UNE VOIX QUI RASSEMBLE Porte-parole principal de la
FRANCOPHONIE CANADIENNE dans neuf provinces et trois territoires
  • AAA
  • Print

Communiqués 2005

Le 20 décembre 2005
Jugement de la Cour Suprême dans la cause Charlebois Une décision décevante pour les francophones partout au Canada

Le 16 décembre 2005
La FCFA réagit au premier débat des chefs Dualité linguistique : il faut passer des intentions à l’action

Le 7 décembre 2005
Programmes des partis sur la garde d’enfants Les centres pour la petite enfance demeurent une priorité pour les communautés francophones et acadiennes, dit la FCFA

Le 28 novembre 2005
Gala du 30e anniversaire de la FCFA du Canada Une nouvelle décennie sous le signe de l’affirmation

Le 23 novembre 2005
La FCFA fête 30 ans d’excellence !

Le 18 novembre 2005
Adoption du projet de loi S-3 Un vote historique pour le renforcement de la Loi sur les langues officielles

Le 15 novembre 2005
Dualité linguistique : il y a loin de la parole aux actes

Le 27 octobre 2005
Des résultats encourageants, mais des ajustements sont nécessaires

Le 11 octobre 2005
Un conflit de travail beaucoup trop long, estime la FCFA

Le 7 octobre 2005
Traduction automatisée de documents au gouvernement fédéral La FCFA demande aux députés fédéraux de dénoncer une pratique inadmissible

Le 7 octobre 2005
La FCFA demande aux députés fédéraux de dénoncer une pratique inadmissible

Le 20 septembre 2005
Une situation qui n’inspire pas confiance aux francophones

Le 8 septembre 2005
Quatrième semaine de lock-out à Radio-Canada Une situation qui a trop duré, estime la FCFA

Le 25 août 2005
Deuxième semaine de lock-out à Radio-Canada Les communautés francophones et acadiennes lourdement pénalisées

Le 5 août 2005
La FCFA salue la nomination de la nouvelle Gouverneure générale

Le 13 juin 2005
Les francophones doivent jouer un rôle plus important auprès des gouvernements, soutient le nouveau président de la FCFA

Le 29 mars 2005
Nomination de Claudette Tardif comme sénatrice La communauté franco-albertaine retrouve son siège au Sénat

Le 10 mars 2005
Tournée des régions du Québec dans le cadre de la Semaine de la francophonie Développement économique, immigration et jeunesse au menu

Le 9 mars 2005
Rehaussement de l’enveloppe francophone des Ententes Canada-communautés Les communautés francophones et acadiennes ne signeront pas d’ententes pluriannuelles sans augmentation de l’enveloppe

Le 4 mars 2005
Loi 163 sur les services en français à Ottawa Un recul pour le principe de la dualité linguistique

Le 23 février 2005
La FCFA du Canada réagit au budget fédéral Pas de nouveaux investissements pour le développement des communautés francophones et acadiennes

Le 14 février 2005
Renouvellement des Ententes Canada-communautés De nombreux appuis politiques

Le 8 février 2005
Le ministre de la Francophonie, l'honorable Jacques Saada, rencontre une cinquantaine de leaders communautaires

Le 21 janvier 2005
Rapport de la Commissaire aux langues officielles sur l'utilisation de la presse minoritaire Il est grand temps pour le gouvernement d'agir, estime la FCFA

Le 12 janvier 2005
Fermeture imminente de Radio Fredericton : une fragilisation très inquiétante du réseau des radios communautaires francophones et acadiennes
 


Jugement de la Cour Suprême dans la cause Charlebois
Une décision décevante pour les francophones partout au Canada

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada trouve décevant et préoccupant le jugement de la Cour Suprême dans la cause opposant Mario Charlebois à la Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Dans une décision faiblement majoritaire, la Cour a statué, la semaine dernière, que la Ville n’est pas tenue d’utiliser la langue officielle du justiciable devant les tribunaux. Bien que la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick prévoit des obligations linguistiques particulières pour les institutions et le gouvernement provincial, la Cour Suprême a jugé que ces obligations ne s’étendent pas aux municipalités.

Pour le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux, il s’agit là d’une interprétation restrictive qui ne tient pas compte de l’importance des municipalités dans la vitalité des communautés francophones et acadiennes. « Avec les transferts de responsabilités, l’accès des francophones à des services dans leur langue dépend de plus en plus des trois niveaux de gouvernement. Il faut donc renforcer les obligations des municipalités d’offrir ces services, et non pas l’affaiblir comme le fait le jugement Charlebois », souligne-t-il.

La FCFA trouve regrettable que ce soit les francophones de la seule province officiellement bilingue du Canada qui sont directement touchés par cette décision. Elle estime qu’une révision de la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick est souhaitable, afin de clarifier les obligations linguistiques des municipalités.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell : (613) 286-4820

Retour

La FCFA réagit au premier débat des chefs
Dualité linguistique : il faut passer des intentions à l’action

This page is available in English

 

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada trouve encourageantes les déclarations des chefs des partis politiques en faveur de la dualité linguistique au pays, et entend leur demander de faire suite à ces déclarations en signant un engagement solennel à appuyer le développement des francophones en milieu minoritaire au pays. La FCFA remettra cet engagement à tous les chefs de partis au cours des prochaines semaines.

« Ce qui ressort clairement du premier débat des chefs, c’est que les principaux partis fédéraux voient la dualité linguistique comme une valeur fondamentale définissant le Canada, déclare le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Les francophones en milieu minoritaire reflètent cette dualité linguistique et s’attendent maintenant à des engagements concrets envers le développement de leurs communautés ».

Le président de la FCFA note que les communautés francophones et acadiennes sont un partenaire dynamique dans l’essor et la prospérité du Canada. « Le chef du Parti Libéral, Paul Martin, a déclaré que nous avons un pays à bâtir, rappelle M. Rioux. Or, ce pays, c’est avec toutes les composantes de la société canadienne qu’il se bâtit, et il appartient maintenant aux partis de nous démontrer comment ils investiront dans l’excellence au sein de nos communautés pour atteindre cet objectif ».

La FCFA a également envoyé à chacun des partis, cette semaine, un questionnaire portant sur les enjeux des communautés francophones et acadiennes. « Ce questionnaire permettra aux partis de clarifier leurs intentions quant aux mesures qu’ils prendront pour appuyer les communautés dans la poursuite de leur développement », explique Jean-Guy Rioux.

Les réponses des partis aux questionnaires seront rendues publiques à la mi-janvier. On pourra notamment les trouver sur le site Internet de la FCFA, au www.fcfa.ca

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell : (613) 286-4820

Retour

Programmes des partis sur la garde d’enfants
Les centres pour la petite enfance demeurent une priorité pour les communautés francophones et acadiennes, dit la FCFA

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se joint à la Commission nationale des parents francophones (CNPF) pour souligner l’importance de mettre en place des services de garde éducative en français partout au Canada. « Comme la CNPF, nous jugeons essentiel que nos communautés puissent bénéficier de centres pour la petite enfance et la famille, rattachés à chacune des écoles primaires de langue française », commente le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux.

La FCFA se réjouit de la volonté des partis politiques d’investir dans le domaine de la garde d’enfants, mais estime que le développement de centres pour la petite enfance doit être au coeur de toute stratégie. « Ces centres sont un élément essentiel de la vitalité à long terme de nos communautés, puisqu’ils assurent un environnement en français à la prochaine génération dès les premières années de la vie », rappelle M. Rioux.

La FCFA encourage les partis à faire preuve d’audace en ce qui a trait à la petite enfance. « Ce n’est pas un domaine où des mesures timides sont acceptables, déclare le président de la Fédération. Les services à la petite enfance sont le gage de la prospérité à long terme du Canada ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell : (613) 286-4820

Retour

 

Gala du 30e anniversaire de la FCFA du Canada
Une nouvelle décennie sous le signe de l’affirmation

Ottawa - « Les communautés francophones et acadiennes doivent avoir le courage de dire le rôle qu’elles entendent jouer dans la société canadienne, le courage de présenter un positionnement fort et uni, et le courage de mettre de l’avant leur propre projet de société pour le Canada de demain ». C’est dans ces termes que le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, a décrit vendredi dernier les défis que relèveront la FCFA et ses membres au cours de la prochaine décennie.

À l’occasion du gala soulignant le 30e anniversaire de la FCFA, M. Rioux a rappelé aux 175 invités présents que les communautés francophones et acadiennes sont la manifestation vivante de la dualité linguistique, valeur fondamentale du Canada. « Assurer le rayonnement de la dualité linguistique comme facteur fondamental de l’identité et de l’unité du Canada, c’est un projet de société qui doit interpeller d’abord et avant tout les communautés francophones et acadiennes ».

M. Rioux estime que les acteurs de la francophonie canadienne devront profiter du Sommet des communautés francophones et acadiennes, que la FCFA prépare pour le printemps 2007, pour générer ensemble une vision dynamique pour l’avenir des communautés.

Lors du gala, le conférencier d’honneur, M. Yvon Fontaine, recteur de l’Université de Moncton, est revenu sur les grands moments qui ont marqué l’évolution des communautés francophones et acadiennes au cours des 30 dernières années. Il a également invité la Fédération à se doter d’une voix encore plus forte.

Tory Colvin reçoit le prix Boréal 2005
La FCFA a par ailleurs remis son prix Boréal 2005 à l’honorable juge Tory Colvin, en reconnaissance de son travail à l’avancement des droits linguistiques des francophones vivant en milieu minoritaire.

Spécialiste reconnu en droit criminel par le Barreau du Haut-Canada, le juge Colvin a été le premier anglophone à présider l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario. Il a aussi été président de la Fédération des associations de juristes d’expression française de common law (FAJEF), où il a milité en faveur de l’accès à la justice en français. « Tory Colvin incarne les raisons pour lesquelles le prix Boréal a été créé, déclare Jean-Guy Rioux. Il s’est dévoué entièrement au développement et à l’épanouissement des communautés francophones et acadiennes, et c’est un honneur pour nous de lui remettre ce prix. »

Le président de la FAJEF, Me Roger Lepage, a accepté le prix au nom du juge Colvin. Dans un message de remerciements, ce dernier a exprimé sa fierté de pouvoir se dire francophone. « Le cercle francophone s'élargit; c'est vous qui le faites, c'est moi qui en bénéficie », a déclaré le lauréat du prix Boréal.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell : (613) 286-4820

Retour

La FCFA fête 30 ans d’excellence !

Ottawa - Le vendredi 25 novembre, la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada soulignera en grand son 30e anniversaire lors d’une soirée gala à la Salle Panorama du Centre National des Arts. À cette occasion, 175 invités célébreront les réussites et la vitalité de la francophonie en milieu minoritaire au Canada.

M. Yvon Fontaine, recteur de l’Université de Moncton et ancien président de la Fédération des francophones hors Québec (maintenant la FCFA du Canada), prendra la parole à titre de conférencier d’honneur.

Lors du Gala, la FCFA remettra son Prix Boréal, décerné en reconnaissance de la contribution essentielle d’une personne ou d’un groupe d’individus oeuvrant au développement et à l’épanouissement des communautés francophones et acadiennes.

Les médias sont invités à assister au Gala à compter de 19 h 30, alors que le président de la FCFA, M. Jean-Guy Rioux, prononcera une allocution de bienvenue aux invités. Une table pour les médias sera installée à l’arrière de la salle.

FAITS SAILLANTS
19 h 30
Mot de bienvenue du président de la FCFA, Monsieur Jean-Guy Rioux

19 h 40
Message de Monsieur Benoît Pelletier, ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie canadienne, de l’Accord sur le commerce intérieur, de la Réforme des institutions démocratiques et de l’Accès à l’information - gouvernement du Québec

20 h 05
Allocution de l’honorable Mauril Bélanger, ministre du Commerce intérieur, leader adjoint du gouvernement à la Chambre des communes, ministre associé de la Défense nationale, ministre responsable des langues officielles et ministre associé de la Défense nationale - gouvernement du Canada

20 h 30
Allocution du conférencier d’honneur, Monsieur Yvon Fontaine, recteur de l’Université de Moncton

21 h 30
Remise du Prix Boréal de la FCFA du Canada

- 30-

Veuillez confirmer votre présence auprès de Serge Quinty, directeur des communications, au (613) 241-7600 ou au (613) 286-4820

Retour

Adoption du projet de loi S-3
Un vote historique pour le renforcement de la Loi sur les langues officielles

 

Ottawa - « Une avancée importante et historique pour les minorités francophones au pays ». C’est dans ces termes que le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean Guy Rioux, a qualifié l’adoption du projet de loi S-3 par les Communes, hier.

Entériné par tous les partis sauf le Bloc québécois, S-3 renforce le caractère exécutoire de la Partie VII de la Loi sur les langues officielles. Cette partie de la Loi définit l’engagement du gouvernement fédéral à appuyer le développement des minorités francophones et anglophones et à favoriser la progression vers l’égalité de statut et d’usage du français et de l’anglais au sein de la société canadienne.

Les modifications apportées par S-3 renforcent le langage de l’article 41 en parlant de l’obligation du gouvernement de prendre des « mesures positives » pour atteindre ces objectifs. En second lieu, ces modifications permettent au gouverneur en conseil de fixer, par règlement, les modalités d’exécution de la Partie VII. Enfin, S 3 rend la Partie VII justiciable sous l’article 77 de la Loi. En d’autres mots, des recours juridiques seront possibles en cas de violation des engagements énoncés dans cette Partie.

« Par ce vote, les députés ont fait preuve de vision et démontré leur attachement à la valeur fondamentale qu’est la dualité linguistique au Canada, déclare M. Rioux. La FCFA se réjouit que le Parti libéral, le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique aient uni leurs efforts pour assurer que ce projet de loi soit entériné avant le déclenchement d’élections fédérales ».

L’adoption de S-3 couronne des années de travail acharné par le sénateur à la retraite Jean-Robert Gauthier. Préoccupé par l’interprétation minimaliste que donnaient certaines institutions fédérales à la Loi sur les langues officielles, le sénateur Gauthier a mis de l’avant ce projet de loi dans le but de faire en sorte que la Loi devienne un « chien de garde » et non pas seulement un « chien de poche ».

« Les communautés francophones et acadiennes doivent une fière chandelle à Jean-Robert Gauthier, souligne le président de la FCFA. C’est grâce à sa persistance que cette clarification importante du caractère exécutoire des engagements contenus dans la Partie VII est maintenant en train de se concrétiser ».

La FCFA est confiante que le Sénat entérinera à son tour le projet de loi S-3 au cours des prochains jours.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Dualité linguistique : il y a loin de la parole aux actes

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada est déçue de la mise à jour économique et financière présentée, hier, par le ministre des Finances. Cette mise à jour ne prévoit aucun investissement au niveau du développement global des communautés de langue officielle en situation minoritaire ou de la promotion de la dualité linguistique.

« Comme le budget fédéral de février dernier, cette mise à jour ne reflète pas du tout l’engagement du gouvernement fédéral à promouvoir la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle, déplore le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Nous aurions souhaité voir, dans la mise à jour économique et financière, au moins une intention du gouvernement fédéral d’investir pour le renforcement des capacités de nos communautés, ce qui leur permettrait de jouer pleinement leur rôle dans la société canadienne ».

Le président de la FCFA s’étonne d’ailleurs qu’une telle mise à jour, assortie d’un plan axé sur la croissance et la prospérité, néglige l’apport des communautés francophones et acadiennes à cet égard. « Il y a plus de deux millions de parlants français à l’extérieur du Québec; le plein développement de ces communautés est indéniablement un facteur de prospérité économique pour notre pays ».

La FCFA juge que le gouvernement fédéral devra poser des gestes beaucoup plus concrets pour démontrer la valeur qu’il attache aux communautés minoritaires de langue officielle et à la dualité linguistique. « Dans son Discours du Trône de l’automne 2004, le gouvernement fédéral a réitéré son engagement à promouvoir la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle, rappelle M. Rioux. Il est grand temps que le gouvernement passe de la parole aux actes. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Des résultats encourageants, mais des ajustements sont nécessaires

 

Ottawa - " Le Plan d'action pour les langues officielles a eu un impact positif sur le développement des communautés francophones et acadiennes, mais des ajustements sont essentiels pour maximiser les retombées de cette initiative fédérale". C'est ce qu'a déclaré le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, en réaction au dépôt du rapport de mi-parcours du Plan à la Chambre des communes, ce matin.

" Quand le gouvernement assume un leadership et unit les efforts de plusieurs ministères. Cependant, on aimerait en voir encore plus au cours des prochaines années", commente M. Rioux.

Lancé en 2003, le Plan d'action pour les langues officielles, doté d'une enveloppe de 750 millions de dollars sur une période de cinq ans, affecte des fonds à la réalisation d'objectifs précis dans certains secteurs ciblés. La FCFA note que grâce au Plan, les secteurs de la justice, de la santé, de l'alphabétisation et de la petite enfance ont pu mettre sur pied de nombreuses initiatives structurantes.

La FCFA juge toutefois que les communautés doivent pouvoir disposer de moyens accrus pour participer pleinement à la réalisation des objectifs prévus. " Le Plan encourage la pratique de l'horizontalité, soit la collaboration de plusieurs ministères à la fois entre eux et avec les communautés elles-mêmes, rappelle M. Rioux. Il s'agit d'une pratique qui demande ressources, temps et connaissances pour nos organismes, qui ont des moyens limités ".

La FCFA estime par ailleurs que des ajustements financiers permettront la mise en oeuvre de plans d'actions sectoriels développés au cours de la première étape du Plan, entre autres en immigration.

Les changements structurels profonds amorcés au cours des dernières années en marge de la mise en oeuvre du Plan doivent se poursuivre. À cet effet, la FCFA entend tenir, au début de 2007, un sommet réunissant tous les acteurs communautaires et gouvernementaux qui travaillent au développement de la francophonie en milieu minoritaire. Cet événement permettra d'identifier les bases et les orientations d'une deuxième génération du Plan, à compter de 2008.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, et huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Un conflit de travail beaucoup trop long, estime la FCFA

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit de la reprise des activités à Radio-Canada, mais déplore la longueur démesurée du conflit de travail.

Le lock-out a en effet privé une grande partie des communautés francophones et acadiennes de programmation locale dans leur langue pendant près de deux mois. Le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux, juge que face à cette situation, le gouvernement fédéral aurait dû intervenir beaucoup plus tôt pour faciliter une résolution du conflit de travail.

" Nous n'avons cessé de dire que les services régionaux de Radio-Canada jouent un rôle essentiel dans le rayonnement du fait français partout au pays, commente M. Rioux. Lorsqu'un million de francophones ne peuvent avoir accès à des services locaux dans leur langue, c'est clairement le principe de la dualité linguistique au Canada qui est en jeu. Il a pourtant fallu sept semaines avant que le gouvernement fédéral intervienne, ce qui est vraiment regrettable ".

La FCFA juge que le gouvernement fédéral doit tirer des leçons de ce conflit de travail. Des mécanismes devront assurer qu'une telle situation, si elle devait se reproduire, ne pénalise plus les communautés francophones et acadiennes. " Le gouvernement doit démontrer l'importance qu'il attache à la dualité linguistique en assurant qu'à l'avenir, ce genre de conflit ne prive pas nos communautés du service essentiel qu'est Radio-Canada, indique M. Rioux. À tout le moins, il faut se donner les moyens de faire en sorte que les conflits de travail à la société d'État se règlent beaucoup plus rapidement. "

La FCFA entend surveiller la reprise des activités à Radio-Canada et s'attend à ce que les émissions et services dont bénéficiaient nos communautés avant le conflit de travail soient rétablis dans leur intégralité.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Traduction automatisée de documents au gouvernement fédéral
La FCFA demande aux députés fédéraux de dénoncer une pratique inadmissible

 

Ottawa - Les députés fédéraux doivent dénoncer l’usage de plus en plus fréquent de logiciels de traduction par le gouvernement fédéral, une pratique qui contrevient à la Loi sur les langues officielles. C’est ce qu’a déclaré le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, en réaction à la plainte déposée au Commissariat aux langues officielles à ce sujet par le député d’Acadie-Bathurst, Yvon Godin.

Cette plainte fait suite aux révélations selon lesquelles certains services Internet gouvernementaux, dont le service d’appels d’offres électroniques MERX et le Guichet Emplois du gouvernement fédéral, ont recours à des logiciels pour traduire des textes de l’anglais au français.

« Il s’agit d’une pratique inadmissible, commente M. Rioux. Comment peut-on penser qu’un logiciel qui donne des traductions incompréhensibles puisse permettre aux institutions fédérales de respecter leur obligation de communiquer avec le public dans les deux langues? »

M. Rioux estime que les députés fédéraux doivent intervenir pour faire en sorte que le gouvernement corrige le tir et respecte ses obligations en matière de langues officielles. « Si on ne dénonce pas cette pratique, si on n’exige pas que des mesures soient prises pour que ce genre de situation ne se reproduise plus, il y aura matière à se questionner sur le sérieux du gouvernement en ce qui a trait à la promotion de la dualité linguistique ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA demande aux députés fédéraux de dénoncer une pratique inadmissible

 

Ottawa - Les députés fédéraux doivent dénoncer l'usage de plus en plus fréquent de logiciels de traduction par le gouvernement fédéral, une pratique qui contrevient à la Loi sur les langues officielles. C'est ce qu'a déclaré le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, en réaction à la plainte déposée au Commissariat aux langues officielles à ce sujet par le député d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin.

Cette plainte fait suite aux révélations selon lesquelles certains services Internet gouvernementaux, dont le service d'appels d'offres électroniques MERX et le Guichet Emplois du gouvernement fédéral, ont recours à des logiciels pour traduire des textes de l'anglais au français.

" Il s'agit d'une pratique inadmissible, commente M. Rioux. Comment peut-on penser qu'un logiciel qui donne des traductions incompréhensibles puisse permettre aux institutions fédérales de respecter leur obligation de communiquer avec le public dans les deux langues? "

M. Rioux estime que les députés fédéraux doivent intervenir pour faire en sorte que le gouvernement corrige le tir et respecte ses obligations en matière de langues officielles. " Si on ne dénonce pas cette pratique, si on n'exige pas que des mesures soient prises pour que ce genre de situation ne se reproduise plus, il y aura matière à se questionner sur le sérieux du gouvernement en ce qui a trait à la promotion de la dualité linguistique ".

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Une situation qui n’inspire pas confiance aux francophones

 

Ottawa - Pages non disponibles en français, recours de plus en plus fréquent à des logiciels de traduction : la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada trouve inquiétante la performance de certains sites web du gouvernement fédéral en ce qui a trait aux langues officielles.

La FCFA est notamment surprise et déçue des ratés du nouveau site de Service Canada, la semaine dernière. Vendredi dernier, le quotidien LeDroit confirmait, suite au lancement du site, que les francophones cherchant les adresses des bureaux de Service Canada étaient automatiquement renvoyés sur les pages de langue anglaise, une situation qui a perduré pendant près de 24 heures.

" Cela n'inspire pas confiance aux francophones, commente le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Quand on pense que Service Canada est appelé à être un point de connexion central entre les citoyens canadiens et leur gouvernement, on est en droit d'être inquiets devant ce genre de situation ".

Selon M. Rioux, la commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, a raison de dire que cette situation démontre que les responsable gouvernementaux ont négligé les processus visant à effectuer les test appropriés pour assurer que tous les contenus soient offerts en ligne dans les deux langues officielles. " Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'il se produit de tels manquements lors de la mise en ligne de sites du gouvernement fédéral, déplore le président de la FCFA. Il y a définitivement matière à revoir les politiques et les procédures en place, et il faut assurer que les responsables gouvernementaux comprennent et appliquent intégralement ces mécanismes ".

La FCFA a l'intention de surveiller de très près l'évolution de ce dossier, et d'intervenir lorsque nécessaire pour assurer que les francophones du pays aient accès aux services en ligne du gouvernement fédéral dans leur langue.

Traduction automatisée : une manière inacceptable de se conformer à la Loi sur les langues officielles
La FCFA trouve par ailleurs regrettable l'utilisation de plus en plus fréquente, au gouvernement fédéral, de logiciels pour traduire des textes de l'anglais au français. " Certains sites gouvernementaux se sont donnés comme objectif de mettre en ligne de nouveaux contenus, dont des offres d'emploi, en l'espace de 24 heures. Mais si on sacrifie la qualité au nom de la performance et que le résultat en français est incompréhensible, à quoi sert-il de mettre ces textes en ligne dans ces délais? " se questionne le président de la FCFA.

La FCFA juge que l'utilisation d'une telle méthode équivaut à une incompréhension de l'esprit de la Loi sur les langues officielles. " Ce n'est pas en offrant une traduction automatisée et approximative et en espérant que les francophones pourront la comprendre que les institutions fédérales remplissent leur obligation de communiquer avec les citoyens canadiens dans les deux langues officielles ", estime Jean-Guy Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Quatrième semaine de lock-out à Radio-Canada
Une situation qui a trop duré, estime la FCFA

 

Ottawa - Des démarches doivent être entreprises immédiatement pour mettre fin au conflit de travail à Radio-Canada, estime la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. Le lock-out, qui perdure depuis maintenant quatre semaines, cause des torts intolérables à des centaines de milliers de francophones à travers le pays.

« Les francophones vivant en milieu minoritaire sont réellement pris en otage, estime le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux. Contrairement à leurs compatriotes de langue anglaise, une bonne partie de ces francophones n’ont aucun accès à une autre source d’émissions locales dans leur langue à la télévision ou à la radio. L’impact du lock-out est donc beaucoup plus dramatique pour eux, surtout à un moment où les activités reprennent après le congé estival ».

Selon M. Rioux, il est impératif que le gouvernement fédéral intervienne rapidement pour régler une situation qui prive un nombre élevé de Canadiens et de Canadiennes d’un service essentiel. « Radio-Canada faillit présentement à ses engagements en vertu de l’article 41 de la Loi sur les langues officielles en ce qui a trait à l’appui au développement des minorités francophones du Canada. Or, le gouvernement de Paul Martin s’est engagé, dans son Discours du Trône de l’automne dernier, à promouvoir la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle. Il est temps que le premier ministre fasse suite à cet engagement en assurant que le conflit de travail à Radio-Canada cesse dans les plus brefs délais».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Deuxième semaine de lock-out à Radio-Canada
Les communautés francophones et acadiennes lourdement pénalisées

 

En raison du lock-out à Radio-Canada, des centaines de milliers de francophones à travers le pays n’ont plus accès à des informations locales dans leur langue. C’est ce qu’a déploré, ce matin, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, M. Jean-Guy Rioux.

« Pour plusieurs communautés, Radio-Canada demeure la seule source d’information régionale à la radio et à la télévision, explique M. Rioux. Présentement, la majorité des francophones vivant en situation minoritaire qui syntonisent Radio-Canada reçoivent uniquement les nouvelles nationales et celles de Montréal, et cela ne reflète pas du tout leur réalité ».

La FCFA trouve d’ailleurs inacceptable que plusieurs francophones vivant en situation minoritaire soient contraints de se tourner vers les médias électroniques de langue anglaise pour obtenir des informations locales. M. Rioux rappelle que nombre de dossiers qui concernent directement les communautés francophones et acadiennes ne sont pas nécessairement couverts par les médias électroniques de langue anglaise. « Les stations régionales de Radio-Canada jouent un rôle essentiel dans nos communautés non seulement parce qu’elles couvrent l’actualité locale, mais parce qu’elles couvrent les sujets qui touchent plus directement la vie quotidienne des francophones ».

La FCFA demande au premier ministre Paul Martin d’intervenir pour assurer que le conflit de travail à Radio-Canada se règle le plus rapidement possible. « Lorsqu’un nombre aussi élevé de francophones en milieu minoritaire n’ont plus accès à une programmation radio ou télé régionale dans leur langue, c’est le principe de la dualité linguistique et celui de la capacité de vivre en français partout au pays qui est en jeu », soutient M. Rioux.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA salue la nomination de la nouvelle Gouverneure générale

 

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit de la nomination de Michaëlle Jean, à titre de Gouverneure générale du Canada. « Celle qui répondra bientôt à l’appellation de très honorable possède non seulement un bagage incommensurable de connaissances mais également une panoplie de réalisations professionnelles digne d’une femme habituée à côtoyer les gens de nos communautés », mentionne le président de la FCFA, Jean-Guy Rioux.

En effet, lors de sa déclaration suivant sa nomination, Michaëlle Jean s’est empressée de mentionner à quel point elle chérit la langue française et combien elle a consacré une partie de sa vie à interroger et à entendre les autres.

« Je crois sincèrement que Madame Jean sera une source d’inspiration pour nos communautés puisqu’elle les connaît bien compte tenu de son implication au sein d’organismes communautaires francophones. De plus, j’accueille favorablement son intention de valoriser les actions de ceux qui se dévouent pour l’épanouissement des communautés », renchérit M. Rioux.

Par ailleurs, la FCFA tient à souhaiter bonne continuation à la très honorable Adrienne Clarkson qui, dès son entrée en fonction, a su démontrer qu’elle comprenait les enjeux des minorités francophones et acadiennes du pays et n’a jamais hésité à participer à diverses activités de la FCFA.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Les francophones doivent jouer un rôle plus important auprès des gouvernements, soutient le nouveau président de la FCFA

Ottawa - Les communautés francophones et acadiennes doivent promouvoir avec conviction leur rôle au sein du Canada et dans l’élaboration de politiques publiques. C’est ce qu’a déclaré le nouveau président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, à l’issue de la 30e assemblée générale annuelle de l’organisme.

« Il faut que nous soyons convaincus de la force de notre voix au sein du Canada; c’est à nous de donner le ton, souligne M. Rioux. Nous avons un rôle primordial à jouer dans la société canadienne et auprès de l’appareil gouvernemental ».

Le nouveau président de la FCFA faisait écho aux discussions qui ont eu lieu lors de l’assemblée générale sur la capacité des minorités francophones à influencer le processus d’élaboration de politiques publiques. Lors d’une table ronde sur le sujet, les panélistes ont confirmé que les communautés francophones et acadiennes devaient assumer un plus grand rôle dans les débats sur les grandes problématiques sociales canadiennes, afin d’éviter d’être marginalisées.

Le secrétaire parlementaire du ministre de la Santé, l’honorable Robert Thibault, a d’ailleurs noté, lors d’une allocution devant les délégués à l’assemblée générale, qu’il appartenait aux minorités francophones d’être présentes dans l’élaboration des politiques et de saisir les occasions de faire valoir auprès du gouvernement fédéral leur contribution à la société canadienne.

L’honorable Raymond Simard, secrétaire parlementaire du ministre responsable des langues officielles, s’est également adressé aux membres de la FCFA pour réitérer l’engagement du gouvernement fédéral à promouvoir la vitalité des communautés francophones et acadiennes, en assurant la pleine mise en oeuvre du Plan d’action pour les langues officielles.

L’assemblée générale annuelle a élu Jean-Guy Rioux pour succéder à Georges Arès à la présidence de la FCFA. Originaire de Shippagan, au Nouveau-Brunswick, le nouveau président occupait jusqu’à présent la vice-présidence de l’organisme. Actif dans le milieu de l’enseignement pendant trois décennies, M. Rioux a notamment été vice-recteur de l'Universite de Moncton - campus de Shippagan (1980-1990). Il a aussi été président de la Société des Acadiens et des Acadiennes du Nouveau-Brunswick (SAANB) de 2000 à 2004.

Les membres de la FCFA ont profité de l’occasion pour rendre hommage à Georges Arès pour son importante contribution à l’avancement des dossiers des communautés francophones et acadiennes au cours de ses quatre années à la présidence de l’organisme. Ils ont notamment souligné la vision et la passion de M. Arès, ainsi que son rôle-clef dans l’établissement de liens avec les autres composantes de la société canadienne.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Nomination de Claudette Tardif comme sénatrice
La communauté franco-albertaine retrouve son siège au Sénat

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophone et acadienne (FCFA) du Canada accueille avec enthousiasme la nomination de Claudette Tardif au Sénat. Avec cette nomination, la communauté franco-albertaine obtient une représentation à la chambre haute pour la première fois en quatre décennies.

Le président de la FCFA, George Arès, souligne que le premier ministre Martin vient de combler une lacune très importante. « Depuis 41 ans, l’absence de représentation au Sénat était ressentie vivement par les Franco-Albertains. Avec la nomination de Claudette Tardif, le premier ministre montre qu’il reconnaît l’importance, pour le Sénat, de bien représenter les communautés de langue officielle en situation minoritaire. Mme Tardif est la personne idéale pour représenter les intérêts de la communauté franco-albertaine. C’est un excellent choix. »

La FCFA rappelle toutefois que les communautés francophones et acadiennes attendent d’autres nominations au cours de l’année pour compléter leur représentation au Sénat. « Le départ de Jean-Robert Gauthier a créé une vacance importante au niveau de la représentation de la communauté franco-ontarienne », estime M. Arès. « Il est important que le premier ministre fasse un choix aussi judicieux à ce niveau qu’il l’a fait en Alberta. Nous espérons que ce vide en Ontario sera comblé rapidement ».

La FCFA félicite enfin le général Roméo Dallaire de sa nomination au Sénat. « Le général Dallaire est un grand Canadien qui symbolise les meilleures valeurs de notre pays », déclare M. Arès. « Sa nomination est un atout important pour le rayonnement du Canada à l’international, y compris au sein de la francophonie mondiale ».

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Tournée des régions du Québec dans le cadre de la Semaine de la francophonie
Développement économique, immigration et jeunesse au menu

 

Québec - Dans le cadre de la Semaine de la francophonie qui se déroule du 14 au 18 mars 2005, seize représentants des communautés francophones et acadiennes du Canada participeront à la première Tournée des régions du Québec. Représentant les secteurs du développement économique, de l’immigration et de la jeunesse, plus de vingt-cinq organismes québécois seront au rendez-vous afin d’échanger idées, expertises et savoir-faire.

Durant les cinq jours de la Tournée, certains participants auront la chance d’assister, entre autres, au Congrès annuel de Solidarité rurale du Québec, de visiter deux Carrefours jeunesse-emploi et se rendre dans les bureaux du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. «Cette initiative représente pour nous une belle occasion de mieux faire connaître la vitalité et le savoir-faire de nos communautés auprès des Québécois», souligne Georges Arès, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, organisatrice de l’événement.

Au terme de la Tournée, les participants des communautés francophones et acadiennes et ceux du Québec auront non seulement établi des liens entre eux mais également échangé au sujet de leurs intérêts et de leurs préoccupations semblables.

Cette première édition de la Tournée des régions du Québec est organisée avec la collaboration du Secrétariat des affaires intergouvernementales canadiennes (SAIC) du Québec. La Tournée des régions bénéficie également de l’appui des partenaires gouvernementaux suivants : la Colombie-Britannique, l’Alberta, le Manitoba, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard ainsi que Terre-Neuve-et-Labrador.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell. : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

ou

Pierre Bhérer, directeur du bureau à Québec, FCFA du Canada
Tél. : (418) 692-5752
Courriel : p.bherer@bellnet.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Rehaussement de l’enveloppe francophone des Ententes Canada-communautés
Les communautés francophones et acadiennes ne signeront pas d’ententes pluriannuelles sans augmentation de l’enveloppe

 

Ottawa - En l’absence de l’augmentation de 18 millions dans l’enveloppe francophone des Ententes Canada-communautés, les communautés francophones et acadiennes s’attendent à ce que le ministère du Patrimoine canadien bonifie provisoirement, mais substantiellement, cette enveloppe pour l’année 2005-2006. Elles acceptent également l’invitation de la ministre du Patrimoine canadien, Liza Frulla, de travailler avec elle afin de préparer un dossier pour le ministre des Finances, dans le but d’assurer une augmentation pluriannuelle de l’enveloppe. C’est la position qu’ont adoptée hier les porte-parole des communautés francophones et acadiennes, tout en indiquant clairement qu’ils ne signeront pas d’ententes avant de connaître les résultats de la démarche auprès du ministre des Finances.

Les porte-parole ont par ailleurs réitéré leur grande déception face au dernier budget fédéral, qui ne contenait pas l’augmentation demandée par les communautés francophones et acadiennes. « L’augmentation devait permettre aux communautés de relever les nouveaux défis sociaux, économiques et démographiques auxquels elles font face, et d’assurer ainsi leur vitalité », souligne le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

Les communautés francophones et acadiennes estiment que le budget déposé le 23 février n’est pas à la mesure des engagements pris par le gouvernement fédéral dans le Discours du Trône. « Les porte-parole s’attendent à ce que le premier ministre clarifie ses intentions quant à la promotion de la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle », souligne M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Loi 163 sur les services en français à Ottawa
Un recul pour le principe de la dualité linguistique

Ottawa - La nouvelle loi sur la politique des services en français à Ottawa ne reconnaît pas le statut bilingue de la capitale nationale, et ne répond nullement aux attentes de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. C’est ce qu’a déclaré le président de la FCFA, Georges Arès, en réaction à l’adoption de la loi 163 par le gouvernement de l’Ontario, mercredi dernier.

« La loi 163 ignore complètement le principe de la dualité linguistique au Canada, » déplore M. Arès. « Les Canadiens francophones ne trouvent rien dans cette loi qui leur permette d’être fiers de leur capitale nationale. »

La FCFA est déçue de la décision du gouvernement ontarien d’ignorer les amendements au projet de loi proposés par divers intervenants de la francophonie canadienne et ontarienne. Ces amendements auraient reconnu le principe de l’égalité du français et de l’anglais dans l’administration municipale et la prestation des services municipaux.

« Ce principe d’égalité des deux langues officielles est reconnu dans la Charte canadienne des droits et libertés, et il serait normal que la capitale du pays opère selon ce principe, » estime M. Arès. « On ne peut pas dire qu’avec cette loi, le gouvernement ontarien démontre son appui à la dualité linguistique. »

La FCFA déplore par ailleurs que la loi 163 ne garantisse aucunement les acquis des francophones d’Ottawa quant aux services dans leur langue. « Les francophones de la capitale étaient en droit de s’attendre que les services en français offerts par leur ville soient confirmés et protégés par cette loi. Malheureusement, la loi 163 est très loin d’atteindre cet objectif. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA du Canada réagit au budget fédéral
Pas de nouveaux investissements pour le développement des communautés francophones et acadiennes

 

Ottawa - Le budget présenté cet après-midi par le ministre des Finances, l’hon. Ralph Goodale, ne reflète pas du tout l’engagement du gouvernement fédéral à promouvoir la vitalité des communautés minoritaires de langue officielle, estime la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada. Cet engagement, pris dans le dernier Discours du Trône, ne semble pas avoir résulté en de nouveaux investissements.

Selon les informations obtenues par la FCFA, il appert que le budget ne contient pas le rehaussement de 18 millions qu’elle demande quant à l’enveloppe consacrée aux communautés francophones et acadiennes dans les Ententes Canada-communautés.

« Selon nos informations, il semblerait que ce rehaussement ne soit pas dans le budget, malgré tous les appuis politiques reçus dans ce dossier, » déplore le président de la FCFA, Georges Arès. « L’absence d’un investissement supplémentaire pour le développement des communautés francophones et acadiennes est définitivement préoccupante, et suscite des inquiétudes quant à la signature prévue des Ententes Canada-communautés. »

La FCFA entend à présent évaluer les options qui s’offrent aux communautés qu’elle représente. « Nos associations porte-parole doivent connaître quelles sont les solutions alternatives qui seront proposées par le ministère du Patrimoine canadien avant de décider d’un cours d’action pour l’année 2005-2006, » explique M. Arès.

M. Arès souhaite que les discussions se poursuivent avec Patrimoine canadien afin d’en arriver à un accord pour le rehaussement futur de l’enveloppe francophone des Ententes Canada-communautés et ce, dans les meilleurs délais. « Nous désirons travailler en collaboration avec le ministère pour développer des ententes qui répondront aux besoins des communautés et témoigneront de l’engagement du gouvernement fédéral à leur égard, » commente le président de la FCFA.

La FCFA note par ailleurs l’annonce, dans le budget fédéral, d’une somme de cinq milliards de dollars sur cinq ans pour l’élaboration d’un cadre portant sur une initiative d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Il va de soi que le développement de la petite enfance en français est une priorité pour les communautés francophones et acadiennes.

La FCFA s’attend à ce que les ententes entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux, par rapport à ce fonds, prennent en compte les besoins des francophones en milieu minoritaire. « Le gouvernement fédéral a d’ailleurs reconnu le développement de la petite enfance comme un secteur de développement prioritaire dans le Plan d’action pour les langues officielles, » rappelle M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Renouvellement des Ententes Canada-communautés
De nombreux appuis politiques

 

Ottawa - La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada se réjouit des nombreux appuis qu’elle a reçus du milieu politique et gouvernemental quant au rehaussement de l’enveloppe consacrée aux communautés francophones et acadiennes dans les Ententes Canada-communautés.

« Un bon nombre de députés et sénateurs, de tous les partis politiques, appuient notre démarche, » souligne le président de la FCFA, Georges Arès. « Surtout, nous avons obtenu le soutien de ministres détenant des portefeuilles importants au sein du gouvernement Martin. »

La FCFA s’attend à ce que le prochain budget fédéral, qui sera déposé le 23 février par le ministre des Finances, l’honorable Ralph Goodale, confirme un investissement supplémentaire de 18 millions de dollars dans cette enveloppe, qui passerait ainsi de 24 à 42 millions de dollars par année.

M. Arès indique que les organismes représentant les communautés francophones et acadiennes demeurent solidaires dans ce dossier. « Les associations porte-parole provinciales et territoriales, ainsi que les organismes sectoriels, ont fait un travail extraordinaire de sensibilisation auprès des intervenants de tous les partis politiques. »

Par ailleurs, la FCFA et ses associations membres prennent bien note de la confirmation par la ministre du Patrimoine canadien, l’honorable Liza Frulla, de l’intention de son ministère de signer les nouvelles Ententes d’ici le 31 mars. « Nos communautés s’attendent à ce que Patrimoine canadien leur propose des modèles de cadres de collaboration au cours des prochaines semaines, » commente M. Arès. « Cependant, la signature rapide des Ententes avant la fin de l’année 2004-2005 dépendra du contenu du prochain budget fédéral quant à l’enveloppe consacrée au développement des communautés francophones et acadiennes. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Le ministre de la Francophonie, l'honorable Jacques Saada, rencontre une cinquantaine de leaders communautaires

 

Ottawa - Une cinquantaine de leaders communautaires en provenance de tous les coins du pays ont participé à une journée de formation offerte par la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, afin d’être en mesure de se positionner sur l’échiquier international.

Durant la formation, le ministre de la Francophonie, l’honorable Jacques Saada, a nettement encouragé les communautés francophones et acadiennes à s’ouvrir au monde de l’international. Lors de son allocution, il a su motiver les leaders communautaires présents, en empruntant quelques mots de la plume du philosophe Sénèque. « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles », a ainsi cité le ministre Saada.

« Il est évident que le ministre Saada reconnaît l’importance de la contribution des communautés francophones et acadiennes dans le développement de la Francophonie internationale et la FCFA s’engage à travailler de pair avec ce ministère afin d’atteindre les résultats escomptés, mentionne Georges Arès, président de la FCFA. Notre organisme a d’ailleurs la ferme intention d’effectuer, au cours des prochaines années, un travail de promotion de nos communautés au sein de la Francophonie internationale ».

La journée s’est déroulée sous forme de conférences et d’ateliers, durant lesquels, les participants ont pu échanger avec des intervenants qui oeuvrent autant dans les domaines de la gestion et de l’immigration que dans celui du développement économique. Cette session leur a permis à la fois de se regrouper et de s’outiller en vue de faire un travail soutenu de promotion sur la scène internationale. En fait, la FCFA, avec ses partenaires, verra à mettre en oeuvre un plan visant la promotion des communautés sur la scène internationale. La concrétisation de ce plan aura, entre autres, des retombées au niveau du développement économique et culturel tout en démontrant les bienfaits de l’immigration.

La FCFA tient à souligner l’appui du ministère des Affaires étrangères dans le cadre de cette journée de formation.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Rapport de la Commissaire aux langues officielles sur l'utilisation de la presse minoritaire
Il est grand temps pour le gouvernement d'agir, estime la FCFA

 

Ottawa - « Le gouvernement fédéral doit agir pour assurer des placements publicitaires équitables dans les médias communautaires francophones et acadiens. » C’est ce qu’a déclaré le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, suite à la publication du rapport de la Commissaire aux langues officielles sur l’utilisation de la presse minoritaire par le gouvernement.

La FCFA se réjouit de la vigilance du Commissariat aux langues officielles, qui a servi dans ce rapport un rappel important au gouvernement fédéral concernant l’utilisation des médias de langue officielle en milieu minoritaire. La FCFA partage cependant la déception de la Commissaire devant le peu de suivi que le gouvernement a donné aux recommandations qu’elle a formulé, il y a deux ans, dans l’étude Utilisation de la presse de langue officielle minoritaire par les institutions fédérales. Ces recommandations visaient entre autres à assurer que tous les intervenants dans le dossier des placements publicitaires du gouvernement fédéral comprennent les règles du Conseil du Trésor concernant la presse minoritaire, ainsi que les engagements du gouvernement en matière de communication avec les Canadiennes et les Canadiens en vertu de la Loi sur les langues officielles.

« Considérant combien la réduction dramatique des placements publicitaires gouvernementaux dans les journaux et les radios communautaires a fragilisé l’ensemble du réseau des médias francophones et acadiens, il est troublant et décevant d’apprendre, en plus, que seulement cinq des 18 recommandations de la Commissaire ont été mises en oeuvre », déclare le président de la FCFA, Georges Arès.

La FCFA appuie entièrement la Commissaire aux langues officielles en ce qui a trait à la nécessité pour le gouvernement de fournir un effort concerté pour la mise en oeuvre accélérée des recommandations. « Nous avons suffisamment sensibilisé le gouvernement fédéral aux problèmes que pose le déficit de placements publicitaires gouvernementaux dans nos médias communautaires, et au droit des communautés francophones et acadiennes d’être informées dans leur langue quant aux services et programmes de leur gouvernement, » estime M. Arès. « Le Commissariat aux langues officielles et le Comité permanent des langues officielles ont tous deux formulé des recommandations à ce sujet. Le gouvernement dispose de tous les outils nécessaires pour agir rapidement dans ce dossier. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Fermeture imminente de Radio Fredericton : une fragilisation très inquiétante du réseau des radios communautaires francophones et acadiennes

 

Ottawa - La fermeture imminente de CJPN, la radio communautaire francophone de Fredericton, signale une fragilisation inquiétante des médias des communautés francophones et acadiennes du Canada. C’est ce qu’estiment la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) et l’Alliance des radios communautaires du Canada (ARC du Canada).

Les radios communautaires sont un outil de développement essentiel pour les communautés francophones et acadiennes. Cependant, la situation précaire de certaines stations démontre la fragilité du réseau formé par ces radios.

« Actuellement, quatre radios communautaires représentant les quatre grandes zones géographiques du pays connaissent des difficultés majeures qui mettent en question leur existence; d’autres radios ont dû, au cours de la dernière année, procéder à des coupures budgétaires importantes », déclare le président de l’ARC du Canada, Réjean Aucoin.

Au cours de la dernière année, les placements publicitaires du gouvernement fédéral dans les radios communautaires francophones et acadiennes ont accusé une baisse de 200 000 $ par rapport à l’année précédente. Cette baisse a eu un impact important sur le budget d’opération de plusieurs radios.

Au cours des derniers mois, l’ARC du Canada a entrepris d’importantes démarches afin d’identifier des solutions à long terme aux problématiques auxquelles font face plusieurs radios communautaires.

Cependant, la FCFA et l’ARC du Canada estiment qu’il importe maintenant de mettre en oeuvre une stratégie concertée afin d’assurer à court terme l’intégrité du réseau. « Étant donné l’urgence de la situation, nous appuierons l’ARC du Canada afin de faire en sorte que des communautés francophones comme celle de Fredericton puissent continuer à bénéficier d’une radio communautaire dans leur langue et à leur image », indique le président le la FCFA, Georges Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

 

 

Bureau au Québec

43, rue de Buade, bureau 460
Québec (Québec) G1R 4A2
Canada

Téléphone: 418.692.5752
Télécopieur: 418.692.5820

Courriel: fcfaquebec@videotron.ca

Siège social

450, rue Rideau, bureau 300
Ottawa (Ontario) K1N 5Z4
Canada

Téléphone. : 613.241.7600
Télécopieur. : 613.241.6046

Courriel : info@fcfa.ca

Suivez-nous sur



Ce site a été réalisé avec le soutien financier du ministère du Patrimoine canadien

© Tous droits réservés 2018 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada