UNE VOIX QUI RASSEMBLE Porte-parole principal de la
FRANCOPHONIE CANADIENNE dans neuf provinces et trois territoires
  • AAA
  • Print

Communiqués 2007

Le 11 décembre 2007
Enquête post-censitaire sur la vitalité des minorités Les francophones veulent vivre en français, mais l’accès aux services demeure tout à fait insuffisant

Le 4 décembre 2007
Données linguistiques provenant du recensement de 2006 Un argument de poids pour un coup de barre important

Le 3 décembre 2007
Consultations pancanadiennes sur les langues officielles La FCFA accueille favorablement la nomination de Bernard Lord et souhaite que les consultations mènent à des investissements concrets

Le 21 novembre 2007
Réaction de la FCFA à la décision du Commissaire aux langues officielles de demander le statut d’intervenant dans le recours relatif à l’abolition du Programme de contestation judiciaire

Le 20 novembre 2007
Déclaration : Demande d’enquête sur le financement des associations francophones La FCFA appuie la résolution des membres de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

Le 7 novembre 2007
Déclaration de la présidente de la FCFA sur la nomination de M. Hubert Lacroix comme président-directeur général de Radio-Canada

Le 6 novembre 2007
Première rencontre du Forum des leaders - La priorité des participants : un appui concret des gouvernements au Plan stratégique national issu du Sommet

Le 29 octobre 2007
Suivis du Sommet des communautés francophones et acadiennes Les leaders des communautés se mettent au travail

Le 16 octobre 2007
Discours du Trône Le gouvernement fédéral pose un geste concret et significatif en matière de langues officielles

Le 10 octobre 2007
Rapport final de Graham Fraser sur les coupures budgétaires de septembre 2006 Des recommandations qui ont un peu plus de mordant, estime la FCFA

Le 1 octobre 2007
Lise Routhier-Boudreau est la nouvelle présidente de la FCFA

Le 28 septembre 2007
Paul Charbonneau et la Fédération culturelle canadienne-française sont les deux lauréats du Prix Boréal 2007 de la FCFA

Le 13 septembre 2007
Rencontre de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne La FCFA se réjouit de la prise de position des gouvernements en faveur d’un prochain plan sur les langues officielles

Le 14 août 2007
Josée Verner nommée ministre du Patrimoine canadien Une mesure qui pourrait donner une coordination plus efficace du dossier des langues officielles, estime la FCFA

Le 2 août 2007
Déclaration du président de la FCFA sur la nomination de François Boileau en tant que commissaire aux services en français de l'Ontario

Le 4 juin 2007
Sommet des communautés francophones et acadiennes « Attendu que les francophones ont participé à fonder le Canada et souhaitent continuer à contribuer activement à l’essor de ce pays... »

Le 30 mai 2007
Reprise des travaux du comité permanent des langues officielles Une bonne nouvelle pour les francophones à la veille du Sommet

Le 15 mai 2007
Déclaration du président de la FCFA sur la situation d'impasse au comité permanent des langues officielles

Le 14 mai 2007
Rapport d’enquête préliminaire du commissaire aux langues officielles sur les coupures du 25 septembre Des constats très satisfaisants, mais des recommandations faibles

Le 10 mai 2007
L’honorable Josée Verner, l’honorable Stéphane Dion et Mme Antonine Maillet parmi les invités d’honneur au Sommet

Le 20 avril 2007
Benoît Pelletier reconduit aux Affaires intergouvernementales canadiennes De bonnes nouvelles pour la francophonie, estime la FCFA

Le 17 avril 2007
Vingt-cinq ans après l’entrée en vigueur de la Charte canadienne des droits et libertés De nombreux gains pour les francophones mais encore du travail à faire pour atteindre l’égalité réelle

Le 26 mars 2007
Stephen Harper au 9e Banquet de la Francophonie de Prescott et Russell Le Premier ministre énonce une vision très positive de la vitalité et de la contribution des communautés

Le 20 mars 2007
Dépôt du budget fédéral 2007 Un signal positif envers les communautés francophones et acadiennes

Le 1 mars 2007
Inscrivez-vous en ligne au www.fcfa.ca pour le Sommet des communautés francophones et acadiennes!

Le 22 février 2007
La FCFA lance son forum de discussion en ligne

Le 5 février 2007
Sondage CROP - Radio-Canada sur le bilinguisme Des données très positives, mais un bémol important s'impose

Le 22 janvier 2007
Contribution fédérale de 750 000 $ au Centre de santé Saint-Thomas Un pas dans la bonne direction, selon la FCFA

Le 15 janvier 2007
Rumeurs sur une alternative au Programme de contestation judiciaire La restauration intégrale du PCJ demeure la seule solution, dit la FCFA

Le 8 janvier 2007
Abolition du Programme de contestation judiciaire La demande de révision judiciaire suspendue jusqu’en avril
 


Enquête post-censitaire sur la vitalité des minorités
Les francophones veulent vivre en français, mais l’accès aux services demeure tout à fait insuffisant

This page is available in English

 

Ottawa - Les francophones vivant en situation minoritaire accordent une grande importance à la capacité de vivre dans leur langue, mais il existe toujours des carences importantes dans l’accès aux services en français. Voilà ce que retient la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada à la lecture des premières données de l’enquête post-censitaire sur la vitalité des minorités de langue officielle, rendues publiques ce matin par Statistique Canada.

«Quand on voit qu’il y a 78 % des francophones qui estiment important de pouvoir utiliser le français dans leur vie quotidienne, quand on voit qu’il y a 89 % d’entre eux qui estiment important le respect des droits linguistiques dans leur province ou leur territoire, on doit conclure qu’il y a dans les communautés une volonté et une détermination à vivre en français», commente la présidente de la FCFA, Lise Routhier-Boudreau.

La FCFA voit dans ces données un argument de poids pour un meilleur appui au développement de services en français qui rejoignent les citoyens dans tous les secteurs de la vie quotidienne. Par exemple, 65 % des francophones vivant à l’extérieur du Québec ontmentionné que la principale raison pour laquelle il serait difficile d’obtenir des services de santé en français est le manque de professionnels de langue française. Pourtant, 53 % d’entre eux jugent qu’il est important pour eux de pouvoir obtenir ces services.

Pareillement, au niveau de l’éducation, 49 % des enfants ayant au moins un parent francophone fréquentaient une école primaire ou secondaire en 2006. Toutefois, les parents d’environ 42 % des enfants inscrits dans un programme régulier à l’école anglaise ont déclaré qu’ils auraient préféré que leur enfant fréquente une école de langue française.

«Clairement, c’est au niveau de l’accès à des services, des activités et des institutions en français qu’il faut agir, souligne Mme Routhier-Boudreau. Il faut assurer que tous les francophones qui veulent envoyer leurs enfants à l’école en français, et tous ceux qui veulent avoir accès à des services de santé en français, puissent le faire ».

L’enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle est une première qui donne à la FCFA et aux communautés qu’elle représente des données détaillées sur différents aspects de la vitalité de ces dernières. «Cette étude devrait révéler beaucoup plus de renseignements et de données utiles pour nous au fur et à mesure que les analyses se poursuivront», indique Mme Routhier-Boudreau.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.


- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Données linguistiques provenant du recensement de 2006
Un argument de poids pour un coup de barre important

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada voit dans les données linguistiques du recensement de 2006 des renseignements à la fois préoccupants et encourageants sur l’état du français au Canada. Alors que s’amorcent les consultations menées par Bernard Lord, ces données confirment l’importance d’un engagement fort du gouvernement fédéral envers l’appui à la création de milieux de vie en français partout au Canada.

La FCFA trouve particulièrement préoccupantes les données qui dénotent un léger recul au niveau du nombre total de francophones de langue maternelle, qui est passé de 980000 en 2001 à 975000 en 2006, une baisse qui semble imputable en partie à un mouvement migratoire vers le Québec.

«Ces chiffres nous montrent combien nous avons encore énormément de travail à faire pour développer des milieux de vie en français accessibles et intéressants pour les francophones et les francophiles, par des activités et des services qui les rejoignent dans tous les aspects de leur vie quotidienne, souligne la présidente de la FCFA, Lise Routhier-Boudreau. Il y a là un signal important pour le gouvernement fédéral, alors qu’il s’apprête à renouveler sa stratégie en matière de langues officielles».

La Fédération voit une note encourageante dans les données sur les transferts linguistiques vers l’anglais. Ces données sont obtenues en calculant le nombre de francophones de langue maternelle qui parlent français le plus souvent à la maison. Or, si les données du recensement montrent que 39 % des francophones vivant à l’extérieur du Québec parlent le plus souvent anglais à la maison, ce pourcentage a très peu augmenté depuis 2001.

«Dans presque toutes les provinces, on observe un ralentissement des transferts linguistiques vers l’anglais, et à l’Ile-du-Prince-Édouard et en Colombie-Britannique, c’est même un renversement de tendance qui s’est produit: on voit une légère baisse du nombre de transferts linguistiques, souligne Mme Routhier-Boudreau. Il y a là des signes encourageants, qu’on en train d’avoir une influence sur la langue parlée à la maison».

La FCFA rappelle par ailleurs que depuis 2001, Statistique Canada demande aux francophones non seulement quelle langue ils parlent le plus souvent à la maison, mais quelle autre langue ils parlent régulièrement à la maison. À ce chapitre, les données de 2006 montrent que 42 % des francophones qui parlent anglais le plus souvent à la maison ont également indiqué qu’ils parlent régulièrement français.

«Quand on ramène ces chiffres à des réalités bien concrètes, on peut voir des nuances intéressantes, estime Mme Routhier-Boudreau. Il y a beaucoup de francophones très actifs au sein des communautés qui ont un conjoint de langue anglaise, et donc parlent plus souvent anglais à la maison. Cela ne signifient pas qu’ils ont été assimilés ou qu’ils renoncent pour autant à obtenir des services en français, bien au contraire».

Enfin, la FCFA note que les communautés francophones et acadiennes ont accueilli, entre 2001 et 2006, un total de 9300 immigrants de langue maternelle française. Ce chiffre devrait s’avérer plus important si l’on inclut tous les nouveaux arrivants qui ont une langue non-officielle comme le woloff ou l’arabe comme langue maternelle, mais ont le français comme langue d’usage.

«Il est clair que la population du Canada croît beaucoup par l’immigration, et cette dynamique rend très important le travail qui se fait à ce niveau dans les communautés francophones et acadiennes, souligne Lise Routhier-Boudreau. On ne saurait sous-estimer l’importance d’investir dans la capacité des communautés de recruter, d’accueillir et d’intégrer les nouveaux arrivants».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.


- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Consultations pancanadiennes sur les langues officielles
La FCFA accueille favorablement la nomination de Bernard Lord et souhaite que les consultations mènent à des investissements concrets

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille positivement la nomination de l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, en tant que conseiller spécial chargé des consultations sur la dualité linguistique et les langues officielles.

«Comme ancien premier ministre de la seule province officiellement bilingue au Canada, Monsieur Lord devrait posséder une excellente connaissance des communautés francophones et acadiennes et une grande sensibilité à leurs enjeux, commente la présidente de la FCFA, Lise Routhier-Boudreau. Nous souhaitons que sous son leadership, les consultations du gouvernement fédéral mèneront à des résultats et des investissements concrets dans le développement de services pour les citoyens francophones partout au pays».

La FCFA et ses membres participeront aux consultations qui s’amorcent cette semaine et qui devraient générer les bases d’une nouvelle stratégie gouvernementale qui succédera au Plan d’action pour les langues officielles. La FCFA et ses membres ont l’intention de porter, lors de ces consultations, la vision et la feuille de route du Sommet des communautés francophones et acadiennes, tenu en juin dernier.

«Avec le Sommet et tout l’exercice de consultation et de concertation qui l’a précédé, les communautés sont fortes d’une vision commune, de priorités claires et d’une détermination à atteindre leurs objectifs, déclare Mme Routhier-Boudreau. Nous savons où nous voulons être dans dix ans, et nous souhaitons que la nouvelle stratégie du gouvernement en matière de langues officielles corresponde aux priorités que les communautés se sont données en juin dernier».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Réaction de la FCFA à la décision du Commissaire aux langues officielles de demander le statut d’intervenant dans le recours relatif à l’abolition du Programme de contestation judiciaire

This page is available in English

 

Ottawa - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Lise Routhier-Boudreau, a émis la déclaration suivante en apprenant la décision du Commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, de demander à la Cour fédérale l’autorisation d’intervenir dans le recours portant sur l’abolition du Programme de contestation judiciaire. :

«Que le Commissaire aux langues officielles décide de se joindre à ce recours judiciaire àtitre d’intervenant constitue, pour nous, un appui de taille. Monsieur Fraser avait déjà constaté, dans son rapport d’enquête sur l’impact des compressions de septembre 2006, que l’abolition du Programme de contestation judiciaire constituait une violation au chapitre de la Partie VII de la Loi sur les langues officielles. Nous sommes très contents de le voir prendre des mesures aussi décisives en lien avec ce constat».

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Déclaration : Demande d’enquête sur le financement des associations francophones
La FCFA appuie la résolution des membres de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

 

Ottawa - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Lise Routhier-Boudreau, a émis les commentaires suivants concernant la démarche des membres de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB) en faveur d’une enquête du Commissaire aux langues officielles sur le financement inadéquat des associations francophones de la province:

«La FCFA trouve préoccupante la situation que décrivent les associations francophones de la Colombie-Britannique en ce qui a trait au manque de ressources financières et à l’impact des mécanismes de gestion et des cycles administratifs du ministère du Patrimoine canadien. C’est d’ailleurs une situation qui existe dans plusieurs communautés francophones et acadiennes à travers le pays, et toute enquête qui pourra contribuer à une amélioration sera la bienvenue.

Dans le discours du Trône, le gouvernement fédéral s’est engagé à développer une nouvelle stratégie pour concrétiser la prochaine phase du Plan d’action pour les langues officielles. Dans ce contexte, les institutions et les organismes dans les communautés jouent un rôle essentiel en assurant que les investissements du gouvernement fédéral au niveau des langues officielles rejoignent les citoyens et les citoyennes de langue française. Il est très important de renforcer la capacité de ces institutions et de ces organismes de faire leur travail de développement de services pour les francophones».
 

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Déclaration de la présidente de la FCFA sur la nomination de M. Hubert Lacroix comme président-directeur général de Radio-Canada

 

Ottawa - La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Lise Routhier-Boudreau, a émis les commentaires suivants concernant la nomination de M. Hubert Lacroix au poste de président - directeur général de Radio-Canada :

«La FCFA souhaite la meilleure chance à monsieur Lacroix dans ses nouvelles fonctions, et nous avons hâte de le rencontrer afin de discuter avec lui du rôle capital que joue Radio-Canada pour les communautés francophones et acadiennes.

Nous appuyons également la demande du député d’Ottawa-Vanier, l’honorable Mauril Bélanger, à l’effet que le nouveau président - directeur général de Radio-Canada devrait être invité à comparaître devant le comité du Patrimoine canadien pour y partager sa vision concernant le diffuseur public. Nous souhaitons que le mandat de monsieur Lacroix voie un renforcement de la capacité de la SRC de s’acquitter de son mandat en ce qui a trait au reflet des réalités des régions et de la francophonie tel qu’elle se vit d’un bout à l’autre du pays ».

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Première rencontre du Forum des leaders - La priorité des participants : un appui concret des gouvernements au Plan stratégique national issu du Sommet

 

Ottawa - Le Forum des leaders, formé des organismes et institutions signataires de la Déclaration du Sommet des communautés francophones et acadiennes, s’est mis au travail la fin de semaine dernière pour créer le Plan stratégique national qui fera de la vision du Sommet une réalité. Suite à leur rencontre près d’Ottawa, les 1er, 2 et 3 novembre derniers, les membres du Forum réitèrent leur détermination à travailler de façon collective et solidaire, et leur volonté d’assurer que les investissements des gouvernements au niveau des langues officielles soient conformes aux aspirations exprimées par les communautés lors du Sommet.

«Le Sommet a démontré que les communautés étaient prêtes à unir leurs voix, leurs énergies et leurs destinées, et à passer à une autre étape de leur développement, rappelle la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Lise Routhier-Boudreau. Nous savons ce que nous voulons, nous entendons assumer pleinement notre place au sein de la société canadienne, et nous sommes déterminés à prendre tous les moyens pour le faire. Nous avons notre plan d’avenir, et nous avons l’intention de communiquer ce plan d’avenir aux gouvernements pour qu’ils investissent dans les aspirations des communautés».

Le Plan stratégique national comprendra des actions à entreprendre au cours de la prochaine décennie dans cinq chantiers spécifiques, soit l’augmentation de la population des communautés, l’accroissement de leur capacité de vivre en français, le renforcement de leur gouvernance, une influence accrue auprès des gouvernements et une amélioration de leur qualité de vie et de leur développement économique et social.

Les leaders des communautés souhaitent notamment que la nouvelle stratégie globale du gouvernement fédéral en matière de langues officielles corresponde aux orientations du Plan stratégique national. Ils estiment aussi important que tous les ministères et agences du gouvernement contribuent à l’atteinte des objectifs du Plan en adoptant des mesures positives pour appuyer le développement des communautés, comme le prescrit la Loi sur les langues officielles.

«L’appui des gouvernements permettra aux organismes et aux institutions de développer des programmes, des activités et des services qui rejoignent directement tous les citoyens et les citoyennes de langue française qui, dans chaque province et chaque territoire, vivent, innovent et contribuent à l’essor du pays», explique madameRouthier-Boudreau.

Les membres du Forum des leaders ont convenu de former des groupes de travail qui seront chargés d’identifier les principales actions concrètes qu’ils devront entreprendre d’ici dix ans dans chacun des cinq chantiers du Sommet.

Par ailleurs, les participants ont résolu d’élargir le Forum des leaders en y invitant sept autres organismes nationaux, soit l’Alliance nationale de l’industrie musicale (ANIM), l’Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC), l’Association des groupes en arts visuels francophones (AGAVF), l’Association des théâtres francophones du Canada (ATFC), le Front des réalisateurs indépendants du Canada (FRIC) et le Réseau des éditeurs francophones du Canada (RÉCF) et le Réseau national des galas de la chanson (RNGC).

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Suivis du Sommet des communautés francophones et acadiennes
Les leaders des communautés se mettent au travail

Ottawa - Plus de 70 leaders des communautés francophones et acadiennes se rencontrent près d’Ottawa, cette semaine, pour planifier la prochaine décennie du développement de la francophonie canadienne. Le Forum des leaders réunira les 33 signataires de la Déclaration du Sommet des communautés francophones et acadiennes. Ensemble, ils développeront un plan concret pour faire de la vision du Sommet une réalité.

«La vision du Sommet, c’est celle d’une francophonie fière, unie et dynamique qui vit de mieux en mieux en français partout au pays, rappelle la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Lise Routhier-Boudreau. Au Sommet, nous nous sommes donné des objectifs à atteindre d’ici 2017 pour concrétiser cette vision. Maintenant, c’est le temps de passer à l’action».

Les leaders des communautés seront appelés à développer un plan stratégique communautaire qui comprendra des actions à entreprendre dans les chantiers qui ont été discutés au Sommet. Ces chantiers visent l’accroissement de la population des communautés, de leur capacité de vivre en français, de leur capacité de s’organiser et de se mobiliser, de leur influence auprès des gouvernements et de leur vitalité économique.

«Les 33 organismes qui ont signé la Déclaration ont tous un rôle fondamental dans l’atteinte des objectifs du Sommet. Notre défi, au Forum des leaders, sera de nous entendre sur qui fait quoi, quand et comment», explique madame Routhier-Boudreau.

Le forum des leaders sera ouvert aux médias le vendredi 2 novembre de 9 h à 10 h 30. L'événement a lieu à la ferme Bearbrook, 8411, chemin Russell, à Navan (Ontario).

Données sur la participation au Sommet: 782 participants, 94 % sont très satisfaits!
Le Forum des leaders se tient au moment où des données révèlent plus clairement le profil et les impressions des participants et des participantes au Sommet. En tout, 782 personnes ont participé à l’événement de juin, dont 553 provenaient des communautés francophones et acadiennes et 229 étaient observateurs, invités spéciaux ou représentants des gouvernements. Les participants et les participantes des communautés provenaient de toutes les régions du Canada et représentaient 13 secteurs d’activités (éducation, économie, santé, culture, aînés, jeunes, etc.), sans compter ceux et celles qui y étaient à titre individuel.

Une étude réalisée par le Centre de leadership en évaluation (CLÉ) auprès des participants et des participantes démontre qu’entre 91 % et 94%d’entre eux se disent très satisfaits de l’événement, tandis qu’entre 83 % et 93 % estiment que les discussions au Sommet ont permis de valider les enjeux prioritaires de la francophonie canadienne. Enfin, de 61 % à 76 % des répondants estiment que les chantiers discutés au Sommet ont permis d’identifier des pistes d’action pour faire face aux enjeux des communautés.

On peut consulter les données de l’évaluation du Sommet sur le site web de la FCFA à l’adresse www.fcfa.ca

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Discours du Trône
Le gouvernement fédéral pose un geste concret et significatif en matière de langues officielles

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit de voir le gouvernement fédéral annoncer, dans le discours du Trône, qu’il proposera une nouvelle stratégie afin de concrétiser la phase suivante du Plan d’action pour les langues officielles. La FCFA voit dans cette annonce un geste concret et significatif en lien avec l’engagement du gouvernement à soutenir la dualité linguistique et à offrir un appui aux communautés de langue minoritaire partout au pays.

«Une nouvelle stratégie en matière de langues officielles permettra de poursuivre sur la lancée du Plan d’action pour les langues officielles et de continuer l’excellent travail qui se fait sur le terrain dans les communautés, a déclaré la présidente de la FCFA, LiseRouthier-Boudreau. Le plan a généré des initiatives, des services et des activités qui accroissent la capacité des francophones et des Acadiens de vivre dans leur langue partout au pays, et une nouvelle stratégie garantit que ce travail se poursuivra».

La FCFA se félicite par ailleurs que cette annonce suive de très près le Sommet des communautés francophones et acadiennes, tenu en juin dernier. À cette occasion, les communautés se sont dotées d’une feuille de route établissant leurs priorités de développement pour les dix prochaines années. La FCFA estime qu’une nouvelle stratégie sur les langues officielles sera un élément essentiel pour faire de la vision du Sommet une réalité.

«Il est clair que cette nouvelle stratégie devrait appuyer de façon importante la contribution des communautés francophones et acadiennes à l’essor du pays, explique Mme Routhier-Boudreau. En accroissant la capacité des francophones et des Acadiens de vivre et de s’épanouir dans leur langue, on contribue à l’édification d’une fédération forte et unie qui rayonne sur le plan international».

La FCFA sera heureuse de travailler avec le gouvernement pour la définition des grandes orientations de cette nouvelle stratégie. «Avec le Sommet, les communautés se sont clairement affirmées comme maîtres-d’oeuvre de leur propre développement. Nous sommes forts d’une vision commune, de priorités claires et d’une détermination à atteindre nos objectifs. C’est ce que nous mettrons à contribution pour définir, avec le gouvernement, une stratégie qui produira des résultats concrets ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Rapport final de Graham Fraser sur les coupures budgétaires de septembre 2006
Des recommandations qui ont un peu plus de mordant, estime la FCFA

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est encouragée par les recommandations, plus fortes, du commissaire aux langues officielles dans son rapport final sur les coupures budgétaires de septembre 2006, notamment l’abolition du Programme de contestation judiciaire. Ces recommandations établissent des paramètres clairs pour que le gouvernement fédéral mette en place des mesures afin de réduire l’impact de ces compressions sur les communautés de langue officielle.

«Il est sûr que nous aurions souhaité voir le commissaire recommander le rétablissement pur et simple du Programme de contestation judiciaire, puisqu’il dit dans son rapport que l’abolition de ce programme constitue une violation au chapitre de la Loi sur les langues officielles, a déclaré la présidente de la FCFA, Lise Routhier-Boudreau. Cependant, nous sommes contents de voir le commissaire renforcer ses recommandations et insister pour que le gouvernement tienne compte de l’impact de ses décisions sur les communautés».

La FCFA note également avec satisfaction que M. Fraser laisse la porte ouverte à d’autres recours sous la Loi dans le cas où le gouvernement fédéral ne prendrait pas les mesures appropriées pour mettre en oeuvre les recommandations du commissaire et se conformer à ses obligations en matière de langues officielles.

«Clairement, la balle est dans le camp du gouvernement fédéral. Le rapport du commissaire démontre qu’il y a eu, dans les compressions budgétaires de septembre 2006, manquement aux obligations du gouvernement envers les communautés de langue officielle. Des mesures correctives s’imposent», souligne Mme Routhier-Boudreau.

La FCFA rappelle qu’elle mène présentement un recours devant les tribunaux visant le rétablissement du Programme de contestation judiciaire.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Lise Routhier-Boudreau est la nouvelle présidente de la FCFA

This page is available in English

 

Ottawa - Les membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada ont élu une nouvelle présidente lors de leur 32e Assemblée générale annuelle, tenue cette fin de semaine à Ottawa. C’est Lise Routhier-Boudreau, bien connue pour son rôle-clef dans l’organisation du Sommet des communautés francophones et acadiennes, qui présidera aux destinées de la FCFA au cours des deux prochaines années.

«Dans la foulée du Sommet, il y a plusieurs défis qui nous attendent. Nous nous sommes donnés une vision rassembleuse et optimiste de notre avenir, nous devons maintenant unir nos forces pour en faire une réalité, a déclaré la nouvelle présidente de la FCFA. Nous avons du travail devant nous, mais je sens qu’il y a de l’énergie dans l’air et que les communautés sont prêtes à accomplir de grandes choses».

Originaire de Kapuskasing, en Ontario, et enseignante de formation, Lise Routhier-Boudreaua notamment présidé l’Association des enseignante et enseignants franco-ontariens (AEFO) et agi comme coprésidente du comité de travail pour la mise sur pied de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Depuis 2005, elle était vice-présidente de la FCFA.

Mme Routhier-Boudreau succède à Jean-Guy Rioux, à qui elle a d’ailleurs rendu hommage pour son leadership au cours des deux dernières années. «C’est Jean-Guy Riouxqui a initié le projet du Sommet des communautés francophones et acadiennes, c’est également lui qui a initié la revue de la gouvernance de la FCFA. Au nom de la Fédération, je le remercie pour son leadership, sa passion et son engagement», a souligné la présidente de la FCFA.

Les membres de la FCFA ont également élu Ghislaine Pilonà la vice-présidence. Mme Pilon est actuellement présidente de la Commission nationale des parents francophones. Par ailleurs, Edmond Richard(Ile-du-Prince-Édouard) a été élu trésorier de la Fédération, tandis que Jean Johnson et Karlynn Grenier, tous deux de l’Alberta, ont été choisis pour représenter respectivement les organismes porte-parole et les organismes nationaux au bureau de direction de la FCFA.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Paul Charbonneau et la Fédération culturelle canadienne-française sont les deux lauréats du Prix Boréal 2007 de la FCFA

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a remis, ce soir, son Prix Boréal 2007 à deux grands acteurs de la francophonie canadienne,à l'occasion d'une réception tenue à Ottawa. La FCFA a tenu à la fois à honorer le regretté Paul Charbonneau, directeur général de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) jusqu'à son décès en juillet dernier, et à saluer la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF) à l'occasion de son 30e anniversaire.

Avant d'assumer la direction générale de la FNCSF, Paul Charbonneau a notamment oeuvré à la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador et à la Commission nationale des parents francophones. Il a laissé le souvenir d'un francophone passionné qui savait rassembler autour d'objectifs communs des partenaires aux intérêts parfois divergents.

"On lui doit notamment d'avoir réuni autour d'une même table des représentants communautaires et gouvernementaux lors du Sommet des intervenants en éducation de langue française en situation minoritaire, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Au Sommet des communautés francophones et acadiennes, en juin, il était très content que nous ayons pu, tous ensemble, nous donner une vision commune. Son esprit et son exemple seront avec nous alors que nous entreprenons de faire de cette vision une réalité".

La FCFA a aussi remis le Prix Boréal à la Fédération culturelle canadienne-française en reconnaissance de ses 30 ans au service du développement des communautés.

"La FCCF s'est donné pour objectif d'assurer que le travail du secteur culturel communautaire et celui du secteur artistique contribuent à l'enracinement et à l'épanouissement des communautés francophones et acadiennes. À travers des initiatives aussi variées que la production de contenus canadiens de langue française sur Internet ou l'ouverture d'un bureau à Montréal pour promouvoir les produits de nos artistes, on voit clairement l'importance de la contribution qu'elle a apportée au développement et au rayonnement de la francophonie canadienne", indique M. Rioux.

Signature d'une entente sur trois ans entre la FCFA et le gouvernement du Québec
À l'occasion de la réception, M. Benoît Pelletier, ministre québécois des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, s'est adressé aux participants à titre de conférencier d'honneur. Le ministre et le président de la FCFA ont par ailleurs signé une entente de collaboration sur trois ans entre le gouvernement du Québec et la Fédération.

"Il s'agit d'une entente qui nous permettra de continuer à collaborer pour resserrer les liens entre le Québec et les communautés francophones et acadiennes, et de travailler ensemble pour la mise en oeuvre de la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne, explique M. Rioux. Nous sommes très heureux que le ministre Pelletier ait pu être des nôtres pour signer cette importante entente en présence des membres de la FCFA".

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada,
Tél. : (613) 241-7600
s.quinty@fcfa.ca

Retour

Rencontre de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne
La FCFA se réjouit de la prise de position des gouvernements en faveur d’un prochain plan sur les langues officielles

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille avec enthousiasme l’appui de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne à un nouveau plan sur les langues officielles. Dans un communiqué publié hier à l’occasion de la rencontre annuelle de la Conférence, les ministres responsables de la francophonie des provinces et des territoires ont lancé un appel au gouvernement fédéral pour l’élaboration de ce plan et pour le renouvellement des ententes sur les services en français. Rappelons que l’actuel Plan d’action pour les langues officielles vient à échéance en mars 2008.

«Cette prise de position de la Conférence va tout à fait dans le sens des aspirations des communautés francophones et acadiennes, et il faut féliciter les gouvernements provinciaux et territoriaux pour le leadership dont ils font preuve dans le dossier de la francophonie canadienne», souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux.

La FCFA estime qu’un nouveau plan sur les langues officielles et l’accroissement de la disponibilité de services en français sont deux éléments-clef qui permettront de faire de la vision du Sommet des communautés francophones et acadiennes une réalité, en accroissant la capacité des francophones et des Acadiens de vivre dans leur langue et de contribuer à l’enrichissement de leur milieu. La Fédération a d’ailleurs eu l’occasion, hier, de présenter les résultats du Sommet aux ministres provinciaux et territoriaux.

«La vision du Sommet prévoit des actions dans plusieurs domaines de développement au cours des dix prochaines années, et bon nombre de ces domaines sont de compétence provinciale/territoriale, comme la petite enfance, l’éducation ou la santé, explique Jean-Guy Rioux. Les communautés et les gouvernements ont donc tout intérêt à travailler ensemble vers des objectifs communs; notre appel à une collaboration plus étroite a d’ailleurs été très bien accueilli par les ministres. C’est très encourageant».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Josée Verner nommée ministre du Patrimoine canadien
Une mesure qui pourrait donner une coordination plus efficace du dossier des langues officielles, estime la FCFA

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille favorablement la nomination de l’honorable Josée Vernerà titre de ministre du Patrimoine canadien, qui devrait simplifier considérablement la structure du dossier des langues officielles au sein du gouvernement fédéral. La FCFA espère par ailleurs que les nouvelles fonctions de la ministre Verner lui permettront de mieux jouer son rôle de coordination globale de ce dossier.

«Selon la Loi sur les langues officielles, c’est à la ministre du Patrimoine canadien que revient la responsabilité de veiller à ce que l’ensemble des institutions fédérales adoptent des mesures pour mettre en oeuvre les engagements du gouvernement fédéral en matière de langues officielles, commente le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Or, depuis février 2006, c’est à titre de ministre de la Francophonie et des Langues officielles que Mme Verner assumait ces responsabilités, tandis que la ministre du Patrimoine canadien, Mme Oda, ne s’occupait pas du dossier des langues officielles. Cette structure manquait quelque peu de clarté».

La FCFA est confiante que le nouveau rôle de Mme Verner permettra une gestion plus intégrée du dossier des langues officielles et donnera à la ministre les moyens d’agir avec leadership et autorité auprès de ses collègues du cabinet pour donner un nouvel élan pour le développement des communautés de langues officielles et la promotion de la dualité linguistique. «Le contexte nous semble excellent pour des initiatives d’envergure comme le développement d’une nouvelle stratégie gouvernementale en matière de langues officielles, qui succéderait au Plan d’action pour les langues officielles à compter d’avril 2008», souligne M. Rioux.

La FCFA se réjouit également que le portefeuille du Patrimoine canadien soit assumé par une ministre qui maîtrise les deux langues officielles. « À nos yeux, il est définitivement préférable que la ministre chargée de ce portefeuille, qui reflète l’identité sociale et culturelle du pays, puisse s’exprimer en français et en anglais», soutient M. Rioux.

La Fédération trouve cependant dommage que le portefeuille de la Francophonie ait été éliminé dans le remaniement ministériel. «Avec les célébrations du 400e anniversaire de la ville de Québec l’an prochain, avec le Sommet de la Francophonie qui se tiendra dans la Vieille Capitale à la même période, ce portefeuille nous semblait plus pertinent que jamais», indique le président de la FCFA.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Déclaration du président de la FCFA sur la nomination de François Boileau en tant que commissaire aux services en français de l'Ontario

La FCFA salue François Boileau, nouveau commissaire aux services en français de l’Ontario

Ottawa - Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, a émis la déclaration suivante suite à la nomination de François Boileau à titre de premier commissaire aux services en français de l’Ontario :

« François Boileau est bien connu à la FCFA, où il a contribué ses connaissances et son savoir-faire notamment à titre de directeur du bureau de Québec et d’avocat de la Fédération dans la cause Montfort. Sa réputation n’est plus à faire : la francophonie ontarienne vient d’acquérir un grand défenseur, et nous sommes très heureux de le voir accéder à ces nouvelles fonctions ».

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Sommet des communautés francophones et acadiennes
« Attendu que les francophones ont participé à fonder le Canada et souhaitent continuer à contribuer activement à l’essor de ce pays... »

 

Ottawa - Les communautés francophones et acadiennes apportent une contribution fondamentale à la société canadienne et entendent se donner d’ici la fin de l’année un plan de développement sur dix ans afin de maximiser cette contribution. C’est ce qui ressort de la Déclaration du Sommet des communautés francophones et acadiennes, signée hier à l’issue du Sommet par 33 organismes représentant les communautés.

« Les francophones ont parlé, et ce qu’ils ont dit est très clair : nous sommes là, nous allons continuer d’être là, et nous avons une vision et un projet collectif pour notre avenir », a déclaré la présidente du comité directeur du Sommet, Lise Routhier-Boudreau.

Le projet de société défini par les participants au Sommet vise notamment l’accroissement du nombre de francophones et d’Acadiens ; le renforcement des infrastructures, des services et des activités en français; un leadership fort, inclusif et légitime guidé par une vision claire ; le respect intégral des droits linguistiques et du principe de l’égalité réelle, ainsi qu’un soutien gouvernemental durable ; enfin, une prospérité économique équitable, solidaire et responsable au niveau économique. Les 33 organismes signataires se sont engagés à travailler ensemble pour développer d’ici la fin de 2007 le plan de développement qui permettra de concrétiser cette vision.

Les signataires ont également sollicité la participation des gouvernements fédéral et provinciaux/territoriaux et des municipalités pour la mise en oeuvre de ce plan. « Le développement des milieux de vie en français nécessite de plus en plus l’engagement de tous les niveaux de gouvernement, et il est tout à leur avantage de soutenir la dualité linguistique qui caractérise aujourd’hui notre pays », explique Mme Routhier-Boudreau.

« Je tiens à féliciter tous les participants et les organisateurs qui ont fait de ce sommet un succès remarquable, a souligné la ministre de la Coopération internationale et ministre de la Francophonie et des Langues officielles, l’honorable Josée Verner. La richesse des débats et la qualité des idées issues du Sommet sont indéniables et il s'agit désormais d'un incontournable pour tous ceux qui, comme notre gouvernement, ont à coeur l'avenir du français au Canada ».

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, qui est à l’origine du Sommet, a accueilli très positivement les conclusions de l’événement et s’est engagée à faciliter la poursuite du travail qui mènera à l’élaboration et à la mise en oeuvre du plan de développement.

« La FCFA jouera un rôle de rassembleur et organisera dès l’automne une grande rencontre, afin que les organismes signataires puissent définir ensemble les prochaines étapes et travailler pour donner des suivis concrets au Sommet », souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Reprise des travaux du comité permanent des langues officielles
Une bonne nouvelle pour les francophones à la veille du Sommet

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille avec enthousiasme le dénouement de l’impasse qui permettra au comité permanent des langues officielles de reprendre ses travaux dès demain. On apprenait hier après-midi que le gouvernement fédéral a décidé de proposer une nouvelle candidature pour la présidence du comité.

« Il y a quelques semaines, nous avons demandé au gouvernement fédéral de placer l’intérêt des citoyens avant toute autre considération et de résoudre la situation, rappelle le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. De toute évidence, les francophones ont été entendus, ce qui est très encourageant à deux jours à peine de l’ouverture du Sommet des communautés francophones et acadiennes ».

La FCFA remercie les parlementaires d’avoir mis de côté leurs différends pour le bénéfice de la dualité linguistique au Canada. « Il est tout à l’honneur du gouvernement et des partis d’opposition d’avoir accepté de collaborer pour que le comité puisse enfin reprendre ses travaux », souligne M. Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Déclaration du président de la FCFA sur la situation d'impasse au comité permanent des langues officielles

 

Ottawa - Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, a émis la déclaration suivante en apprenant l’impasse dans laquelle se trouve le comité permanent des langues officielles suite à la démission de son président, Guy Lauzon.

«La situation qui a été créée ce matin avec le départ et le non-remplacement de M. Lauzon est intolérable. Le comité permanent des langues officielles joue un rôle-clef en étudiant des dossiers extrêmement importants, comme le démontre le volumineux rapport déposé au Parlement la semaine dernière suite à son étude sur la vitalité des communautés.

La FCFA demande au gouvernement fédéral de placer l’intérêt des citoyens avant toute autre considération et de résoudre la situation afin que le comité puisse reprendre ses travaux dans les plus brefs délais».

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Rapport d’enquête préliminaire du commissaire aux langues officielles sur les coupures du 25 septembre
Des constats très satisfaisants, mais des recommandations faibles

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada approuve les constats du commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, dans son rapport d’enquête préliminaire sur l’abolition du financement du Programme de contestation judiciaire et d’autres coupures effectuées par le gouvernement fédéral en septembre dernier. Cependant, la FCFA trouve très faibles les recommandations du commissaire en ce qui a trait à des mesures correctives.

« Comme nous, M. Fraser conclut que le gouvernement fédéral n’a pas du tout respecté ses engagements et obligations de prendre des mesures positives pour appuyer le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire, souligne le président de la FCFA, Jean Guy Rioux. Ces constats très sévères à l’endroit du gouvernement sont très utiles, mais il est dommage que le commissaire ne les appuie pas par des recommandations plus mordantes ».

Le commissaire recommande notamment au gouvernement d’entreprendre une évaluation approfondie de l’impact des résultats de l’examen des dépenses de 2006 sur les communautés de langue officielle en situation minoritaire. « Étant donné que le commissaire parle, dans son rapport, de violations aux engagements et aux obligations prévus par la Partie VII de la Loi sur les langues officielles, il est étonnant qu’on ne recommande pas, par exemple, un renversement pur et simple de la décision d’abolir le financement du PCJ et des autres décisions constituant des violations », indique M. Rioux.

La FCFA offre ces premières réactions au rapport préliminaire du commissaire au nom des organismes qui ont entrepris un recours judiciaire visant le rétablissement du PCJ, soit elle-même, la Commission nationale des parents francophones (CNPF), la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) et la Fédération des associations de juristes d’expression française de common law (FAJEF). Le Quebec Community Groups Network (QCGN), qui rassemble les communautés minoritaires anglophones du Québec, soutient également les réactions de la FCFA.

La FCFA et les organismes susmentionnés félicitent le Commissariat aux langues officielles et M. Fraser pour la qualité de l’analyse et des conclusions qu’on retrouve dans le rapport d’enquête préliminaire. Ils y voient notamment plusieurs points qui pourront appuyer le recours devant les tribunaux pour assurer le rétablissement du Programme de contestation judiciaire.

La FCFA réunira prochainement son conseil d’administration pour préparer sa réponse officielle au rapport d’enquête préliminaire, qu’elle déposera au cours des 30 prochains jours.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

L’honorable Josée Verner, l’honorable Stéphane Dion et Mme Antonine Maillet parmi les invités d’honneur au Sommet

 

Les organisateurs du Sommet des communautés francophones et acadiennes sont heureux de dévoiler les noms des invités d’honneur qui participeront à l’événement.

Lors de la cérémonie d’ouverture, qui se déroulera au Musée canadien des civilisations le vendredi 1er juin, le gouvernement du Canada sera représenté par l’honorable Josée Verner, ministre de la Coopération internationale et ministre de la Francophonie et des Langues officielles.La vice-présidentedu Sénat, l’honorable Rose-Marie Losier-Cool, sera également présente, ainsi que M. Clément Duhaime, administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie, qui représentera le secrétaire général de l’OIF, Son Excellence Abdou Diouf.

Les organisateurs du Sommet sont également ravis d’annoncer que la romancière et dramaturge Antonine Maillet a accepté d’agir comme conférencière invitée lors de cette cérémonie d’ouverture. «Antonine Maillet incarne à la fois l’âme acadienne et tout ce qu’il y a de vivant et fier dans la francophonie canadienne, souligne la présidente du comité directeur, Lise Routhier-Boudreau. Je suis très contente qu’elle soit avec nous pour prêter ses mots et sa poésie au travail de bâtisseurs qui nous attend».

Le samedi 2 juin, le Sommet aura le plaisir d’accueillir l’honorable Stéphane Dion, chef de l’Opposition officielle, ainsi que Mme Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario. Le recteur de l’Université d’Ottawa, M. Gilles Patry, M. Louis Lalande, directeur général des Services régionaux de Radio-Canada, et M. Graham Fraser.

Le dimanche 3 juin, des représentants de l’hôpital Montfort d’Ottawa remercieront les communautés francophones et acadiennes pour leur appui à la cause Montfort. Mme Sylvie Saint-Pierre-Babin , membre du conseil d’administration du Mouvement des caisses Desjardins, sera également présente.

Inscriptions au Sommet : c’est complet
L’équipe organisatrice est par ailleurs fière de confirmer que le Sommet affiche complet depuis le 1ermai. Au total, ce sont plus de 700 participants qui convergeront vers Ottawa le 1er juin, en provenance de toutes les provinces et tous les territoires.

«C’est un résultat qui montre vraiment que quand les enjeux en valent la peine, les francophones se mobilisent en force, indique Mme Routhier-Boudreau. L’engouement envers le Sommet est tel que si on avait suffisamment d’espace, on pourrait facilement atteindre le double d’inscriptions qu’on a actuellement. Cela montre sans l’ombre d’un doute que les communautés veulent vivre en français et sont déterminées à se donner les moyens de le faire».
 

- 30-

Vanessa Moisan-Willis, responsable des communications du Sommet des communautés francophones et acadiennes
Tél.: (613) 241-7600
vanessa@fcfa.ca

Retour

Benoît Pelletier reconduit aux Affaires intergouvernementales canadiennes
De bonnes nouvelles pour la francophonie, estime la FCFA

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit de voir Benoît Pelletier reconduit dans ses fonctions à titre de ministre québécois des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne.

« Au cours des quatre dernières années, le ministre Pelletier a montré une grande sensibilité et une très bonne compréhension en ce qui a trait aux réalités et aux défis des communautés francophones et acadiennes, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Nous sommes heureux de poursuivre avec lui le travail que nous avons entamé sur de nombreux dossiers qui touchent l’ensemble de la francophonie canadienne ».

La FCFA rappelle que c’est en grande partie grâce au leadership de Benoît Pelletier que la nouvelle Politique du Québec en matière de francophonie canadienne a vu le jour. « Dès 2003, le ministre a annoncé l’intention de son gouvernement de réintégrer la francophonie canadienne. Nous souhaitons travailler avec lui pour concrétiser cette vision », indique M. Rioux.

La FCFA entend, entre autres, poursuivre sa collaboration avec M. Pelletier dans le cadre des travaux de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, qui regroupe l’ensemble des ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables des affaires francophones.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Vingt-cinq ans après l’entrée en vigueur de la Charte canadienne des droits et libertés
De nombreux gains pour les francophones mais encore du travail à faire pour atteindre l’égalité réelle

This page is available in English

 

Ottawa - La Charte canadienne des droits et libertés a permis des avancées significatives au niveau des droits linguistiques des francophones, mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour que l’intention de la Charte à cet égard devienne réalité. C’est le bilan que fait la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, à l’occasion du 25e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Charte. La FCFA souligne également que les nombreux gains au cours des années ont démontré la volonté et la capacité de mobilisation des francophones.

« Il y a vingt-cinq ans aujourd’hui, la Fédération des francophones hors Québec déclarait que l’amélioration du sort des minorités francophones dépendrait de l’application de la Charte par les gouvernements fédéral et provinciaux, rappelle le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Or, force est de constater que c’est surtout devant les tribunaux que les francophones ont obtenu des gains. Dans plusieurs cas, ils ont dû consacrer temps et ressources à des procédures judiciaires pour faire valoir leurs droits sous la Charte, en particulier au niveau scolaire.

La Charte a notamment permis aux francophones de faire valoir leur droit à la gestion scolaire et à des écoles dans leur langue entre autres en Alberta (jugement Mahé , 1990), au Manitoba (Renvoi manitobain , 1992) et à l’Île-du-Prince-Édouard (jugement Arseneault-Cameron , 2000). Par ailleurs, une interprétation favorable de la Charte par la Cour d’appel de l’Ontario a joué un rôle dans la survie de l’hôpital Montfort, jugé institution essentielle au développement de la communauté franco-ontarienne.

Si les gains ont été nombreux, en particulier au niveau des droits scolaires, le travail demeure presque entier, en revanche, au niveau de l’atteinte de l’égalité réelle entre les deux langues officielles. « Il y a certes eu des progrès en ce qui a trait aux services en français, mais dans plusieurs juridictions, on est encore loin de l’égalité entre les deux langues, » souligne Jean-Guy Rioux.

La FCFA note par ailleurs que l’abolition du Programme de contestation judiciaire limite de beaucoup la capacité des francophones de faire valoir leurs droits linguistiques devant les tribunaux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Stephen Harper au 9e Banquet de la Francophonie de Prescott et Russell
Le Premier ministre énonce une vision très positive de la vitalité et de la contribution des communautés

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et les collectivités qu’elle représente se réjouissent du discours livré par le Premier ministre Stephen Harper, samedi dernier, quant à la contribution et à la vitalité des communautés francophones partout au pays et à l’engagement de son gouvernement à appuyer les minorités linguistiques.

Le Premier ministre assistait au 9e Banquet de la Francophonie de Prescott et Russell, tenu à Embrun, dans l’Est de l’Ontario. À cette occasion, il a pris le temps d’échanger avec plusieurs représentants des communautés francophones et acadiennes, en particulier des représentants de la FCFA et des communautés de l’Ontario, de la Saskatchewan et de l’Alberta.

Lors de son allocution, M. Harper a déclaré que «dans l’ensemble du pays, les francophones ont forgé - et continueront de forger - l’identité linguistique et culturelle de notre grand pays, qui est respecté dans le monde entier.» Il a également réitéré que son gouvernement demeurait «résolu à appuyer le bilinguisme et les minorités linguistiques dans l’ensemble du pays, minorités au sein desquelles le bilinguisme est une réalité de la vie quotidienne.»

Les communautés accueillent très positivement la reconnaissance par le Premier ministre de leur contribution à la construction d’un Canada fort. Elles souhaitent que l’investissement de 30 millions annoncé dans le budget lundi dernier pour les communautés de langue officielle permette d’accroître cette contribution en répondant aux priorités et aux enjeux des francophones vivant en milieu minoritaire.

La FCFA désire souligner la présence, lors du Banquet, de la ministre de la Coopération internationale et ministre de la Francophonie et des Langues officielles, l’honorable Josée Verner, ainsi que du député de Glengarry-Prescott-Russell, M. Pierre Lemieux, et du député d’Ottawa-Orléans, M. Royal Galipeau.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Dépôt du budget fédéral 2007
Un signal positif envers les communautés francophones et acadiennes

This page is available in English

 

Ottawa - « Le budget fédéral 2007 est encourageant au niveau de la reconnaissance qu’il accorde aux collectivités de langue française vivant partout au pays et à l’importance de la dualité linguistique ». C’est ce qu’a déclaré le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, suite au dépôt du budget par le ministre des Finances Jim Flaherty.

Le budget fédéral prévoit un investissement supplémentaire de 30 millions de dollars sur deux ans, en complément aux sommes prévues dans le Plan d’action pour les langues officielles, pour des activités culturelles et parascolaires et des centres communautaires, dans le but notamment d’accroître les avantages liés à la dualité linguistique chez les jeunes. «Il reste à voir de quelle manière ces nouveaux investissements répondront concrètement aux besoins et priorités identifiés par les communautés francophones et acadiennes elles-mêmes», souligne toutefois M. Rioux.

L’investissement de 52 millions de dollars dans l’organisation du XIIe Sommet de la Francophonie, qui aura lieu à Québec en 2008, retient également l’attention de la FCFA, qui note avec satisfaction l’emphase mise par le gouvernement fédéral sur la participation de «toutes les collectivités francophones à l’échelle du pays».

«Le gouvernement semble vouloir assumer un rôle-clef pour garantir, à l’occasion du Sommet, une mise en valeur du fait français tel qu’il se vit d’un bout à l’autre du pays. Cela montre que sa vision de la francophonie canadienne évolue de façon positive », souligne M. Rioux.

La FCFA a également relevé, notamment, l’augmentation du soutien financier à l’enseignement postsecondaire, ainsi que les investissements importants annoncés pour les soins de santé et pour la création, avec les provinces, de places en garderie. La Fédération rappelle qu’il s’agit là de trois secteurs de développement très importants pour les communautés, et souhaite que le gouvernement travaille avec les provinces pour adopter des mesures positives pour assurer que ces investissements aient des retombées pour la capacité des francophones d’obtenir des soins dans leur langue et de s’éduquer en français de la petite enfance à l’université.

«Le ministre a déclaré que pour bâtir un Canada meilleur, nous devons investir en fonction des valeurs qui nous unissent et qui reflètent ce que c’est que d’être Canadiens. En conjonction avec une reconnaissance dans le budget de l’importance de la dualité linguistique et des communautés de langue officielle, cette déclaration nous permet d’espérer davantage de mesures concrètes pour appuyer les milieux de vie en français partout au pays», indique M. Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Inscrivez-vous en ligne au www.fcfa.ca pour le Sommet des communautés francophones et acadiennes!

 

Joignez-vous à ce rendez-vous historique!

Inscrivez-vous en ligne au www.fcfa.ca pour le Sommet des communautés francophones et acadiennes!

Ottawa - Dès le 1er mars 2007, l’inscription au premier Sommet des communautés francophones et acadiennes sera possible via le www.fcfa.ca. Un moyen simple, direct et efficace qui vous permettra d’assurer votre présence à ce rendez-vous historique qui se tiendra à Ottawa les 1er, 2 et 3 juin 2007.

«Nous prévoyons accueillir près de six cents représentants des communautés francophones et acadiennes en provenance de toutes les provinces et territoires du Canada. Nous avons réalisé de grands progrès depuis 30 ans mais il nous faut demeurer vigilants, intensifier nos efforts et nous concerter pour assurer notre croissance. C’est le temps de faire le point sur nos acquis et sur les défis qui se dressent devant nous. J’invite donc toutes les personnes qui croient que la francophonie est une richesse inestimable pour le Canada et qu’il faut l’aider à s’épanouir, à participer au Sommet pour définir tous ensemble les balises de notre avenir», a déclaré madame Lise Routhier-Boudreau, présidente du Comité directeur du Sommet des communautés francophones et acadiennes.

Au cours de la dernière année, le Comité directeur du Sommet a tenu une série de consultations auprès de dizaines d’organisations de la francophonie canadienne et reçu plusieurs mémoires relativement aux enjeux ciblés. Il s’en dégage une longue liste de pistes d’action qui ont été regroupées sous cinq chantiers. Ces chantiers peuvent être considérés comme des domaines transversaux dans lesquels des travaux importants seront entrepris au cours des dix prochaines années. Durant le Sommet, des ateliers porteront sur chacun de ces chantiers afin de préciser les pistes d’action à entreprendre en priorité et le partage des responsabilités à cet égard.

Voici les thèmes des chantiers qui seront discutés au Sommet:

1) Notre population: + un million en 2017!

2) Notre espace: vivre en français 24 heures sur 24!

3) Notre gouvernance: ensemble et efficaces!

4) Notre influence: engagés, écoutés et entendus!

5) Notre développement: investir, innover, réussir!

Toutes les informations relatives au Sommet ainsi que le formulaire d’inscription en ligne sont disponibles sur le site Internet de la FCFA du Canada à www.fcfa.ca

Forum de discussion
Par ailleurs, la Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) du Canada, maître d’oeuvre du Sommet, a initié un nouveau forum de discussion interactif ouvert à tous sur son site Internet. Toute la population est invitée à y participer en prenant part aux discussions sur les grands enjeux du Sommet ainsi que sur les grands dossiers d’actualité qui ont un impact sur la vitalité des communautés francophones et acadiennes.
 

- 30-

Vanessa Moisan-Willis, responsable des communications du Sommet des communautés francophones et acadiennes
Tél.: (613) 241-7600 vanessa@fcfa.ca

Retour

La FCFA lance son forum de discussion en ligne

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada invite depuis ce matin les internautes à échanger sur les enjeux et les défis de la francophonie canadienne en milieu minoritaire, en visitant son tout nouveau forum de discussion en ligne au www.fcfa.ca .

«Pour nous, le caractère de plus en plus participatif d’Internet représente une occasion d’établir des points de contact au sein de la francophonie, d’aller puiser les points de vue et la rétroaction des internautes de langue française par rapport aux enjeux et aux défis auxquels nos communautés font face, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. C’est par les échanges et les débats qu’on génère de nouvelles idées, et ça représente une force pour nous».

Le forum de discussion de la FCFA comprend actuellement trois sections où les internautes pourront discuter du Sommet des communautés francophones et acadiennes qui aura lieu en juin prochain, des différents dossiers reliés au développement des communautés, et des grandes questions d’actualité et de politique.

La FCFA souhaite également que le forum de discussion serve à créer des liens et à mieux faire connaître les communautés francophones et acadiennes auprès des internautes du Québec et de la francophonie internationale.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Sondage CROP - Radio-Canada sur le bilinguisme
Des données très positives, mais un bémol important s'impose

This page is available in English

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit des résultats très positifs du sondage réalisé par CROP et Radio-Canada sur l’état du bilinguisme au pays. Cependant, la FCFA estime important d’apporter un sérieux bémol au niveau des données sur la satisfaction des francophones vivant en milieu minoritaire à l’égard des services gouvernementaux dans leur langue.

La méthodologie utilisée par CROP indique en effet que la majorité des francophones en milieu minoritaire qui ont participé à ce sondage proviennent des régions à forte concentration francophone en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Pour la FCFA, cet élément explique les taux de satisfaction très élevés de ces francophones face aux services en français qu’ils reçoivent du gouvernement provincial (71 %) et du gouvernement fédéral (76 %).

«Sans minimiser l’importance de l’opinion des francophones de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, il faut tout de même se demander si on aurait un taux de satisfaction aussi élevé si l’échantillonnage comprenait davantage de francophones des autres provinces, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Il reste énormément de travail à faire au niveau des services en français dans les régions qui sont moins représentées dans ce sondage, et c’est avec cette nuance fondamentale qu’il faut lire ces résultats».

La FCFA trouve toutefois très encourageantes les données sur les attitudes des Canadiens et des Canadiennes par rapport au bilinguisme. Notamment, un total de 81 % des répondants (dont 77 % des Canadiens de langue anglaise à l’extérieur du Québec) souhaite que le Canada demeure un pays bilingue.

«Ce sont des données positives et motivantes pour les communautés francophones et acadiennes, qui participent au travail de promotion de la dualité linguistique au Canada», souligne Jean-Guy Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Contribution fédérale de 750 000 $ au Centre de santé Saint-Thomas
Un pas dans la bonne direction, selon la FCFA

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille favorablement l’annonce par le gouvernement fédéral d’un appui de 750 000 $ au Centre de santé Saint-Thomas, en Alberta. La FCFA tient à rappeler que la communauté franco-albertaine attendait cette annonce depuis longtemps.

« Il est tout à l’honneur du gouvernement fédéral d’avoir reconnu que le Centre de santé Saint-Thomas est un projet que la communauté franco-albertaine a clairement identifié comme prioritaire, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Cet appui du gouvernement constitue un premier geste concret en suivi à cette reconnaissance ».

La FCFA souhaite que le gouvernement soit bientôt en mesure de confirmer le reste du financement demandé par le Centre de santé Saint-Thomas, pour un investissement total de 1,25 million de dollars.

La Fédération tient par ailleurs à souligner la persévérance de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) et de l’ensemble de la communauté franco-albertaine dans ce dossier. « La communauté savait ce qu’elle voulait, et elle l’a fait valoir très clairement, commente Jean-Guy Rioux. On voit aujourd’hui le fruit de ses efforts, et au nom de l’ensemble des communautés francophones et acadiennes, je tiens à féliciter tous les Franco-Albertains et toutes les Franco-Albertaines ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Rumeurs sur une alternative au Programme de contestation judiciaire
La restauration intégrale du PCJ demeure la seule solution, dit la FCFA

This page is available in English

 

Ottawa - Selon une information circulée la semaine dernière dans les médias, des avocats auraient identifié le principe de la requête de provision pour frais (requête dite à la «Okanagan») comme façon de pallier la disparition du Programme de contestation judiciaire (PCJ). La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada tient à souligner très clairement que ce type de requête ne constituera jamais une solution valable à l’abolition du PCJ.

Dans le cas Okanagan, la Cour Suprême a contraint le gouvernement de la Colombie-Britannique à payer les frais juridiques d’une bande autochtone qui, dans le cadre d’un recours contre la province, avait réussi à démontrer qu’elle n’avait pas les moyens de défrayer les coûts juridiques.

Pour la FCFA, si le principe de la requête de provision pour frais a son utilité, il n’équivaut nullement à une solution de remplacement du Programme de contestation judiciaire. «Ce qu’on demanderait aux communautés, c’est de passer à travers deux procès chaque fois qu’elles veulent faire valoir leurs droits linguistiques, souligne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux; le premier pour démontrer qu’elles n’ont pas les moyens de débourser les frais juridiques, et le second pour mener à bien leur action juridique comme tel».

Cette alternative signifierait qu’au lieu de bénéficier d’un programme avec des critères de financement bien balisés, les communautés devraient s’en remettre à un précédent juridique dont l’application demeure à la discrétion des tribunaux, ce qui est inacceptable aux yeux de la FCFA.

Par ailleurs, envisager le principe de la requête à la Okanagan comme solution de remplacement du PCJ ne tiendrait pas compte de l’obligation du gouvernement fédéral, en vertu de la Loi sur les langues officielles, d’adopter des mesures positives pour appuyer le développement des minorités linguistiques au Canada.

Enfin, la FCFA tient à rappeler que l’utilité du Programme de contestation judiciaire dépasse le financement de causes pour la défense des droits linguistiques ou des droits à l’égalité. «Le PCJ a également financé plusieurs études qui ont permis d’outiller les causes présentées par les communautés francophones et acadiennes pour faire avancer les droits linguistiques,» précise Jean-Guy Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

Abolition du Programme de contestation judiciaire
La demande de révision judiciaire suspendue jusqu’en avril

This page is available in English

 

Ottawa - À la demande des avocats de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et de ceux du gouvernement du Canada, la Cour fédérale a accepté la semaine dernière de suspendre jusqu’au début du mois d’avril la requête en révision judiciaire concernant l’abolition du Programme de contestation judiciaire.

Cette mesure a été adoptée parce que les avocats du gouvernement envisageaient de contester la requête sur des questions de procédure, ce qui aurait retardé d’autant le début du procès sur le fond. En suspendant les procédures pour six mois, les parties ont convenu que certaines objections préliminaires ne seraient pas soulevées par le gouvernement au début de l’audience. Cette suspension permettra également à la FCFA de voir si le Commissariat aux langues officielles aura terminé son rapport d’enquête à ce moment. Le cas échéant, elle pourra également s’appuyer sur les conclusions de ce rapport pour appuyer sa requête. Dans le cas contraire, la FCFA pourra également s’appuyer sur certains éléments de la Loi sur les langues officielles, dont la Partie VII, puisque plus de six mois se seront écoulés depuis le dépôt de sa plainte au CLO.

La FCFA accepte cette mesure parce qu’elle garantit que le processus judiciaire, lorsqu’il reprendra, portera véritablement sur la question de fond, soit l’abolition du Programme de contestation judiciaire, et non sur des questions procédurales qui engendreraient des coûts importants sans pour autant permettre une résolution du litige.

«Ce n’est pas en dépensant pour s’enliser dans des questions procédurales, comme les avocats du gouvernement envisageaient de le faire, que la FCFA exercerait une saine gestion des fonds publics qu’elle reçoit, déclare le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Nous devons assurer que nous investissons réellement pour la défense des droits des communautés francophones et acadiennes».

La FCFA demeure absolument déterminée à reprendre les procédures juridiques au mois d’avril si le Programme de contestation judiciaire n’a pas été restauré à cette date. La Fédération exprime le souhait que le Commissaire aux langues officielles dépose d’ici le 7 avril son rapport confirmant que la décision d'abolir le PCJ est contraire aux obligations du gouvernement fédéral sous la Loi sur les langues officielles.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que neuf organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél.: (613) 241-7600 s.quinty@fcfa.ca

Retour

 

Bureau au Québec

43, rue de Buade, bureau 460
Québec (Québec) G1R 4A2
Canada

Téléphone: 418.692.5752
Télécopieur: 418.692.5820

Courriel: fcfaquebec@videotron.ca

Siège social

450, rue Rideau, bureau 300
Ottawa (Ontario) K1N 5Z4
Canada

Téléphone. : 613.241.7600
Télécopieur. : 613.241.6046

Courriel : info@fcfa.ca

Suivez-nous sur



Ce site a été réalisé avec le soutien financier du ministère du Patrimoine canadien

© Tous droits réservés 2018 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada