautés francophones s’inscrit dans notre plan pour assurer la croissance économique et la prospérité durable dans l’ensemble du pays. »

« On dit souvent que ça prend un village tout entier pour élever un enfant. De la même façon, ça prend une communauté tout entière pour accueillir un immigrant. À cet égard, au cours de la dernière décennie, nos collectivités ont pris l’initiative et mis en place une variété de réseaux, de services et de structures pour appuyer les immigrants et leurs familles », a souligné Mme Kenny.

La population canadienne est invitée à prendre connaissance des nombreuses activités qui ont lieu au cours de la Semaine nationale de l’immigration francophone en visitant le site www.fcfa.ca.

La Semaine nationale de l’immigration francophone est une initiative de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et des Réseaux en immigration francophone (RIF). Elle est réalisée grâce à l’appui financier de Citoyenneté et Immigration Canada et à la participation de plusieurs partenaires.

Bâtir un Canada plus fort : Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) contribue au progrès économique, social et culturel du Canada, et veille à la sécurité des Canadiens tout en gérant l'un des programmes d'immigration les plus vastes et les plus généreux du monde.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Direction générale des communications
Citoyenneté et Immigration Canada
Tél. : (613) 952-1650
CIC-Media-Relations@cic.gc.ca

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 The Government of Canada and the FCFA celebrate the first National Francophone Immigration Week

Ottawa, November 5, 2013 – Chris Alexander, Canada’s Citizenship and Immigration Minister, and Marie‑France Kenny, President of the Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), are pleased to be celebrating the first National Francophone Immigration Week, which takes place from November 3-9.

Canada welcomed 3,685 Francophone minority immigrants in 2012, which is a 4 % increase over 2011. “We have seen a consistent annual increase in the number of Francophone minority immigrations since 2006 and we will continue to promote initiatives to strengthen Canada’s Francophonie,” said Alexander. “This is an opportunity for Francophones across the country to come together and celebrate their unique culture—a culture that continues to flourish and to define Canada’s national identity.”

Hundreds of activities are being held in Canada this week to celebrate the role that Francophone immigrants play in helping to make French-speaking minority communities in our country the dynamic environments that they are.

“For us, immigrants are individuals and families who contribute to the prosperity of our communities; they are business people and professionals who hold key positions in our Francophone organizations; they are our teachers, our doctors, and our agents for development. Most importantly, they are active participants in our Francophone communities and have created a diverse Francophone community of which we are very proud,” said Marie‑France Kenny, President of the FCFA.

Immigration plays a decisive role in fostering the development of Francophone minority communities. “Our government will continue to attract the best and brightest Francophone immigrants to make sure Francophone communities flourish across Canada,” said Alexander. “Reinforcing these Francophone communities is part of our plan for economic growth and long-term prosperity throughout the country.”

“It is often said that it takes a village to raise a child. Well, it also takes a community to welcome an immigrant. This is why, over the last decade, our communities have taken the initiative and set up a number of networks, services and structures to support immigrants and their families,” added Mrs. Kenny.

The people of Canada are invited to check out the many activities that are being held during National Francophone Immigration Week by visiting the website at www.fcfa.ca.

National Francophone Immigration Week is an initiative of the Fédération des communautés francophones et acadienne of Canada and the Francophone Immigration Networks. This week is made possible through financial support from Citizenship and Immigration Canada and the participation of many partners.

Building a stronger Canada: Citizenship and Immigration Canada (CIC) strengthens Canada’s economic, social and cultural prosperity, helping ensure Canadian safety and security while managing one of the largest and most generous immigration programs in the world.

The FCFA of Canada is a national organization that encompasses advocacy associations in nine provinces and three territories, and ten national organizations. The FCFA’s mandate is to defend and promote the rights and interests of Francophones outside Quebec.

- 30 -

Communications Branch
Citizenship and Immigration Canada
Tel.: (613) 952-1650
CIC-Media-Relations@cic.gc.ca

Serge Quinty, Communications Director
FCFA du Canada
Tel.: (613) 241-7600
Cell.: (613) 286-4820

Retour

 Plus de 100 activités au programme de la première Semaine nationale de l'immigration francophone

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est fière de dévoiler ce matin la programmation de la toute première Semaine nationale de l’immigration francophone, qui aura lieu du 3 au 9 novembre. Par le biais de plus de 100 activités, les collectivités de langue française vivant en situation minoritaire partout au pays célèbreront la contribution des immigrants à leur vitalité et à leur dynamisme.

« Nous avons lancé une invitation à une grande variété d’intervenants pour qu’ils organisent des activités pour célébrer la Semaine, et la réponse dépasse nos attentes. Ce qui est frappant, surtout, c’est la grande variété des activités au programme : on y trouve tant des rencontres à caractère multiculturel que des ateliers de formation ou de sensibilisation et des activités sociales ou économiques », souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

On peut consulter le calendrier des activités de la Semaine sur le Portail de l’immigration francophone, à l’adresse www.immigrationfrancophone.ca, ou sur le site Web de la FCFA, www.fcfa.ca. La Fédération invite également la population à suivre la Semaine sur Facebook (www.facebook.com/immfrancophone) et sur Twitter (@FCFAimmigration).

 

« Ceux et celles qui consulteront le calendrier des activités verront à quel point cette Semaine sera réellement pancanadienne. Des activités ont lieu partout au pays, de Terre-Neuve-et-Labrador au Yukon, et j’invite les membres de nos communautés à y participer et à en profiter pour prendre conscience de l’extraordinaire richesse que les immigrants de langue française apportent à nos communautés », déclare Mme Kenny.

« L’immigration est l’un des principaux facteurs contribuant à préserver la vitalité et le développement des communautés francophones », déclare Chris Alexander, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada. « En appuyant ces initiatives, notre gouvernement favorise l’épanouissement de la culture francophone dans l’ensemble de notre pays tout en accueillant les nouveaux arrivants. Ceux-ci contribuent à renforcer notre économie et nos communautés. »

La Semaine nationale de l’immigration francophone est une initiative de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et des Réseaux en immigration francophone (RIF). Elle est réalisée grâce à l’appui financier de Citoyenneté et Immigration Canada et à la participation de plusieurs partenaires. La FCFA tient à souligner également la Semaine de l’immigration francophone en Atlantique, qui en est à sa deuxième édition cette année et se tient en même temps que la Semaine nationale de l’immigration francophone.   

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Jugement sur le projet de réforme du Sénat : gain de cause pour la FCFA devant la Cour d'appel du Québec

Ottawa, 24 octobre 2013 - La Cour d’appel du Québec a reconnu le bien-fondé des arguments de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, en statuant que toute réforme du Sénat doit impérativement passer par une modification constitutionnelle. Il s’agit là d’un des principaux points mis de l’avant par la Fédération lorsqu’elle a comparu devant la Cour à titre d’intervenante, le mois dernier, pour faire valoir l’importance du Sénat pour la protection des minorités linguistiques au pays.

Dans leur jugement rendu ce matin, les cinq juges de la Cour d’appel insistent sur l’importance de respecter les ententes successives qui, de 1867 à 1982, ont façonné la Constitution canadienne. La Cour rappelle le principe de suprématie de la Constitution et indique clairement que toute tentative de contournement permettrait de nier les protections établies par celle-ci.

« Ce que la Cour d’appel dit, c’est qu’il faut respecter non seulement la lettre mais aussi l’esprit des garanties constitutionnelles. Or, de façon générale, ces garanties favorisent la protection des minorités », déclare la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

D’autre part, en insistant sur le respect de l’esprit des ententes qui ont façonné la Constitution au cours du dernier siècle et demi, la Cour valide l’argumentation de la FCFA à l’effet que le Sénat a acquis la fonction de garantir une représentation aux minorités francophones dans le système parlementaire canadien. « À preuve, il existe une tradition bien établie et respectée par presque tous les premiers ministres depuis Sir John A. Macdonald de nommer des francophones de nos communautés au Sénat », indique Mme Kenny.    

La FCFA interviendra également devant la Cour suprême du Canada, le 13 novembre prochain, dans le cadre du renvoi du gouvernement fédéral concernant la réforme du Sénat. De tout temps, les sénateurs francophones ont joué un rôle politique important dans la défense des droits et des intérêts de leurs communautés respectives, ainsi que dans la promotion de projets de loi sur les langues officielles ou dans la présentation de modifications législatives favorables au statut du français.

 La Fédération rappelle qu’elle n’est pas opposée à une réforme du Sénat, mais estime que celle-ci doit se faire par voie de modification constitutionnelle et d’une manière qui permette de protéger la représentation des communautés francophones et acadiennes à la Chambre haute. La FCFA s’oppose à l’abolition du Sénat. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 Senate Reform: Court of Appeal of Quebec Sides With FCFA on Key Points

Ottawa, October 24, 2013 - In stating that any type of Senate reform must be carried out via a constitutional amendment, the Court of Appeal of Quebec has recognized the value of the arguments presented by the Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. The FCFA appeared before the Court as an intervener, last month, to underline the importance of the Senate for the protection of Canada’s linguistic minorities.

In the decision rendered this morning, the five judges of the Court of Appeal focus on the importance of respecting the successive agreements that shaped the Canadian Constitution from 1867 to 1982. The Court also reiterates the principle of constitutional supremacy and clearly states that any attempt to circumvent the Constitution would result in negating the protections guaranteed by it.

“In essence, the Court of Appeal of Quebec is saying both the spirit and the letter of the constitutional guarantees have to be respected,” comments FCFA President Marie-France Kenny. “Generally, those guarantees favour the protection of minorities.”

Furthermore, by insisting on the need to respect the spirit of the various agreements that have shaped the Constitution during the last 150 years, the Court is validating the FCFA’s position that the Senate has gained the role of guaranteeing French-speaking minorities a representation in the Canadian parliamentary system. “There is a well-established tradition, respected by almost all Prime Ministers since Sir John A. Macdonald, to appoint Francophone Senators from our communities,” points out Ms. Kenny.

The FCFA is due to appear before the Supreme Court of Canada on November 13 as an intervener in the federal government’s reference on Senate reform. Francophone Senators have always played an important political role in the defence of the rights and interests of the communities they represented, as well as in the promotion of bills regarding official languages and the introduction of legislative amendments favouring the status of French.

The FCFA maintains that it is not opposed to reforming the Senate, as long as it is carried out through a constitutional amendment and in a way that protects the representation of Francophone minority communities in the Upper Chamber. The FCFA is opposed to the abolition of the Senate.

The FCFA is a national organization that includes Francophone representative associations of nine provinces and the three territories, as well as nine national organizations. Its role is to defend and promote the rights and interests of the French-speaking population outside Quebec. 

- 30 -

Serge Quinty, Communications Director
FCFA du Canada
Tel.: (613) 241-7600
Cell.: (613) 286-4820

Retour

Immigration francophone : une table de concertation nationale au service des immigrants, de leurs familles et des communautés qui les accueillent

Ottawa, 15 octobre 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est heureuse d’annoncer la formation de la Table nationale de concertation communautaire en immigration francophone. Cette nouvelle structure, qui pilotera l’ensemble des efforts des collectivités de langue française dans neuf provinces et trois territoires pour attirer, recruter, accueillir et intégrer des nouveaux arrivants, tiendra sa première rencontre le mois prochain.

La Table nationale sera présidée par Ibrahima Diallo, du Manitoba, qui occupait récemment les fonctions de co-président communautaire de l’ancien comité conjoint gouvernements-communautés sur l’immigration francophone. Les autres membres sont :

  • Suzanne Bossé, Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada
  • Daniel Boucher, Société franco-manitobaine (SFM)
  • Gaël Corbineau, Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL)
  • Alain Dobi, Réseau de soutien à l’immigration francophone du Centre-Sud-Ouest de l’Ontario;
  • Geneviève Doyon, Réseau en immigration francophone du Yukon
  • Jocelyne Lalonde, Association des universités de la francophonie canadienne (AUFC) et Consortium national de formation en santé (CNFS)
  • Jean Léger, Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada)
  • Moussa Magassa, membre provenant des communautés ethnoculturelles (Colombie-Britannique)
  • Denis Perreaux, Association canadienne-française de l'Alberta
  • Christophe Traisnel, Université de Moncton
  • Franklin Leukam Weledji, membre provenant des communautés ethnoculturelles (Ontario)

« Le comité de sélection a fait un travail remarquable pour former un groupe composé d’individus qui possèdent l’expérience, la connaissance et l’engagement nécessaires. Nous avons là une bonne représentation des diverses régions et des intervenants du continuum recrutement-accueil-intégration. Nous avons créé une Table qui fera un bon travail au bénéfice des immigrants, de leurs familles et des communautés qui les accueillent », indique la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

Le rôle de la Table nationale sera, notamment, d’identifier les enjeux et les priorités en matière d’immigration francophone, d’assurer l’arrimage des actions aux niveaux national, provincial/territorial et local et entre divers secteurs, et de fournir un portrait clair des réalités de l’immigration francophone telles qu’elles se vivent d’un bout à l’autre du pays. Elle fera aussi le lien entre les communautés et Citoyenneté et Immigration Canada.

La FCFA assume la concertation et la coordination nationale du dossier de l’immigration au sein des communautés francophones et acadiennes. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 Données du PEICA sur la littératie et la numératie des Canadiens et des Canadiennes : premier coup d'oeil en 10 ans sur les compétences des adultes francophones

Ottawa, 10 octobre 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada s’intéresse vivement aux données du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA), publiées mardi par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Ces données devraient permettre de dresser, pour la première fois en 10 ans, un portrait des forces et des faiblesses des francophones vivant en situation minoritaire en termes d’alphabétisme, de numératie et de capacité d’utilisation des nouvelles technologies.   

« Quand on parle de développement des communautés francophones et acadiennes, c’est essentiel de savoir où se situent nos citoyens en matière de compétences. Les données publiées cette semaine nous donnent une première esquisse fragmentaire, et nous savons que des données plus détaillées traitant spécifiquement des minorités linguistiques suivront dans les mois à venir », souligne la vice-présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier.  

Sans qu’il soit possible pour le moment de déceler des tendances ou de tirer des conclusions fermes, les données du PEICA permettent tout de même de constater que certains défis, au niveau des compétences des francophones, demeurent entiers. Les niveaux de littératie de ceux-ci sont notamment plus faibles que ceux des anglophones, notamment, au Nouveau-Brunswick et en Ontario.

D’autre part, bien que les données du PEICA montrent que le Canada est dans une position enviable au chapitre des compétences en technologies de l’information, les Canadiens qui travaillent dans les métiers, les domaines de la fabrication et de la transformation et les professions manuelles ont des capacités plus faibles de résolution de problèmes dans un environnement technologique. « On ne sait pas pour l’instant comment les francophones se situent à ce niveau, mais nous porterons une attention particulière à cela; on parle ici de notre capacité de participer pleinement à l’économie du savoir du XXIe siècle », indique Mme Lanthier.

Ces premiers constats montrent, selon la FCFA, l’importance pour les gouvernements fédéral et provinciaux/territoriaux de renforcer leur engagement en matière d’alphabétisation, de développement des compétences et d’éducation des adultes. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Tournée pour informer les employeurs sur le recrutement en français à l'étranger : un succès inégalé pour les communautés et leurs partenaires

Ottawa, 3 octobre 2013 - Au cours des dernières semaines, plus de 270 employeurs, représentants de municipalités et autres acteurs économiques ont reçu de l’information sur les avantages de recruter une main-d’œuvre francophone et bilingue à l’étranger. Voilà les résultats préliminaires de la tournée de liaison coordonnée, du 16 au 30 septembre, par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et plusieurs partenaires.

Au fil de 10 sessions d’information en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et aux Territoires du Nord-Ouest, les participants intéressés à recruter des travailleurs qualifiés à l’étranger ont pu rencontrer des représentants d’ambassades du Canada à l’étranger, des services publics de l’emploi spécialisés en mobilité internationale et d’autres intervenants du domaine de l’immigration.

« Le recrutement d’immigrants de langue française qui s’installeront dans nos communautés pour y prospérer passe en bonne partie par la sensibilisation et la mobilisation continue des employeurs, tant francophones qu’anglophones, déclare la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. À cet égard, nous sommes très heureux du taux de participation aux sessions d’information. C’est signe que comme nous, les employeurs voient la valeur ajoutée d’une main-d’œuvre qui possède le français et l’anglais ».

Il s’agit de la deuxième tournée du genre coordonnée par la FCFA et ses partenaires cette année. La première a eu lieu en février-mars dans les provinces de l’Atlantique et en Ontario.

« Ce qu’on a vu dans les deux tournées, c’est la diversité des secteurs d’activités : plusieurs employeurs ont participé aux sessions d’information munis de besoins concrets dans des domaines comme les technologies de l’information, l’ingénierie, le tourisme, le transport, la construction, l’agro-alimentaire et la traduction », souligne Mme Kenny.

Cette tournée de liaison a été rendue possible grâce à un partenariat avec les ambassades du Canada en France, en Tunisie et au Maroc, et à l’appui de Citoyenneté et Immigration Canada. La FCFA en assumait la coordination avec les réseaux en immigration francophone (RIF). La FCFA tient également à souligner la collaboration d’autres partenaires qui ont contribué au succès de cette tournée, soit notamment les réseaux de développement économique et d’employabilité (RDÉE) et les gouvernements provinciaux et territoriaux.  

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Networking Tour on International Recruitment of French-Speaking Skilled Workers: Francophone Communities and their Partners Achieve Significant Success

Ottawa, October 3, 2013 - Over the past few weeks, more than 270 employers, representatives of municipalities and other key economic players received information on the benefits of recruiting French-speaking and bilingual skilled workers internationally, making a networking tour coordinated by the Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada and various partners a significant success.

The tour featured a series of 10 information sessions held between September 16 and 30 in British Columbia, Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario and the Northwest Territories. Employers interested in recruiting skilled workers abroad had the opportunity to meet and discuss with representatives of Canada’s embassies, the public employment services specialized in international employment, and other immigration sector experts.

“Attracting French-speaking newcomers to Canada’s Francophone minority communities requires a sustained promotion and awareness effort aimed at both French- and English-language employers,” says FCFA President Marie-France Kenny. “We are quite pleased with how popular the information sessions were; we see it as a sign that like us, employers see the added value of recruiting skilled workers who know both English and French.”

This is the second time that FCFA and its partners have organized such an event. The first networking tour took place in February and March in the Maritimes and in Ontario.

“Both tours drew employers representing a wide variety of sectors. This time around, we saw participants with concrete labour needs in areas such as information technologies, engineering, tourism, transport, construction, agri-food and translation,” explains Ms. Kenny.

This networking tour was made possible through a partnership with Canada’s embassies in France, Tunisia and Morocco and the financial support of Citizenship and Immigration Canada. It was coordinated by the FCFA and the réseaux en immigration francophone (Francophone immigration networks, RIF), with the collaboration of other partners such as the Réseaux de développement économique et d’employabilité (RDÉE) and the provincial/territorial governments. 

The FCFA is a national organization that includes Francophone representative associations of nine provinces and the three territories, as well as nine national organizations. Its role is to defend and promote the rights and interests of the French-speaking population outside Quebec. 

- 30 -

Serge Quinty, Communications Director
FCFA du Canada
Tel.: (613) 241-7600
Cell.: (613) 286-4820

Retour

Rapport du commissaire Fraser sur les transferts en matière de langues officielles : une étude trop limitée, un rapport décevant

Ottawa, 24 septembre 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) est déçue du rapport de vérification sur la reddition de comptes en matière de paiements de transferts aux provinces, publié ce matin par le commissaire aux langues officielles. Pour la FCFA, cette vérification, limitée aux seuls programmes de langues officielles dans trois ministères, est trop restreinte pour être véritablement éclairante.

« Mis à part les transferts reliés aux programmes de langues officielles, il y a des centaines de millions de dollars qui sont transférés aux provinces et territoires chaque année dans des secteurs comme la formation de la main-d’œuvre, avec des clauses linguistiques qui ne sont pas suffisamment musclées pour qu’on puisse en vérifier le respect. Dans d’autres secteurs comme la santé, on transfère des milliards sans condition aucune. Comment vérifie-t-on où vont les fonds publics dans ces transferts-là ? », déclare la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

L’enjeu du respect des obligations linguistiques des institutions fédérales lors de transferts de fonds aux provinces et territoires a pris une dimension très concrète, en 2011, lorsque le gouvernement de la Colombie-Britannique a éliminé le financement de cinq centres d’aide à l’emploi francophones. Ces centres avaient été créés et financés grâce à un appui financier de Ressources humaines et Développement des compétences (RHDCC).

« Ce qu’il nous faut, c’est un portrait clair de la reddition de compte en matière de langues officielles dans une grande variété de montants qui sont transférés aux provinces. Il nous faut une idée claire de comment ça se passe dans divers secteurs, d’une province à l’autre et d’un ministère à l’autre. Ce n’est pas ce qu’on a sous les yeux avec ce rapport », indique Mme Kenny.

Ceci dit, la FCFA apprécie que le rapport de vérification du commissaire mette en lumière certaines lacunes. Notamment, on y voit que Citoyenneté et Immigration Canada a encore beaucoup de travail à faire pour définir les exigences de reddition de comptes  sur les langues officielles dans ses ententes de transferts aux provinces, entre autres dans le cadre de programmes d’établissement et d’intégration pour les immigrants francophones. « On parle ici spécifiquement de transferts pour des programmes de langues officielles et CIC n’a pas donné les outils aux provinces pour rendre des comptes. Nous nous attendons à ce que le ministère définisse mieux ses exigences », souligne Mme Kenny.

D’autre part, à l’instar du commissaire, la Fédération est d’avis que Patrimoine canadien devrait inclure dans son plan de vérification les rapports financiers qu’il reçoit des provinces en ce qui a trait aux programmes de langues officielles. « En fait, toutes les institutions fédérales devraient procéder de la sorte. C’est une question de s’assurer que les fonds publics sont bien utilisés aux fins prévues », estime Mme Kenny. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 Tournée de liaison à l'intention des employeurs : recruter en français à l'étranger, un scénario gagnant-gagnant pour les employeurs et les communautés

English version

Ottawa, 16 septembre 2013 - Recruter en français à l’étranger, c’est gagnant : c’est ce que découvriront au cours des prochains jours des centaines d’employeurs francophones et anglophones dans les quatre provinces de l’Ouest, en Ontario et aux Territoires du Nord-Ouest. À l’occasion d’une tournée de liaison qui démarre aujourd’hui et se déroule jusqu’au 30 septembre, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, et une variété de partenaires s’unissent pour offrir aux employeurs la clé pour recruter une main-d’œuvre qualifiée francophone et bilingue à l’international.

« L’objectif de cette tournée, c’est de montrer aux employeurs à la recherche de main-d’œuvre qualifiée que nos communautés peuvent les aider en leur donnant les outils pour recruter des travailleurs qui possèdent les compétences qu’ils recherchent et, en plus, l’avantage compétitif de connaître le français, explique la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. Et comme l’objectif de notre côté est de recruter des immigrants de langue française qui s’installeront dans nos communautés, c’est un scénario gagnant-gagnant ».

Au fil d’une série de sessions d’information, les employeurs participants en apprendront davantage, notamment, sur les processus de recrutement de travailleurs temporaires ou permanents, les possibilités de recrutement en France, en Belgique, en Tunisie, au Maroc et dans d’autres pays de la Francophonie, les mesures mises en place par Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) pour faciliter et accélérer le recrutement de candidats internationaux francophones et bilingues. Ils auront l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des représentants d’ambassades du Canada à l’étranger, des services publics à l’emploi spécialisés en mobilité internationale et d’autres intervenants du domaine de l’immigration.

« C’est la deuxième fois cette année qu’une telle tournée a lieu, précise Mme Kenny. Plus d’une centaine d’employeurs ont participé à la première, qui a eu lieu en février-mars dans les provinces de l’Atlantique et en Ontario. Avec l’intérêt qu’on voit déjà chez les employeurs pour les sessions d’information cette fois-ci, nous nous attendons à des résultats très positifs ».

Cette tournée est rendue possible grâce à un partenariat avec les ambassades du Canada en France, en Tunisie et au Maroc et à l’appui de CIC. Elle est coordonnée par la FCFA et les réseaux en immigration francophone (RIF), en partenariat avec les réseaux de développement économique et d’employabilité (RDÉE), les gouvernements provinciaux et territoriaux et d’autres collaborateurs. 

Pour en savoir plus sur l’horaire de la tournée : www.fcfa.ca/tournee. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Recruiting French-speaking Foreign Workers a Win-Win for Employers and Communities

Ottawa, September 16, 2013 - In the coming days and until September 30, hundreds of employers in Western Canada, Ontario and the Northwest Territories will discover how recruiting French-speaking foreign workers can be a winning strategy for their business or organization. Thanks to the combined efforts of the Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada and a variety of partners, a two-week-long networking tour is getting under way today, with the aim of offering employers the key to hiring skilled, bilingual labour abroad.

“We want to show employers looking for skilled labour that Canada’s Francophone and Acadian communities can help them by providing the tools they need to recruit workers with the skills they are seeking, as well as a competitive advantage: knowledge of French,” explains FCFA President Marie-France Kenny. “This approach also contributes to our own goal, which is to recruit French-speaking immigrants for our communities; this is a win-win scenario.”

The tour will feature a series of information sessions during which employers will learn more, namely, about the recruitment process for temporary or permanent workers, recruitment opportunities in France, Belgium, Tunisian, Morocco and other Francophone countries, as well as Citizenship and Immigration Canada's initiatives to help employers attract and recruit international francophone and bilingual candidates through facilitated and accelerated processing. They will meet and discuss with representatives of Canada’s embassies, the public employment services in France and Belgium specialized in international employment and mobility, and other immigration sector experts.

“A first networking tour organized in February in March in the Maritimes and Ontario drew over 100 employers, and we’re already seeing a lot of interest from employers for the information sessions this time around. We are very confident that the results will be as positive for this tour,” says Ms. Kenny. 

The networking tour is made possible through a partnership with Canada’s embassies in France, Tunisia and Morocco and the financial support of Citizenship and Immigration Canada. It is coordinated by the FCFA and the French-language immigration networks (réseaux en immigration francophone, RIF), in partnership with the Réseaux de développement économique et d’employabilité (RDÉE), provincial and territorial governments and other partners.

For more information on the tour and the scheduled activities: www.fcfa.ca/tournee

The FCFA is a national organization that includes Francophone representative associations of nine provinces and the three territories, as well as nine national organizations. Its role is to defend and promote the rights and interests of the French-speaking population outside Quebec. 

- 30 -

Serge Quinty, Communications Director
FCFA du Canada
Tel.: (613) 241-7600
Cell.: (613) 286-4820

Retour

Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée de la dualité linguistique

Ottawa, 12 septembre 2013 - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, a émis la déclaration suivante à l’occasion de la Journée de la dualité linguistique, célébrée aujourd’hui dans la fonction publique fédérale :

« Certes, un des grands objectifs de la Journée de la dualité linguistique est de mettre en valeur l’usage des deux langues officielles au sein de la fonction publique fédérale. Mais dans une perspective plus globale, rappelons-nous que la dualité linguistique canadienne ne serait que fiction sans les gens qui, au quotidien, font rayonner le français dans chaque région du pays.

Si on peut réellement parler de dualité linguistique au Canada, c’est grâce à tous les citoyens et citoyennes qui se lèvent chaque matin déterminés à vivre en français et à transmettre cette langue à leurs enfants, tous ceux et celles qui font la file pour inscrire leurs enfants à l’école d’immersion, tous ceux et celles qui adoptent le français par amour pour la langue et les possibilités qu’elle offre. Ce sont ces millions d’individus qui créent la dualité linguistique chaque jour.

De nombreux employés et décideurs de la fonction publique fédérale se démarquent en mettant les efforts pour offrir à ces citoyens des services et des communications dans leur langue. Je les en félicite, mais il reste tant à faire pour atteindre l’égalité réelle entre le français et l’anglais dans l’appareil fédéral et dans la société canadienne. J’exhorte donc les fonctionnaires, les gestionnaires, les administrateurs, les sous-ministres et les sous-ministres adjoints à redoubler d’efforts pour assurer la pleine application de la Loi sur les langues officielles.

C’est la meilleure façon d’honorer ces millions de citoyens qui font vivre la dualité linguistique au pays ». 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Accès à la justice dans les deux langues officielles : les francophones égaux devant la loi?

Ottawa, 21 août 2013 - Il n’existe pas, à l’heure actuelle, de mécanisme ou de processus pour assurer un accès des citoyens canadiens à la justice dans la langue officielle de leur choix. C’est le constat que tire la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada à la lecture de l’étude publiée conjointement, la semaine dernière, par les commissaires aux langues officielles du Canada et du Nouveau-Brunswick et le commissaire aux services en français de l’Ontario.

« On écrit noir sur blanc, dans ce document, qu’une capacité bilingue de la magistrature suffisante pour assurer un accès égal à la justice en français et en anglais est une condition sine qua non au respect des droits linguistiques ; or, on voit très bien à la lecture de l’étude que les bases pour assurer cette capacité ne sont pas là. Comme les trois commissaires, la FCFA estime que le statu quo est inacceptable », commente la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

La Fédération est, entre autres, renversée d’apprendre qu’il n’existe présentement aucun mécanisme permettant d’évaluer le nombre de candidats bilingues qualifiés qui se retrouvent dans le bassin à partir duquel le ministre de la Justice effectue des nominations. Il n’existe pas non plus de mécanisme pour évaluer de façon systématique et objective la compétence linguistique des candidats.

« Dans le débat entourant le bilinguisme des juges à la Cour suprême, on a entendu souvent dire que le bassin de juristes connaissant les deux langues officielles est trop petit. Or, les commissaires nous disent que dans les faits, il n’y a aucune manière de le savoir », note Mme Kenny.  

La FCFA trouve encourageant que le ministre de la Justice, l’hon. Peter MacKay, se soit dit intéressé à prendre connaissance de l’étude et des recommandations qui y figurent. Elle appelle le ministre à agir rapidement sur les recommandations qui y figurent. « Il est particulièrement essentiel que le ministre agisse de concert avec ses homologues provinciaux et territoriaux pour qu’il y ait un processus afin d’assurer la nomination d’un nombre suffisant de juges bilingues dans les cours supérieures », souligne Mme Kenny.

La FCFA trouve également très importante la recommandation visant la nomination, au sein de chacun des comités consultatifs à la magistrature, d’un membre de la communauté francophone minoritaire de la province ou du territoire. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

ACCENTS et TV5-Unis - Réaction mitigée face à la décision du CRTC

Ottawa, 8 août 2013 – La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada  a pris connaissance de la décision du CRTC d’accorder une ordonnance de distribution obligatoire au service de base  à TV5-Unis mais de rejeter la proposition de la chaîne  ACCENTS.

La FCFA est très heureuse que le CRTC ait reconnu les lacunes importantes qui existent au niveau du reflet des communautés francophones et acadiennes à l’écran au niveau national. Elle est cependant déçue que le CRTC n’ait pas retenu la proposition d'ACCENTS qui se voulait un projet structurant, une chaîne pour et par les communautés francophones et acadiennes.

« Nous tenons à féliciter TV5. Il est certain que la nouvelle chaîne Unis apportera une valeur ajoutée au paysage télévisuel francophone dans nos communautés, mais encore une fois, le CRTC confie à une chaîne qui a la majorité de ses opérations au Québec le mandat de refléter à l’écran les communautés francophones et acadiennes. », indique Marie-France Kenny, présidente de la FCFA.

La FCFA avait décidé d’appuyer ACCENTS, sans toutefois s’opposer à TV5-Unis. « Nous avons toujours eu de bonnes relations avec TV5 et ses dirigeants il est certain que nous voulons travailler avec eux, notamment pour voir comment nous pouvons obtenir des garanties plus concrètes en termes d’engagements à l’égard des communautés francophones et acadiennes. Nous allons également garder le CRTC au fait de nos démarches, » ajoute Marie-France Kenny.

Par ailleurs, la FCFA se réjouit que le CRTC ait approuvé les demandes d’ARTV et de AMI-tv français, et maintenu les licences RDI et TVA et CPAC. Ces décisions permettront à nos communautés francophones et acadiennes d’avoir accès à une programmation plus diversifiée.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Renseignements :              Diane Côté, directrice des liaisons gouvernementales et communautaires

                                            Tél. : (613) 241-7600

                                            d.cote@fcfa.ca

              

                             

www.facebook.com/fcfacanada

@fcfacanada

La FCFA salue le retour de la cloche de Batoche au peuple Métis

Ottawa, 1er août 2013 - Il y a 128 ans aujourd’hui, Louis Riel était reconnu coupable de trahison. En cette date historique, la FCFA tient à saluer, la résilience, la contribution et la fierté du peuple Métis, peuple dont l’histoire est intimement liée à celle des francophones du Canada.

De plus, le 20 juillet dernier, les communautés Métis célébraient le retour de la Cloche de Batoche lors d’une grande célébration Back to Batoche - De retour à Batoche. La cloche de l’église de Batoche avait été volée et apportée par les soldats comme trophée de guerre lors de la bataille de Batoche en 1885. Elle a été exposée pendant plus de 100 ans à Millbrook, en Ontario, pour être dérobée à nouveau en 1991.

Inspiré et touché par cette histoire, l’auteur-compositeur-interprète et grand défenseur de la langue française, Zachary Richard, rend hommage à la résilience et à la fierté des Métis en leur offrant l’une de ses compositions, La cloche de Batoche.  La chanson écrite et interprétée par Zachary Richard, sera téléchargeable gratuitement du 1er au 15 août 2013 et évoque l’histoire de la bataille de Batoche et du retour de la cloche. 

« L’histoire et les combats du peuple Métis sont intimement liés à celles de nos communautés francophones et acadiennes, particulièrement dans l’Ouest canadien. Nos ancêtres sont les mêmes. Leur histoire nous touche profondément. C’est d’ailleurs pour cette raison que plusieurs de nos communautés travaillent à approfondir les liens avec eux », de dire Marie-France Kenny, présidente de la FCFA. « Le retour de la cloche de Batoche, symbole historique de fierté, de résilience et d’espoir, pour la communauté Métis nous réjouit. »

La FCFA invite tous les francophones et acadiens du pays à télécharger gratuitement la chanson à partir du site http://www.zacharyrichard.com/francais/La_cloche_de_Batoche.php.  Le texte de la chanson qui a aussi été traduit en mitchif et en anglais se trouve également sur le site.

La FCFA tient à se joindre à tous les héritiers et héritières de Batoche pour dire avec  Zachary Richard « la Cloche de Batoche va sonner cette nuit ».

- 30 -

Diane Côté, directrice des liaisons gouvernementales et communautaires

Tél. : (613) 241-7600

 d.cote@fcfa.ca

    Remaniement ministériel : des alliés de la francophonie dans des postes-clef

Ottawa, 15 juillet 2013 - À la suite du remaniement ministériel de ce matin, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) tient à féliciter des alliés de la francophonie qui occupent maintenant des fonctions-clef pour le développement des collectivités de langue française au pays. Notamment, la FCFA accueille favorablement la nomination de Shelly Glover à titre de ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles. Députée de Saint-Boniface et ancienne secrétaire parlementaire aux Langues officielles, Mme Glover est bien au fait des enjeux et défis auxquels font face les citoyens francophones vivant en situation minoritaire.

« Nous connaissons bien Mme Glover pour l’avoir rencontrée plusieurs fois et surtout, elle nous connaît bien, souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. Nous avons hâte de travailler avec elle ».

La FCFA tient à remercier James Moore de s’être fait le champion de nos communautés au cours de ses cinq années comme ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles. « Nous sommes très contents que M. Moore soit maintenant ministre de l’Industrie, puisque nous transigeons régulièrement avec ce ministère, notamment, par rapport aux questions de développement économique et d’intégration des immigrants au marché du travail », note Mme Kenny.

La Fédération prévoit également travailler de près avec le nouveau ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Chris Alexander, sur les nombreuses questions qui ont trait à l’immigration de langue française et à l’impact de la réforme du système de l’immigration au pays. « Il y a beaucoup à faire pour assurer que nous obtenions notre juste part de l’immigration au pays, de la promotion de nos communautés comme terres d’accueil au recrutement dans les pays-sources francophones et à l’appui à la mise en place de services d’accueil et d’intégration de langue française. Nous avons hâte de rencontrer M. Alexander pour poursuivre le travail productif entrepris avec le ministre Kenney », déclare Mme Kenny.

La FCFA félicite d’ailleurs Jason Kenney pour sa nomination comme ministre de l’Emploi et du Développement social, un portefeuille qui remplace celui des Ressources humaines et du Développement des compétences. « La FCFA et son réseau entretiennent de nombreux liens avec RHDCC pour tout ce qui concerne la formation professionnelle, l’alphabétisation, la jeunesse, les aînes, la petite enfance et l’appui à l’employabilité des nouveaux arrivants », précise Mme Kenny.

Enfin, la Fédération note positivement l’arrivée de Christian Paradis aux fonctions de ministre responsable de la Francophonie. « C’est grâce aux prédécesseurs de M. Paradis, les ministres Valcourt et Blaney, que les communautés francophones et acadiennes ont pu bénéficier d’une visibilité lors des grands événements de la Francophonie à l’international. Nous sommes confiants de pouvoir poursuivre une collaboration productive avec le ministre Paradis », indique la présidente de la FCFA. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Transaction BCE-Astral : des retombées pour les francophones, mais le besoin pour la chaîne Accents demeure entier

Ottawa, 3 juillet 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada félicite le CRTC d’avoir tenu compte des intérêts des francophones vivant en milieu minoritaire dans sa décision d’autoriser BCE à acquérir les services de télévision et de radio d’Astral. Notamment, le CRTC a confirmé que BCE devra consacrer une partie de ses dépenses de programmation aux communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Cependant, la FCFA tient à être très claire sur un point essentiel : les avantages que tireront les francophones de cette décision ne remplacent en rien une télévision par et pour nos communautés, comme la chaîne Accents.  

« On a vu le CRTC faire des aménagements réglementaires favorables à nos communautés, notamment, dans le renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada et maintenant dans la décision sur la transaction BCE-Astral. C’est très bien et ça montre que le CRTC prend ses obligations en matière de langues officielles au sérieux. Mais nous n’accepterions pas que le Conseil en conclue que ces aménagements comblent les lacunes en termes de reflet de nos communautés et qu’en conséquence, Accents n’est plus nécessaire », déclare la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Le projet de loi C-419 adopté par le Sénat : une victoire pour l'égalité des deux langues officielles au gouvernement

Ottawa, 27 juin 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit que le Sénat ait adopté, hier, le projet de loi sur les compétences linguistiques (C-419). Cela signifie que désormais, la capacité de parler et de comprendre clairement le français et l’anglais est un prérequis obligatoire pour dix postes d’agents du Parlement, dont celui de vérificateur général, celui de directeur général des élections et celui de commissaire à la protection de la vie privée. La FCFA applaudit par ailleurs les parlementaires de s’être tous ralliés à ce projet de loi.

« L’adoption de C-419 à l’unanimité à la chambre des Communes et au Sénat est un signal clair qu’au Canada, l’obligation de bilinguisme repose sur le gouvernement et non sur le citoyen », indique la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

La FCFA appuie le projet de loi C-419 depuis que celui-ci a été déposé en mai 2012. Elle estime par ailleurs que dans une étape ultérieure, la liste des postes visés par les exigences linguistiques devrait être élargie pour inclure, notamment, le président du CRTC et celui de CBC/Radio-Canada.

« Dans un pays avec deux langues officielles, les citoyens et les citoyennes ont le droit de s’attendre à pouvoir communiquer directement dans la langue de leur choix avec ceux et celles qui sont, aux plus hauts niveaux, le visage et la voix de nos institutions fédérales », indique Mme Kenny.

La FCFA tient à remercier les parrains du projet de loi, les députés Yvon Godin et Alexandrine Latendresse, ainsi que le sénateur Claude Carignan qui a parrainé C-419 au Sénat. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

38e assemblée générale annuelle : deux ans de plus pour la "citoyenne" Marie-France Kenny

Ottawa, 18 juin 2013 - Réunis en assemblée générale annuelle à Ottawa samedi dernier, les membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada ont réélu Marie-France Kenny à la présidence de l’organisme. Mme Kenny a déclaré entamer ce troisième et dernier mandat de deux ans « avec un respect infini pour notre réseau et ceux qui y travaillent, et surtout pour tous ceux et toutes celles qui choisissent, chaque jour, de vivre en français ».

Elle a également appelé le réseau des organismes de la francophonie à redoubler d’efforts pour engager tous ceux et toutes celles qui peuvent et veulent vivre en français. « Cet engagement citoyen, c’est la vision qui m’anime. Chez moi, à Regina, et partout où je vais, je me fais un point d’honneur de dire ‘Hello, bonjour !’ lorsque je suis à l’épicerie, à la banque, au bureau de poste ou à l’aéroport. Je ne suis qu’une seule citoyenne, mais imaginez si nous étions 2,6 millions à le faire! » a-t-elle déclaré.

Les membres de la FCFA ont également choisi Justin Mury, président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, pour siéger au bureau de direction à titre de représentant des organismes porte-parole.

Forum des leaders : travailler ensemble pour l’immigration francophone

La semaine de réunions statutaires de la FCFA a aussi donné lieu à la rencontre du Forum des leaders, un regroupement de 43 organismes et institutions qui travaillent ensemble pour concrétiser le Plan stratégique communautaire issu du Sommet des communautés francophones et acadiennes en 2007. Cette rencontre thématique portait sur les enjeux reliés à l’immigration francophone, particulièrement en ce qui a trait aux tendances démographiques canadiennes et à la nouvelle approche du gouvernement fédéral qui privilégie l’immigration économique. Les membres du Forum des leaders se sont engagés à agir ensemble pour que l’immigration réalise tout son potentiel comme outil de développement des communautés.

« L’idée qui fait consensus, c’est que les différents secteurs de développement des communautés doivent travailler de façon collaborative pour le bien-être de l’immigrant, de sa famille et de la communauté qui l’accueille, résume Marie-France Kenny, qui agit également comme porte-parole du Forum des leaders. C’est seulement en mobilisant tout le monde, de la culture à l’éducation en passant par la santé et le développement économique, qu’on peut couvrir tous les aspects de la promotion, du recrutement, de l’accueil et de l’intégration des nouveaux arrivants ». 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 La FCFA remet son prix Boréal 2013 à La Liberté

Ottawa, 14 juin 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) a souligné le 100e anniversaire du journal franco-manitobain La Liberté en lui remettant son prix Boréal 2013, ce soir, à l’occasion d’une réception à Ottawa. Le prix Boréal est décerné à chaque année à un individu ou un organisme qui s’est démarqué par sa contribution à l’épanouissement des communautés francophones et acadiennes.

« En remettant le prix Boréal 2013 à La Liberté, la FCFA tient à reconnaître le travail d’un journal qui, de génération en génération, a fait une différence pour les citoyens francophones du Manitoba à un niveau qui les touche de très près : la capacité de s’informer sur leur milieu en français », a déclaré la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

Fondé en 1913 par les Pères Oblats, le journal La Liberté a couvert, au cours du dernier siècle, les avancées, les luttes, les victoires et les nombreuses activités et actualités de la communauté franco-manitobaine. À l’heure actuelle, La Liberté est composée d’une équipe de dix personnes; elle est distribuée par la poste et est disponible en kiosque et dans les écoles francophones et d’immersion de la province. Elle publie également un article hebdomadaire en français, Le fil des francophiles, dans le Winnipeg Free Press. Elle est également à l’origine de l’association des Journaux centenaires du Canada/Centenary Newspaper Association (JCN/CNC), dont le Globe and Mail, le Winnipeg Free PressLe Devoir et Le Droit ont accepté de faire partie.

« S’il y a une leçon à tirer du bilan impressionnant de La Liberté, c’est bien celle-ci : ce n’est pas parce qu’on vit en français en milieu minoritaire qu’on ne peut pas voir grand. Je tiens à rendre hommage à tous ceux et toutes celles qui, au fil des années, ont fait de ce journal le symbole de détermination, de ténacité et de vision qu’il est aujourd’hui », souligne Mme Kenny.

La FCFA félicite par ailleurs La Liberté d’être un de ces journaux qui regarde vers l’avenir en offrant, depuis 2010, une édition numérique accessible par ordinateur, tablette et téléphone intelligent. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada : des gains tangibles pour les communautés francophones et acadiennes

Ottawa, 28 mai 2013 - « Nous avons été nombreux à comparaître devant le CRTC l’automne dernier pour parler de l’importance de garantir un meilleur reflet des régions et de l’ensemble de la francophonie aux émissions et contenus réseau de Radio-Canada. Nous voyons aujourd’hui que sur plusieurs points, le Conseil a écouté et agi ». C’est ce qu’a déclaré la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, suite à la publication de la décision sur le renouvellement des licences de CBC/Radio-Canada.

La décision, rendue publique ce matin par le CRTC, comporte plusieurs éléments très positifs pour les communautés francophones et acadiennes. Pour la première fois, le Conseil formalise par condition de licence l’obligation de CBC/Radio-Canada de consulter les porte-paroles des communautés de langue officielle en situation minoritaire « afin de discuter des enjeux qui influencent leur essor et leur vitalité », de faire rapport annuellement sur ces consultations et de démontrer comment le processus décisionnel de la SRC a tenu compte de ce qui a été entendu lors de ces consultations.

D’autre part, bien que le CRTC n’ait pas retenu la recommandation de la FCFA concernant un minimum de 15 % de nouvelles provenant de l’extérieur du Québec au Téléjournal national, le Conseil a, à tout le moins, formulé une condition de licence qui oblige la télévision française de la SRC à s’assurer que ses émissions de nouvelles et d’information nationale reflètent les régions du Canada et les communautés de langue officielle en situation minoritaire. D’autres conditions de licence fixent des minimums en termes de nombre d’heures par semaine de programmation des régions à la Télévision de Radio-Canada ou de pourcentage de contenus à RDI qui doivent provenir de l’Atlantique, de l’Ontario, de l’Ouest, du Nord et des régions du Québec.

« Cette fois-ci, le CRTC a franchi un pas de plus et formalisé par des conditions de licence ce qu’il exprimait jadis comme des attentes à l’égard de la SRC en termes de reflet et de consultation des communautés. On sent nettement une différence à cet égard », souligne Mme Kenny.

La FCFA demeure cependant préoccupée par l’impact que pourrait avoir, sur les radios communautaires, la décision d’autoriser Espace Musique à diffuser de la publicité nationale. La Fédération demeure également sceptique quant aux mesures que le CRTC dit avoir mis en place pour atténuer l’impact de l’élimination du Fonds d’amélioration de la programmation locale sur les communautés, et entend surveiller ce dossier de près.

La FCFA souhaite que ce renouvellement de licence signale le début d’une relation renouvelée où CBC/Radio-Canada et l’ensemble de la francophonie canadienne travailleront ensemble pour un diffuseur public réellement partout, pour tous. « Si nous avons été aussi nombreux devant le CRTC pour faire entendre notre voix, c’est parce que Radio-Canada est si essentiel pour nous, pour notre capacité de vivre en français », rappelle Mme Kenny. 

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Campagne du NPD pour l'abolition du Sénat : il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain, dit la FCFA

Ottawa, 23 mai 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada déplore que la campagne du Nouveau Parti démocratique (NPD) pour l’abolition du Sénat occulte totalement l’importance de la Chambre haute, notamment, en ce qui a trait à la représentation des minorités de langues officielles dans le système parlementaire canadien. La FCFA ne s’oppose pas à l’idée d’une réforme du Sénat, mais réitère sans équivoque qu’elle est contre l’abolition pure et simple de cette institution.

La Fédération estime qu’en réduisant le Sénat à une question de coûts pour les contribuables et aux questions d’éthique auxquelles font actuellement face certains sénateurs, on donne aux Canadiens et aux Canadiennes une vision étriquée du rôle de la Chambre haute.

« Dans le débat sur l’utilité du Sénat, on ne parle jamais des nombreux sénateurs qui ont fait la différence. Je pense entre autres à Jean-Robert Gauthier, qui a renforcé la Loi sur les langues officielles pour en faire un ‘chien de garde et non un chien de poche’. Je pense à Pierre de Bané, qui a mis sur la place publique l’automne dernier les manquements de Radio-Canada à son mandat pancanadien; je pense aux Percy Mockler, Gérald Comeau, Maria Chaput et Claudette Tardif qui, chaque jour, se font un devoir de travailler au bénéfice des francophones », souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

L’abolition du Sénat aurait des conséquences majeures. Non seulement ferait-elle disparaître la capacité des minorités linguistiques d’avoir au sein des institutions parlementaires une voix que la représentation populaire ne peut leur donner, mais elle modifierait fondamentalement le fonctionnement du système parlementaire canadien. Considérant que la Cour suprême doit étudier cette année plusieurs questions reliées à la réforme du Sénat, la FCFA est surprise que le Nouveau Parti démocratique n’ait pas attendu la décision de ce tribunal avant de lancer une campagne publique pour l’abolition de cette institution.

« Il nous semble qu’en lançant cette campagne, on saute des étapes, en particulier la plus importante : consulter formellement les Canadiens et les Canadiennes, y compris les communautés francophones et acadiennes, sur cette question. Plusieurs facteurs doivent être considérés, dont la représentation et la protection des minorités de langue officielle », indique Mme Kenny.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Nouvelle Feuille de route pour les langues officielles : un engagement positif, mais une analyse détaillée s'impose

Ottawa, 28 mars 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille favorablement la nouvelle Feuille de route pour les langues officielles dévoilée ce matin par le ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, l’honorable James Moore. La FCFA estime que cette nouvelle initiative représente un engagement tangible en termes d’appui à la francophonie et à la dualité linguistique.

« À priori, ce qui nous a été présenté aujourd’hui correspond assez bien à ce qui a été discuté lors des consultations menées par le gouvernement l’été dernier, des consultations auxquelles nos communautés ont participé très activement, souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. D’autre part, les axes sur lesquels s’articule cette nouvelle Feuille de route, soit l’immigration, l’éducation et les communautés, s’arriment assez bien avec nos priorités ».

La FCFA apprécie également que globalement, les investissements rattachés à la nouvelle Feuille de route soient les mêmes que ceux de la Feuille de route 2008-2013, soit 1,1 milliard $. « Dans un contexte d’austérité économique, ce maintien dénote une reconnaissance de tout ce que nos communautés et la dualité linguistique en général apportent au pays en termes de valeur ajoutée sur le plan social et économique », indique Mme Kenny.

Ceci dit, la Fédération tient à analyser le détail de la nouvelle Feuille de route pour mieux comprendre de quelle manière les communautés bénéficieront des différents programmes et investissements qui sont répartis sur une quinzaine d’institutions fédérales.

« Il reste beaucoup de questions auxquelles nous n’avons pas encore de réponse. Par exemple, on prévoit une emphase accrue sur l’immigration au sein des communautés francophones et acadiennes. Cependant, ce n’est pas clair encore de quelle manière on appuiera financièrement tout le travail qui se fait au niveau du recrutement, de l’accueil et de l’intégration en français », explique Mme Kenny.

La FCFA note également que les enveloppes budgétaires reliées à certaines initiatives, par exemple en éducation, ont été réduites. Elle tient à s’assurer qu’il s’agit surtout d’économies administratives et que les communautés ne seront pas affectées par ces réductions.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion du centenaire du quotidien Le Droit

Ottawa, 27 mars 2013 - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, a émis la déclaration suivante à l'occasion du 100e anniversaire du journal Le Droit, le quotidien francophone d'Ottawa-Gatineau :

« Alors que le quotidien Le Droit célèbre son centième anniversaire, il est impossible de ne pas penser aux circonstances qui ont mené à la naissance de ce journal en mars 1913, au milieu d’une mobilisation historique des francophones de l’Ontario pour le droit à l’éducation en français. Le slogan du Droit, « L’avenir est à ceux qui luttent », est un rappel constant de la détermination de ces francophones à vivre dans leur langue.

J’ose penser que les fondateurs du Droit seraient fiers de l’avenir conquis par les francophones grâce à cette détermination. Ils seraient surtout fiers des occasions, au cours du dernier siècle, où leur journal n’a pas hésité à s’engager à fond dans des luttes comme celle pour la survie de l’hôpital Montfort. Ils seraient fiers, enfin, de voir Le Droit, un des deux seuls quotidiens francophones à l’extérieur du Québec, évoluer au sein d’une collectivité francophone encore plus forte et dynamique qu’il y a cent ans.

Je tiens à saluer tous les artisans passés et présents du Droit. Je souhaite que l’avenir appartienne longtemps encore à ce quotidien et aux francophones qu’il sert ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Première réaction de la FCFA au budget fédéral 2013 : nouvelle Feuille de route pour les langues officielles, détails à venir

Ottawa, 21 mars 2013 - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada voit comme un signe encourageant l’annonce, dans le budget fédéral présenté aujourd’hui, d’une  nouvelle Feuille de route pour les langues officielles 2013-2018. La Fédération trouve également positif qu’on décrive cette nouvelle Feuille de route comme le « reflet d’un engagement permanent d’accroître la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle ».

« Même s’il reste à connaître le contenu de cette nouvelle Feuille de route, nous avons au moins un signal clair que la Feuille de route sera renouvelée. Pour nos communautés qui se sont mobilisées pour participer aux consultations du gouvernement sur les langues officielles l’été dernier, c’était important d’avoir ce signal, souligne la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. La prochaine étape, c’est d’en savoir plus sur les priorités et les investissements associés  à cette nouvelle Feuille de route ».

Rappelons que la Feuille de route pour la dualité linguistique 2008-2013, qui se termine le 31 mars, était assortie d’investissements de 1,1 milliard $ sur cinq ans. Ces investissements ont permis le développement de services et d’activités en français qui rejoignent les citoyens dans des secteurs comme la santé, la culture, l’éducation ou l’immigration.

Cependant, après avoir écouté le discours budgétaire prononcé par le ministre des Finances, la FCFA continue de s’inquiéter des impacts de l’effort de réduction des dépenses gouvernementales sur la capacité du gouvernement à s’acquitter de ses obligations linguistiques. « Le ministre Flaherty a réitéré son intention d’éliminer le déficit d’ici 2015; c’est un objectif louable, mais il ne faut pas que ça se fasse aux dépens de la capacité du gouvernement d’offrir des services et des communications en français et en anglais comme il en a l’obligation, ou du droit des fonctionnaires de travailler dans la langue officielle de leur choix », souligne la présidente de la FCFA.  

D’autre part, si plusieurs des initiatives qui ont été annoncées peuvent bénéficier aux citoyens francophones vivant en milieu minoritaire, il reste à savoir comment on tiendra compte des besoins spécifiques de ceux-ci dans leur mise en œuvre. Par exemple, la nouvelle orientation vers l’immigration à caractère économique présente un potentiel intéressant pour le recrutement d’immigrants de langue française qui s’installeront dans nos communautés. Celles-ci y travaillent d’ailleurs déjà avec plusieurs partenaires, dont les employeurs, les municipalités et divers intervenants en développement économique.

« Cela dit, dans quelle mesure a-t-on pris en compte notre situation et nos besoins spécifiques? Cette question est valide pour bon nombre des initiatives annoncées aujourd’hui, comme tout ce qui concerne la formation en emploi », souligne Mme Kenny.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Tournée pour informer les employeurs sur le recrutement en français à l'étranger : mission accomplie pour la FCFA et les réseaux en immigration francophone

Ottawa, 13 mars 2013 - Plus d’une centaine d’employeurs francophones et anglophones en connaissent maintenant beaucoup plus sur les possibilités de recruter en français à l’étranger, au terme d’une tournée de liaison organisée par les ambassades du Canada. Cette tournée a été coordonnée par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et les réseaux en immigration francophone de cinq provinces.

Cette tournée s’est déroulée dans neuf villes, dont Charlottetown, Halifax, Moncton, St. John’s, Toronto, Hamilton et Waterloo. À chaque endroit, des employeurs intéressés à recruter des travailleurs qualifiés à l’étranger ont pu rencontrer des représentants d’ambassades du Canada à l’étranger, des services publics de l’emploi spécialisés en mobilité internationale et d’autres intervenants du domaine de l’immigration.

« Le recrutement d’immigrants de langue française qui s’installeront dans nos communautés et qui y réussiront passe en bonne partie par les employeurs, explique la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny. C’est pour cette raison que la FCFA et les communautés ont déployé des efforts pour que les employeurs participent en grand nombre aux sessions d’information et aux déjeuners et lunchs d’affaires qui leur étaient proposés ».

Preuve de l’intérêt manifeste des employeurs, plusieurs d’entre eux ont participé aux rencontres munis de besoins concrets en main-d’œuvre dans des secteurs comme le tourisme, l’aéronautique, les finances, l’agriculture ou la construction. « Certains employeurs et agents de recrutement ont même déjà soumis des postes, et de façon générale les agents de développement économique de plusieurs municipalités ont davantage d’outils pour arrimer les besoins en main-d’œuvre des employeurs de leur région et les candidatures à l’international. Étant donné qu’on parle ici d’une première pour les communautés, nous sommes satisfaits des résultats de la tournée », déclare Mme Kenny.

Cette tournée de liaison a été rendue possible grâce à un partenariat avec les ambassades du Canada en France et en Tunisie et à l’appui de Citoyenneté et Immigration Canada. La FCFA en assumait la coordination avec les réseaux provinciaux en immigration francophone. La FCFA tient également à remercier d’autres partenaires et collaborateurs qui ont contribué au succès de cette tournée, soit les réseaux de développement économique et d’employabilité (RDÉE), les municipalités et les partenariats en immigration francophone (PLIS) pour leur collaboration.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée internationale de la femme

Ottawa, 8 mars 2013 – La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, a émis la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale de la femme :

« Les femmes des communautés francophones et acadiennes sont gestionnaires, directrices d’organismes, enseignantes, chercheures, juristes, politiciennes, entrepreneures, artistes, mères, immigrantes ou étudiantes, mais elles ont en commun d’être ce pilier sans lequel tout s’écroulerait. Si nous avons bâti tout ce que nous avons bâti, des écoles aux centres communautaires aux services de santé en passant par les regroupements de gens d’affaires et les institutions culturelles, c’est en grande partie grâce aux millions d’heures de travail qu’elles contribuent collectivement chaque année.

Notre francophonie est également fortunée de pouvoir compter sur une génération montante de jeunes femmes auxquelles je tiens à dire que nous avons besoin de leur passion, de leur énergie, de leurs idées et de leur fierté. À toutes, je leur souhaite de défoncer les plafonds et d’aller jusqu’au bout de leurs rêves; c’est toute la francophonie qui en bénéficiera ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Le Premier Ministre propose de reconduire Graham Fraser dans ses fonctions : de la stabilité dans une période de transformation, dit la FCFA

Ottawa, 6 mars 2013 – La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est heureuse d’apprendre que le Premier Ministre du Canada propose le maintien du commissaire aux langues officielles dans ses fonctions pour un nouveau mandat de trois ans. Cette annonce garantit une continuité dans un contexte marqué notamment par l’échéance prochaine de la Feuille de route pour la dualité linguistique et par des transformations importantes au sein de l’appareil gouvernemental.

« Qu’il s’agisse de la mise en œuvre de la partie VII de la Loi sur les langues officielles, du renouvellement de la Feuille de route ou des impacts des compressions budgétaires de 2012 sur la capacité des institutions fédérales de s’acquitter de leurs obligations linguistiques, le commissaire connaît bien les dossiers. Dans ce contexte, on comprend aisément pourquoi le Premier Ministre juge que le successeur idéal de Graham Fraser est Graham Fraser lui-même », a déclaré la présidente de la FCFA, Marie-France Kenny.

La FCFA entretient d’étroits liens de collaboration avec le commissaire Fraser et c’est avec plaisir qu’elle continuera de travailler avec lui pour la pleine application de la Loi sur les langues officielles et la promotion de la dualité linguistique au Canada.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

 

Déclaration de la présidente de la FCFA à l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle

Ottawa, 21 février 2013 - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Marie-France Kenny, a émis la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle :

« Le recensement de 2011 nous a montré que la francophonie au Canada, ce n’est plus seulement les 7,3 millions de personnes qui ont le français comme langue maternelle; c’est aussi des centaines de milliers d’autres qui ont appris le français comme seconde langue, ou qui l’ont choisi par amour pour ses mots et ses accents ou pour ceux qui la parlent.

Aujourd’hui, nous célébrons non pas uniquement le patrimoine linguistique qui nous vient des fondateurs de Port-Royal, de Saint-Boniface ou de Maillardville, mais aussi tous ceux et celles qui ont l’arabe, le wolof, l’anglais ou le créole comme langue maternelle et qui contribuent à la force d’une francophonie ouverte, diverse, riche de ses mille accents ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que dix organismes nationaux. Elle a  pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30 -

Serge Quinty, directeur des communications
FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820

Retour

Bureau au Québec

43, rue de Buade, bureau 460
Québec (Québec) G1R 4A2
Canada

Téléphone: 418.692.5752
Télécopieur: 418.692.5820

Courriel: fcfaquebec@videotron.ca

Siège social

450, rue Rideau, bureau 300
Ottawa (Ontario) K1N 5Z4
Canada

Téléphone. : 613.241.7600
Télécopieur. : 613.241.6046

Courriel : info@fcfa.ca

Suivez-nous sur



Ce site a été réalisé avec le soutien financier du ministère du Patrimoine canadien

© Tous droits réservés 2018 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada