UNE VOIX QUI RASSEMBLE Porte-parole principal de la
FRANCOPHONIE CANADIENNE dans neuf provinces et trois territoires
  • AAA
  • Print

Communiqués 2004

Le 4 novembre 2004
Plus de 60 rencontres au programme Équipe francophonie réclame une augmentation substantielle des fonds pour le développement de la Francophonie canadienne

Le 19 octobre 2004
Rapport de la Commissaire aux langues officielles Les francophones s'attendent à des résultats, souligne la FCFA

Le 5 octobre 2004
Discours du Trône Un engagement fort à l'égard du Plan d'action, souligne la FCFA

Le 28 septembre 2004
La FCFA salue le nouveau départ de l'ACFO

Le 16 août 2004
Assemblée générale annuelle de la FCFA du Canada Le fédéral doit agir en partenariat dans le domaine des langues officielles, disent les francophones

Le 16 septembre 2004
Entente des premiers ministres sur la santé Les francophones font des gains, mais il reste du travail à faire

Le 8 septembre 2004
Les francophones doivent être à l’agenda de la conférence sur la santé

Le 16 août 2004
La Société nationale de l'Acadie reçoit le prix Boréal de la FCFA

Le 20 juillet 2004
Les nouveaux ministres de la francophonie ont du pain sur la planche, souligne la FCFA

Le 29 juin 2004
La FCFA se réjouit du résultat de l'élection

Le 22 juin 2004
Les francophones doivent compter des alliés dans chaque parti, dit la FCFA

Le 15 juin 2004
Le silence de M. Harper laisse les francophones sans réponses

Le 26 mai 2004
Harper doit jouer franc jeu avec les francophones, dit la FCFA

Le 25 mai 2004
Langues officielles Les chefs de parti devront clarifier leurs intentions, dit la FCFA

Le 17 mars 2004
Bilinguisme dans les commerces locataires du gouvernement fédéral La FCFA interviendra auprès du gouvernement fédéral

Le 11 mars 2004
La francophonie canadienne en vedette sur trois continents

Le 11 février 2004
Cause Casimir sur l'accès à l'école anglaise au Québec Les francophones défendent leurs droits scolaires en Cour suprême du Canada

Le 9 février 2004
Décès de M. Claude Ryan La francophonie canadienne perd un grand ami, dit la FCFA

Le 2 février 2004
Un discours du Trône encourageant pour les francophones, dit la FCFA

Le 29 janvier 2004
Discours du Trône Le gouvernement doit réaffirmer son engagement à l’égard de la dualité linguistique, dit la FCFA

Le 15 janvier 2004
La FCFA voudrait une capitale nationale bilingue en 2004

Le 12 janvier 2004
La FCFA choisit Pierre Bhérer pour diriger son bureau au Québec
 


Plus de 60 rencontres au programme
Équipe francophonie réclame une augmentation substantielle des fonds pour le développement de la Francophonie canadienne

Une délégation composée de chefs de file des communautés francophones et acadiennes de tout le pays rencontrera aujourd'hui plus de 60 parlementaires dans le but de les convaincre d'appuyer une augmentation du budget d'un important programme de développement des communautés de langue officielle.

Menée par la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), Équipe francophonie 2004 rassemble une soixantaine de chefs de file des communautés francophones en milieu minoritaire. Les participants et participantes espèrent convaincre les parlementaires d'appuyer une augmentation des fonds alloués à la portion francophone des Ententes Canada-communautés à un minimum de 42 millions $ par année, alors qu'ils se chiffrent actuellement à 24,4 millions $ par année.

« Les fonds de ce programme sont pratiquement au même niveau qu'en 1992, alors que nos communautés font face à de nouveaux défis qu'ils doivent pouvoir relever », a indiqué le président de la FCFA, Georges Arès. Parmi ces nouveaux défis, M. Arès a cité l'exode rural qui affecte les communautés francophones et acadiennes de façon particulière et les compétences de plus en plus spécialisées que doivent acquérir les organismes qui contribuent directement au développement communautaire.

« Les Ententes Canada-communautés forment la base du financement permettant le développement de la francophonie canadienne. Cette base doit être renforcée pour permettre à toutes nos communautés de contribuer pleinement à l'évolution de la société canadienne », a dit M. Arès.

Le président de la FCFA a précisé que si le Plan d'action pour les langues officielles annoncé en 2003 par le gouvernement fédéral a permis de développer de nouveaux secteurs, tels la santé et l'immigration, de même qu'à consolider les investissements en éducation; il ne prévoit pas d'augmentation substantielle des fonds consacrés au développement communautaire, de certains secteurs tels les arts et la culture, ni au renforcement des acquis des communautés.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a comme rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Rapport de la Commissaire aux langues officielles
Les francophones s'attendent à des résultats, souligne la FCFA

Ottawa - Les francophones vivant en milieu minoritaire s’attendent à ce que les démarches du gouvernement fédéral produisent une amélioration concrète de leur situation, a souligné le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Georges Arès, suite à la publication du rapport annuel de la Commissaire aux langues officielles.

« Mme Adam a raison de réclamer une approche axée sur les résultats de la part des fonctionnaires fédéraux », a souligné M. Arès. « Lorsque des études sont effectuées, elles révèlent des lacunes importantes dans les services en français offerts dans les bureaux désignés bilingues. Le gouvernement doit prendre des mesures correctrices pour les régler ces problèmes. » Par exemple, une étude récente sur les services téléphoniques effectuée par le Secrétariat du Conseil du Trésor[1] révèle qu’à l’ouest du Manitoba, il a été impossible d’obtenir des renseignements en français dans plus de 30% des cas.

Également, M. Arès a bien accueilli la recommandation de la commissaire concernant l’atteinte des objectifs en éducation. « Le défi que s’est donné le gouvernement est ambitieux. Un contrôle rigoureux des progrès réalisés est essentiel pour pouvoir faire les investissements ciblés qui sont nécessaires », a-t-il dit.

Le président de la FCFA estime que Mme Adam a visé juste en demandant que les ressources allouées aux langues officielles soient maintenues dans le contexte de la révision de programmes. « Nous surveillerons attentivement les compressions budgétaires qui s’annoncent pour éviter qu’elles ne freinent le développement de la francophonie canadienne au moment où les langues officielles sont identifiées comme une priorité gouvernementale. Au contraire, les ressources consacrées au développement de nos communautés devront augmenter pour suivre l’évolution des besoins », a souligné M. Arès.

M. Arès joint sa voix à celle de Mme Adam pour demander que le gouvernement fédéral reconnaisse le caractère exécutoire de la Partie VII de la Loi sur les langues officielles. « Une véritable mise en oeuvre de cette partie de la Loi nous rapprocherait beaucoup d’une approche globale au développement de nos communautés de la part du gouvernement fédéral », a précisé M. Arès.

Finalement, la FCFA désire elle aussi voir le gouvernement fédéral faire plus au niveau de la promotion de la dualité linguistique. « Cette responsabilité ne doit d’ailleurs pas se limiter aux agences et ministères ayant des responsabilités particulières à l’égard des langues officielles, mais doit se faire par tout l’ensemble du gouvernement, à commencer par le Premier ministre. »

[1] L’étude peut être consultée en ligne à : www.hrma-agrh.gc.ca/ollo/aud-ver/date_f.asp

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Discours du Trône
Un engagement fort à l'égard du Plan d'action, souligne la FCFA

L'engagement sur le Plan d'action pour les langues officielles contenu dans le Discours du Trône présenté aujourd'hui a été bien accueilli par le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

« Avant et pendant les élections, des ministres importants nous avaient assuré que le Plan d'action serait mis en oeuvre », a indiqué M. Arès. « Il est cependant rassurant de voir un engagement aussi fort et aussi clair dans le Discours du Trône. »

Le Plan d'action inclut des investissements dans plusieurs secteurs du développement des communautés de langue officielle, tels l'éducation, la petite enfance et la santé. Des interventions bien ciblées auront un impact positif important dans ces domaines, estime M. Arès.

« Je suis heureux de lire que le gouvernement fédéral entend promouvoir davantage la vitalité des communautés de langues officielles. Pour ce faire, il devra renforcer les organismes francophones oeuvrant au niveau national, provincial, territorial ou local, l'action de ceux-ci étant au centre du développement de la francophonie », a souligné M. Arès.

« Le Plan d'action pour les langues officielles fait peu pour renforcer directement le réseau associatif de la francophonie canadienne. Au-delà du Plan d'action, nous travaillons donc avec plusieurs parlementaires de tous les partis pour que davantage d'appui soit disponible pour l'ensemble des secteurs de développement de nos communautés, avec le prochain budget comme objectif », a dit le président de la FCFA.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA salue le nouveau départ de l'ACFO

Le président de la FCFA du Canada, Georges Arès, s'est dit heureux de voir l'ACFO prendre un nouvel élan comme Assemblée des communautés franco-ontariennes et souhaite voir l'organisme se remettre sur pied rapidement.

"L'ACFO est ressortie de son assemblée générale avec un nouvel élan. Les francophones de l'Ontario doivent en profiter pour rebâtir l'organisme, ce qui ne peut être fait que si tous les intervenants travaillent ensemble au cours des quatre prochains mois", a ajouté M. Arès. En effet, le nouveau président de l'ACFO, Jean Poirier, a indiqué que l'organisme devra définir de nouvelles structures au cours de cette période.

M. Arès a félicité M. Poirier, tout en soulignant qu'il a une lourde tâche à accomplir. "Je sais que Jean a assez de coeur à l'ouvrage pour réussir. Je lui souhaite la meilleure des chances."

Le président de la FCFA a souligné l'importance pour les francophones de l'Ontario de bénéficier d'un organisme de revendication politique tel l'ACFO. "La communauté francophone de l'Ontario doit pouvoir compter sur un organisme porte-parole fort qui représente la communauté auprès des instances gouvernementales", a dit M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Assemblée générale annuelle de la FCFA du Canada
Le fédéral doit agir en partenariat dans le domaine des langues officielles, disent les francophones

Les délégués des membres de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada ont insisté pour que le gouvernement fédéral agisse en partenariat avec les communautés, les provinces et les territoires dans le domaine des langues officielles, lors de la 29e assemblée générale annuelle de l'organisme, tenue cette fin de semaine à Halifax dans le cadre du 400e anniversaire de l'Acadie.

"Nos communautés doivent être impliquées comme partenaire à part entière dès l'étape d'élaboration de politiques ou de révision de programmes, à chaque fois que cela touche leur développement", a insisté le président de la FCFA, Georges Arès. "Si davantage d'agences et de ministères du gouvernement fédéral ont ce réflexe depuis la publication du Plan d'action pour les langues officielles, plusieurs d'entre eux n'impliquent toujours les communautés qu'à la toute fin du processus ou même pas du tout." M. Arès estime que l'implication des communautés doit mener à la prise en compte de la réalité particulière et des besoins des francophones des différentes régions du pays.

Les revendications des francophones semblent avoir été bien reçues par le nouveau ministre responsable des langues officielles, M. Mauril Bélanger, et la nouvelle ministre du Patrimoine canadien, Mme Liza Frulla, tous deux présents à l'assemblée générale de l'organisme.

M. Bélanger a souligné l'importance d'impliquer l'ensemble du gouvernement fédéral dans la mise en oeuvre du Plan d'action pour les langues officielles." M. Bélanger dit depuis longtemps que les organismes des communautés doivent être considérés comme des partenaires privilégiés pour le gouvernement fédéral", a rappelé Georges Arès.

Mme Frulla s'est d'ailleurs engagée à travailler de près avec M. Bélanger pour veiller à l'application du Plan d'action pour les langues officielles. Elle a également annoncé qu'elle entreprendrait dès cet automne une importante consultation des communautés francophones et acadiennes en milieu minoritaire, pour déterminer comment maximiser les retombées des programmes d'appui aux communautés de langue officielle et d'inscrire les priorités de ces communautés au sein des priorités gouvernementales.

Maintenant vingt associations membres

La FCFA du Canada a profité de son assemblée générale pour accueillir un nouveau groupe parmi ses membres, soit l'Assemblée des aînées et aînées francophones du Canada. Alors que la francophonie canadienne s'apprête à renégocier les ententes d'appui au développement des communautés de langue officielle avec le ministère du Patrimoine canadien, l'addition de ce groupe renforce encore davantage le statut de la FCFA comme porte-parole national de la francophonie canadienne, avec un total de vingt associations membres.

Enfin, les personnes déléguées à l'assemblée générale ont réélu par acclamation M. Jean-Guy Rioux du Nouveau-Brunswick comme vice-président de la Fédération, pour un mandat de deux ans. Le Bureau de direction de l'organisme s'est en outre enrichi de la présence de M. Luketa M'Pindou, de l'Alberta, directeur de la région de l'Ouest et du Nord, en remplacement de M. Michel Chartier, qui a servi avec distinction au Bureau de direction au cours des quatre dernières années. Mme Coleen Soltermann, de l'Île-du-Prince-Édouard, a quant à elle été reconduite dans ses fonctions de directrice de la région Est, d'ailleurs renommée région Acadie lors de l'assemblée annuelle. La présidence de la Fédération ne fera l'objet d'une élection que l'année prochaine.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Entente des premiers ministres sur la santé
Les francophones font des gains, mais il reste du travail à faire

L'entente sur le financement de la santé intervenue hier entre les premiers ministres du pays aidera à améliorer les soins de santé en français dans tout le pays. Il reste cependant du travail à faire, ont souligné ce matin les présidents de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, et de la Société Santé en français, Hubert Gauthier.

M. Arès s'est réjouit que l'amélioration de l'accès aux soins de santé en français dans tout le pays ait fait partie des sujets discutés lors de la conférence. "Pour la première fois, une entente nationale sur la santé comporte un engagement explicite à l'égard des communautés francophones en situation minoritaire, alors que nos préoccupations sont généralement passées sous le tapis lors de ces conférences", a-t-il commenté. Il souligne que la FCFA, la Société Santé en français et de nombreuses autres organisations francophones ont travaillé depuis des mois pour s'assurer que la santé des francophones soit discutée lors de la conférence.

M. Gauthier s'est réjouit de voir que le communiqué final comprend un engagement quant à la formation, au recrutement et à la rétention des professionnels de la santé pour les communautés francophones en milieu minoritaire.

"La formation et le recrutement sont un axe très important de notre démarche, étant donné la pénurie actuelle des professionnels de la santé dans nos communautés", a dit M. Gauthier. "L'autre axe très important est celui du financement des services eux-mêmes. Il nous reste encore du travail à faire de ce côté."

Les implications pour les francophones de cette nouvelle entente sur la santé seront discutées lors de la 2e assemblée générale annuelle de la Société Santé en français qui aura lieu du 15 au 17 octobre à Moncton.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l'extérieur du Québec.

La Société Santé en français, fondée en 2002, regroupe des organisations dont le rôle est d'accroître l'accessibilité des soins de santé en français dans toutes les régions du pays.

- 30-

Paul-André Baril, adjoint aux réseaux, Société Santé en français
Tél. : (613) 244-1889
Courriel : info@forumsante.ca

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Les francophones doivent être à l’agenda de la conférence sur la santé

L’amélioration des soins de santé en français dans tout le pays doit être à l’agenda de la conférence intergouvernementale sur la santé qui aura lieu la semaine prochaine à Ottawa, ont dit aujourd’hui les présidents de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, et de la Société Santé en français, Hubert Gauthier.

« La question linguistique a été un enjeu majeur de la dernière campagne électorale. Le Parti libéral y avait d’ailleurs indiqué que son gouvernement, dans les discussions qu’il aura avec les provinces et les territoires et qui mèneront à la signature d’ententes fédérales-provinciales, s’assurera que l’aspect linguistique soit abordé », a rappelé M. Arès. « Nous surveillerons donc avec intérêt les discussions des premiers ministres et la position du gouvernement fédéral. »

M. Gauthier a indiqué que plusieurs provinces ont déjà mis certaines initiatives de l’avant suite aux mesures d’appui contenues dans le Plan d’action pour les langues officielles du gouvernement fédéral afin d’améliorer l’accès à des services de santé pour les communautés francophones en situation minoritaire.

« Présentement, cet appui est transitoire, non-récurrent », a souligné M. Gauthier. « Les besoins identifiés et les projets entrepris exigent une majoration immédiate des sommes prévues par le gouvernement, de même qu’un engagement soutenu et à long terme. »

Ce besoin d’un engagement à long terme a d’ailleurs déjà été transmis au ministre fédéral de la Santé lors des deux dernières conférences annuelles des ministres provinciaux et territoriaux responsables des Affaires francophones. Il a aussi fait l’objet de recommandations précises de deux comités du Parlement du Canada.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que huit organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones à l’extérieur du Québec.

La Société Santé en français, fondée en 2002, regroupe des organisations dont le rôle est d’accroître l’accessibilité des soins de santé en français dans toutes les régions du pays.

- 30-

Paul-André Baril, adjoint aux réseaux, Société Santé en français
Tél. : (613) 244-1889
Courriel : info@forumsante.ca

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La Société nationale de l'Acadie reçoit le prix Boréal de la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a profité de sa 29e assemblée générale annuelle tenue cette fin de semaine à Halifax pour remettre le prix Boréal 2004 à la Société nationale de l'Acadie.

Fondée en 1881, la Société nationale de l'Acadie répondait alors à un besoin exprimé par quelque 5000 Acadiens et Acadiennes des provinces maritimes, qui souhaitaient se doter d'une institution propre à eux, capable de les représenter dans des dossiers d'intérêt commun.

De 1881 à 1955, la Société nationale l'Assomption, comme elle se nommait à l'époque, a tenu un total de 11 grands congrès à des intervalles variant de 3 à 10 ans. Les questions débattues touchaient entre autres l'éducation, l'agriculture, la colonisation, la presse et les problèmes d'émigration.

La SNA a ouvert son premier bureau permanent en 1958. Avec l'émergence vers la fin des années 1960 des différentes associations acadiennes provinciales, elle a diversifié ses actions et, en plus de travailler sur des dossiers interrégionaux, a commencé à développer des liens sur la scène internationale. Elle est alors devenue une fédération formée de trois organismes provinciaux représentant le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard.

En 1986, les francophones de Terre-Neuve et du Labrador sont devenus membres de la SNA, suivies en 1988 par quatre associations jeunesse provinciales. Depuis, la SNA a accueilli des associations affiliées, soit les Amitiés acadiennes, dont le siège social est à Paris, et les associations acadiennes des Îles-de-la-Madelaine, de Louisiane et de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Bien que la Société nationale de l'Acadie ait été une institution de première importance pour l'Acadie depuis la fin du 19e siècle, elle s'est particulièrement distinguée au cours des dernières années, notamment pour son travail dans les dossiers de la reconnaissance des torts causés aux Acadiens et Acadiennes par les déportations de 1755 et 1763 et du 400e anniversaire de l'Acadie. Après 122 ans d'existence, la Société nationale de l'Acadie demeure toujours une institution indispensable au bien-être des Acadiens et Acadiennes de l'Atlantique.

Le président de la SNA, M. Michel Cyr, était à Halifax pour recevoir le prix des mains du président de la FCFA du Canada, M. Georges Arès, et du président de la Société des Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick, M. Jean-Guy Rioux.

Créé par la FCFA, le prix Boréal est remis annuellement en reconnaissance de la contribution essentielle d'une personne ou d'un groupe d'individus qui oeuvre au développement et à l'épanouissement des communautés francophones et acadiennes du Canada.
 

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Les nouveaux ministres de la francophonie ont du pain sur la planche, souligne la FCFA

Ottawa - Le vice-président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, s’est dit satisfait de la nomination de Mme Liza Frulla comme ministre du Patrimoine canadien et M. Mauril Bélanger aux langues officielles.

Mme Frulla arrive à la tête de Patrimoine canadien au moment où ce ministère s’apprête à renouveler les ententes de financement pour le développement des communautés de langue officielle. « L’appui à nos infrastructures communautaires est à toutes fins pratiques gelé depuis six ans, alors que nous devons gérer des dossiers de plus en plus complexes. Il nous faut quelqu’un à Patrimoine canadien qui pourra faire part des besoins de nos communautés au Cabinet et appuyer leur développement », a expliqué M. Rioux.

« Je suis heureux de voir M. Bélanger assumer le rôle de champion des langues officielles au Cabinet. Il s’agit d’un poste clé pour la coordination interministérielle des communautés francophones. Que M. Bélanger ait fait un excellent travail comme président du Comité permanent des langues officielles est de bon augure », a dit M. Rioux.

M. Rioux a bien accueilli le retour au Cabinet de ministres ayant posé des gestes concrets pour appuyer le développement de la francophonie canadienne. Il compte sur Mme Robillard, nommée ce matin au Conseil privé et aux Affaires intergouvernementales, pour poursuivre la mise en oeuvre du Plan d’action pour les langues officielles et favorisera la coopération fédérale-provinciale dans le domaine des langues officielles. Il souhaite aussi que M. Pettigrew, aux Affaires étrangères, appuie les efforts des communautés francophones et acadiennes pour augmenter leur rayonnement au sein de la Francophonie internationale.

M. Rioux a également souligné la présence au Cabinet de M. Stéphane Dion et Mme Claudette Bradshaw, qui ont fait preuve de leur intérêt à l’égard de la francophonie canadienne. « La responsabilité des langues officielles incombe à l’ensemble du gouvernement fédéral. Chaque membre du Cabinet aura l’occasion de contribuer au développement de nos communautés. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts du million de francophones vivant à l’extérieur du Québec.

- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA se réjouit du résultat de l'élection

Ottawa - Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne, Georges Arès, s’est dit soulagé du résultat de l’élection d’hier, qui devrait permettre la formation d’un gouvernement libéral minoritaire.

« Les libéraux ont une bonne feuille de route, avec notamment le Plan d’action pour les langues officielles, et ils ont renouvelé leur engagement à l’égard des langues officielles au cours de la campagne électorale. M. Martin lui-même s’est montré ouvert à aller encore plus loin, citant le secteur de la santé en français lors du débat télévisé », a dit Georges Arès. « Nous avons de bonnes relations avec le Bloc québécois et le Nouveau parti démocratique, qui sont en général sympathiques aux revendications des francophones de tout le pays. Je suis confiant que nous pourrons bien travailler avec ce gouvernement. »

« Nous avons du travail à faire avec le Parti conservateur. Son approche vis-à-vis les langues officielles doit évoluer s’ils veulent espérer une plus grande proportion du vote francophone, en fait des électeurs et électrices de toutes les origines pour qui la dualité linguistique est une composante importante de l’identité canadienne », estime M. Arès.

M. Arès est heureux de la réélection d’un grand nombre de députés ayant posé des gestes concrets en faveur des actions de la FCFA et des revendications des communautés francophones et acadiennes. Plusieurs députés nouvellement élus s’ajoutent également à ce groupe d’alliés des francophones.

« Ce sont des gens qui se sont montrés efficaces et engagés à l’égard de nos communautés. Leur présence au sein du nouveau Parlement est un atout inestimable », a souligné M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.


- 30-

Serge Quinty, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : s.quinty@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Les francophones doivent compter des alliés dans chaque parti, dit la FCFA

This page is available in English

Les francophones vivant en milieu minoritaire doivent pouvoir compter sur des alliés au sein de tous les partis représentés à la Chambre des communes, estime le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne, Georges Arès.

M. Arès demande aux francophones d'élire des hommes et des femmes qui ont une vision d'un Canada où les deux langues officielles jouissent d'une égalité réelle. " Nous avons toujours travaillé avec tous les partis présents à la Chambre des communes. Dans un contexte où un gouvernement minoritaire est possible, cela devient encore plus important de le faire. Il nous faudra donc pouvoir compter sur des gens qui sont sensibles aux besoins des minorités francophones de tout le pays et qui se sont montrés engagés envers leur développement ", a-t-il dit.

" Tous les partis politiques nationaux devraient reconnaître la dualité linguistique comme l'une des valeurs fondamentales du Canada et appuyer le développement des communautés francophones en milieu minoritaire. Pourtant, les chefs ne se sont que très peu prononcés sur les besoins de nos communautés ", rappelle M. Arès qui aurait aimé voir les chefs des différents partis proposer publiquement de nouvelles initiatives pour appuyer le développement de la francophonie canadienne.

" Les réponses à notre questionnaire nous ont cependant aidé à faire une bonne évaluation de la position des partis. Les libéraux misent beaucoup sur le Plan d'action pour les langues officielles; le Bloc québécois, malgré certains points de désaccord, continuera à défendre nos communautés dans plusieurs dossiers; finalement, le NPD ne donne que peu de détails, mais est très sympathique à nos revendications. "

" Les conservateurs affirment leur intention de se conformer à la Loi sur les langues officielles, mais sont évasifs quand vient le temps de se prononcer sur de nombreux enjeux qui préoccupent nos communautés, tels le Plan d'action pour les langues officielles, l'amélioration des soins de santé en français et le financement des organismes appuyant le développement de nos communautés. La volte-face de M. Harper sur les obligations linguistiques d'Air Canada n'est que l'exemple le plus récent du manque de vision qui existe au sein de ce parti quant à la dualité linguistique canadienne ", constate M. Arès. " Nous savons cependant que certaines personnes travaillent à l'intérieur du parti pour améliorer sa politique linguistique, car nous percevons des changements positifs dans la position du parti depuis le début de la campagne. "

" Nous devrons donc travailler avec tous les partis politiques, dès le lendemain des élections. La présence de députés qui comprennent la dynamique de nos communautés dans chaque parti nous aiderait grandement ", a conclut M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courier: r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Le silence de M. Harper laisse les francophones sans réponses

Le silence du chef du Parti conservateur du Canada sur les langues officielles dans le cadre du débat télévisé et du questionnaire sur les enjeux francophones laisse les francophones de l'extérieur du Québec sans réponses, a souligné ce matin le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

"M. Harper a mentionné les services de Radio-Canada pour tout le Canada et souligné ses efforts pour apprendre à parler français", a dit M. Arès. "Cela est quelque peu encourageant, mais cela ne fait rien pour apaiser la controverse au sujet des intentions des conservateurs quant aux programmes d'appui aux communautés de langue officielle et du bilinguisme dans la fonction publique."

D'ailleurs, le Parti conservateur du Canada est le seul grand parti politique fédéral à avoir négligé de répondre au questionnaire de la FCFA. M. Arès s'est dit déçu de voir que M. Harper n'a pas saisi les opportunités offertes par le débat et le questionnaire pour dissiper les doutes des francophones.

Réponses au questionnaire

"J'aurais aimé que M. Martin élabore sur les questions qui touchent le développement des communautés francophones et acadiennes de tout le pays. Ceci dit, d'après les réponses au questionnaire, on voit que les libéraux ont une bonne vision de la dualité linguistique. Le Plan d'action pour les langues officielles, s'il est pleinement mis en oeuvre, est effectivement un pas important vers l'égalité des deux communautés linguistiques", a convenu M. Arès. "Que M. Martin ait l'intention d'aller plus loin dans le secteur de la santé en français est une excellente nouvelle. Il nous faudra bâtir là-dessus et le convaincre d'étendre l'action du gouvernement dans d'autres secteurs, notamment au niveau d'un financement adéquat pour les organismes de développement de la francophonie canadienne."

Par ailleurs, M. Arès a souligné l'efficacité du Bloc québécois pour défendre certains dossiers de la francophonie. "Leur opposition à toute condition attachée aux transferts budgétaires aux provinces est un point de désaccord, mais les députés du Bloc sont effectivement intervenus à plusieurs reprises pour appuyer les revendications de nos communautés. Leurs réponses au questionnaire et les interventions de M. Duceppe lors du débat indiquent qu'ils entendent continuer de jouer ce rôle."

Quant au Nouveau Parti démocratique et son chef, Jack Layton, ils appuient fermement les principes de développement des communautés francophones et acadiennes que nous mettons de l'avant, de même que la bonification du financement de nos organismes et de Radio-Canada ", a souligné M. Arès. "Je souhaiterais cependant les voir afficher cet appui à la dualité linguistique beaucoup plus ouvertement. Leur plate-forme de campagne est muette à ce sujet."

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Harper doit jouer franc jeu avec les francophones, dit la FCFA

Le chef du Parti conservateur du Canada, Stephen Harper, doit jouer franc jeu avec les francophones et dire clairement quel sort il réserve au développement des communautés de langue officielle, a dit aujourd'hui le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

M. Arès a indiqué qu'il avait d'abord été encouragé par l'ouverture que M. Harper semblait démontrer à l'égard de la dualité linguistique, mais qu'il a déchanté suite aux déclarations du chef conservateur lundi. M. Harper aurait notamment indiqué que ses idées sur les langues officielles ne sont pas différentes de celles avancées jadis par le Reform Party et l'Alliance canadienne.

M. Arès estime que si l'objectif du chef conservateur était de rassurer les francophones, il a échoué. "M. Harper doit se distancer clairement des politiques du Reform qui visaient rien de moins que la suppression des droits des francophones à l'extérieur de quelques enclaves en Ontario et au Nouveau-Brunswick. La campagne est encore jeune, il devra prendre l'occasion de le faire", a-t-il ajouté. Sa visite de jeudi et vendredi à Winnipeg, qui abrite une importante communauté francophone, serait une bonne occasion d'élaborer sur sa vision du développement des communautés francophones en milieu minoritaire.

"S'il dit que la politique de bilinguisme doit être appliquée de façon juste et équitable, il doit préciser ce qu'il entend par là. Est-il pleinement engagé à l'égard du développement des communautés francophones de tout le pays?", s'interroge M. Arès.

M. Arès a cependant reconnu que les commentaires de M. Harper ont le mérite d'avoir fait des langues officielles un enjeu de la campagne électorale. "Les autres chefs peuvent difficilement ignorer cette question, maintenant que M. Harper l'a mise sur la sellette", a dit M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600 Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Retour

Langues officielles
Les chefs de parti devront clarifier leurs intentions, dit la FCFA

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et ses associations membres profiteront de la campagne électorale fédérale pour tester le consensus politique qui semble avoir émergé au sujet de la dualité linguistique canadienne, a dit aujourd'hui le président de la FCFA, Georges Arès.

" Si l'on se fie aux déclarations des chefs fédéraux et aux positions de leur parti, la reconnaissance de la dualité linguistique comme l'une des valeurs fondamentales du Canada jouit d'un très large consensus, " estime M. Arès, qui souligne en outre que les politiciens ne font ainsi que refléter l'opinion d'une très large part de la population. " Nous voulons cependant nous assurer qu'ils ont la volonté de traduire cet engagement en réalisations concrètes. "

" Le gouvernement libéral a lancé plusieurs initiatives importantes pour appuyer la dualité linguistique et le développement des communautés de langue officielle, depuis l'élection fédérale de 2000, avec notamment, la nomination d'un ministre responsable pour les langues officielles, le Plan d'action pour les langues officielles et l'implication de plusieurs ministères dans le développement des communautés francophones et acadiennes, " a souligné M. Arès. " Mais nous voulons savoir si M. Martin compte aller plus loin ou s'il se contentera de mettre en oeuvre ce qui a déjà été annoncé. "

Au terme de la campagne fédérale de 2000, M. Arès avait déclaré que l'élection de l'Alliance canadienne ramènerait les francophones 30 ans en arrière. " Je suis heureux d'entendre M. Harper dire qu'il respectera avec fierté et conviction l'esprit et la lettre de la Loi sur les langues officielles, maintenant qu'il est chef du nouveau Parti conservateur. Mais nous devons savoir si son engagement est réellement profond, surtout au niveau du financement nécessaire au développement de nos communautés et du leadership que le gouvernement fédéral doit assumer dans ce domaine, " a dit M. Arès.

Rappelons que l'Alliance canadienne avait indiqué en 2000 qu'un gouvernement allianciste se retirerait de tout programme d'appui aux langues officielles dans les domaines de juridiction provinciale et remettrait en question les programmes de développement communautaire.

" Du côté du Bloc québécois, quelques députés ont contribué à l'avancement des dossiers des communautés francophones et acadiennes en milieu minoritaire, mais on a peu entendu leur chef Gilles Duceppe à ce sujet, " a dit M. Arès.

" Quant au Nouveau parti démocratique, si le chef Jack Layton est en principe sympathique aux droits des francophones, il ne s'est que rarement prononcé sur les enjeux importants pour nos communautés, " a conclu M. Arès. Les politiques du NPD indiquent que les minorités francophones et acadiennes doivent pouvoir assurer leur propre développement.

" La mise en oeuvre du Plan d'action pour les langues officielles, le renouvellement du financement d'appui aux minorités de langue officielle et le leadership du gouvernement fédéral à l'égard du développement en partenariat des communautés francophones, sont tous des enjeux sur lesquels nous tenterons d'obtenir des prises de positions claires de la part des chefs, " a dit M. Arès.

La FCFA enverra la semaine prochaine un questionnaire portant sur les enjeux des communautés francophones et rendra les réponses publiques au cours de la campagne. D'autres interventions publiques pourraient également avoir lieu au cours de la campagne.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Bilinguisme dans les commerces locataires du gouvernement fédéral
La FCFA interviendra auprès du gouvernement fédéral

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, interviendra auprès du gouvernement fédéral pour s’assurer qu’il voit à ce que les commerces louant des espaces dans les édifices gouvernementaux de la capitale nationale respectent les clauses linguistiques incluses dans leur bail, suite à la publication hier d’un rapport à ce sujet par la commissaire aux langues officielles.

« Il me semble qu’il serait facile d’avoir de bien meilleurs résultats que ceux révélés par Mme Adam hier. Nous aborderons certainement cette question dans les discussions que nous avons avec le ministre responsable des langues officielles dans le cadre la mise en oeuvre du Plan d’action pour les langues officielles », a indiqué le président de la FCFA. « C’est un bon exemple de geste simple que le gouvernement fédéral peut poser pour appuyer la dualité linguistique canadienne et affirmer son leadership dans ce domaine. »

Comme Mme Adam, M. Arès croit que les deux agences gouvernementales concernées, soit la Commission de la capitale nationale et Travaux publics et Services gouvernementaux, doivent s’entendre sur un mécanisme qui leur permettra de voir à ce que les conditions des baux soient respectées. « Ce qui me surprend le plus dans cette histoire, c’est de constater que le gouvernement fédéral laisse passer cette opportunité de faire la promotion de la dualité linguistique dans la capitale », a dit M. Arès.

M. Arès s’étonne de voir le peu d’empressement de certains commerçants à l’égard du bilinguisme dans la capitale nationale. « Je viens à Ottawa depuis longtemps et j’ai pu constater que l’on entend de plus en plus parler français dans la rue, même chez les jeunes. Il est regrettable que plus de commerçants ne suivent pas d’eux-mêmes cette tendance, même si certains groupes de gens d’affaires ont fait des efforts de promotion du service bilingue au cours des dernières années. »

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La francophonie canadienne en vedette sur trois continents

Des délégations d'artistes et de personnes représentant les communautés francophones et acadiennes en milieu minoritaire et le gouvernement canadien, se rendront en Amérique du Sud, en Afrique et en Europe de l'Est jusqu'au 24 mars pour y faire la promotion de la vitalité de la francophonie canadienne.

Cette tournée est le fruit d'un partenariat entre la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada et les Rendez-vous de la Francophonie, appuyés par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Elle a été organisée afin de sensibiliser les pays ciblés au dynamisme des communautés francophones en situation minoritaire au Canada, et la FCFA en collaboration avec Citoyenneté et Immigration Canada offriront un volet favorisant l'immigration au sein de celles-ci.

" Nous voulons étendre nos efforts de promotion au-delà des pays qui sont déjà bien conscients de la vitalité des communautés francophones et acadiennes du Canada ", a souligné Georges Arès, président de la FCFA du Canada. " Plusieurs pays d'Amérique du Sud, d'Afrique et d'Europe de l'Est comptent de nombreux parlants français, mais certains d'entre eux n'ont été que très peu exposés à la réalité linguistique canadienne. "

Des représentants des communautés et de Citoyenneté et Immigration Canada accompagneront les artistes dans leur tournée de promotion lorsqu'ils se rendront en Amérique du Sud et en Europe de l'Est, pour offrir des séances d'information sur les communautés francophones en situation minoritaire au Canada et sur les services disponibles aux immigrants de langue française.

M. Edmond Labossière et Mme Renée Champagne agiront en tant que représentants des communautés.

M. Labossière, jusqu'à récemment coordonnateur national des Affaires francophones intergouvernementales, se rendra au Brésil, en Uruguay et en Argentine, du 5 au 16 mars. Quant à Mme Champagne, vice-présidente, Affaires collégiales et communautaires au Collège Boréal à Sudbury et membre du Comité directeur Communautés francophones en situation minoritaire et Citoyenneté et Immigration Canada, se rendra en Pologne, en République Tchèque, en Slovaquie, en Hongrie et en Roumanie, du 14 au 24 mars.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Cause Casimir sur l'accès à l'école anglaise au Québec
Les francophones défendent leurs droits scolaires en Cour suprême du Canada

This page is available in English

Un total de six organismes représentant les francophones vivant en milieu minoritaire ont déposé hier leurs mémoires à la Cour suprême du Canada dans une cause opposant le gouvernement du Québec à des citoyens désirant inscrire leurs enfants à l'école de langue anglaise.

" Nous reconnaissons certainement que le Québec a le droit de prendre des mesures exceptionnelles pour encourager le développement de la langue française ", a précisé le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès. " Ceci dit, nous devons nous opposer à une partie de l'argumentation utilisée par le Procureur général du Québec qui prétend que les gouvernements provinciaux peuvent intervenir pour déterminer les catégories de personnes ayant droit à l'enseignement dans la langue de la minorité. Si la Cour acceptait cette interprétation, cela pourrait avoir des conséquences graves sur les minorités francophones partout au pays. "

M. Arès estime cependant que gouvernement du Québec peut gagner sa cause avec d'autres arguments, sans pour autant miner les droits des francophones ailleurs au pays.

" Nous souhaitons donc que le gouvernement du Québec puissent utiliser les moyens nécessaires pour protéger et promouvoir la langue française, mais nous tenons à ce que la Cour rejette leur interprétation portant spécifiquement sur le pouvoir d'intervention des provinces dans cet aspect précis de la gestion scolaire ", a précisé M. Arès. " Le Procureur général du Québec utilise d'autres arguments qui nous semblent valables. Par exemple, étant donné l'importance d'une francophonie forte et vibrante au Québec pour la survie du français ailleurs au pays, nous sommes d'accord avec le gouvernement du Québec pour dire qu'il peut imposer certaines limites raisonnables à l'accès à l'école anglaise sur son territoire. Cette interprétation est permise par l'article 1 de la Charte canadienne des droits et libertés qui souligne que les droits qui y sont inclus peuvent être restreints selon des limites raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d'une société libre et démocratique. "

En plus de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, les groupes francophones suivants ont obtenu le statut d'intervenant en Cour suprême : la Fédération des associations de juristes d'expression française de common law inc, la Commission nationale des parents francophones, la Fédération nationale des conseils scolaires francophones, l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques et l'Association des conseillers(ères) des écoles publiques de l'Ontario.

" Il s'agit d'une cause importante pour nos droits scolaires, c'est pourquoi les organismes francophones font front commun dans ce dossier ", a expliqué M. Arès. " Comme c'était le cas dans la cause concernant l'Hôpital Montfort en Cour d'appel de l'Ontario, chaque intervenant a un argument spécifique à développer, mais nous avons tous le même objectif : conserver la pleine gestion de nos systèmes scolaires. "

L'audience de la Cour suprême dans cette cause auront lieu le 22 mars.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Décès de M. Claude Ryan
La francophonie canadienne perd un grand ami, dit la FCFA

Le décès de M. Claude Ryan prive la francophonie canadienne d'un ami et un allié précieux, a dit aujourd'hui le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

" Fait peu connu au Québec, Claude Ryan a été un ami des francophones vivant en milieu minoritaire depuis près de 50 ans ", a souligné M. Arès. " Il a visité un bon nombre de nos communautés alors qu'il travaillait à l'Action catholique dans les années 40 et 50. Par la suite, M. Ryan a continué de s'intéresser à la francophonie canadienne et n'a jamais hésité à nous appuyer. "

Claude Ryan a siégé au sein de plusieurs comités consultatifs mis sur pied par la FCFA du Canada au cours des quinze dernières années. Le président de la FCFA et l'ancien chef du Parti libéral du Québec ont d'ailleurs discuté la semaine dernière du projet de Centre de la francophonie dans les Amériques, qui devrait voir le jour à Québec au cours des prochaines années.

" M. Ryan était en quelque sorte un conseiller spécial de la Fédération, quelqu'un qui pouvait nous éclairer sur une grande variété d'enjeux. Il intervenait d'abord à titre consultatif, mais il n'a pas hésité à appuyer nos causes publiquement lorsque c'était nécessaire ", a rappelé M. Arès, citant les sorties publiques de M. Ryan dans la défense de l'hôpital Montfort d'Ottawa.

Le Bureau de direction et le personnel de la FCFA du Canada tiennent à offrir leurs condoléances à la famille de M. Ryan.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

Un discours du Trône encourageant pour les francophones, dit la FCFA

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, a réservé un bon accueil à l'engagement pris par le gouvernement fédéral à l'égard de la dualité linguistique dans le Discours du Trône aujourd'hui.

« Je suis heureux de constater que la dualité linguistique est une priorité de la nouvelle équipe gouver-nementale et du premier ministre Paul Martin », a dit M. Arès. « Le Discours du Trône reconnaît que les communautés francophones et acadiennes doivent disposer des outils nécessaires pour contribuer pleinement à l'essor de la société canadienne. »

Avec cet engagement, le président de la FCFA du Canada s'est dit confiant que le gouvernement fédéral procédera à la mise en oeuvre du Plan d'action pour les langues officielles annoncé l'année dernière et que son financement sera maintenu dans le prochain budget du ministre des Finances, Ralph Goodale. Interrogé à ce sujet la semaine dernière à Régina, M. Goodale a d'ailleurs indiqué que le plan d'action demeurerait intact.

« Au-delà du financement, il faut s'assurer que tous les fonctionnaires impliqués, tant en région qu'à Ottawa, comprennent leurs responsabilités dans le cadre de l'engagement du gouvernement fédéral à l'égard de la dualité linguistique. Ils doivent consulter les communautés, comprendre leurs besoins et démontrer qu'ils posent des gestes concrets dans le but d'y répondre », a dit M. Arès.

Le Discours du Trône prononcé aujourd'hui par la gouverneure générale indique que « La dualité linguistique est au coeur de l'identité du pays. Elle nous caractérise aux yeux du monde. Elle nous y ouvre des portes. Le gouvernement veillera à valoriser cet atout dont bénéficie l'ensemble des Canadiens. Il s'assurera que les groupes minoritaires de langue officielle disposent des outils nécessaires afin que leurs membres puissent pleinement contribuer à l'essor de notre société.»

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l'extérieur du Québec.

Le Discours du Trône est disponible sur le web à l'adresse suivante : www.gg.ca/menu_f.asp
 

- 30-

Tél. : (613) 241-7600
Téléc. : (613) 241-6046
Courriel : info@fcfa.ca
Web : www.fcfa.ca

Retour

Retour

 

Discours du Trône
Le gouvernement doit réaffirmer son engagement à l’égard de la dualité linguistique, dit la FCFA

Le gouvernement fédéral doit profiter du Discours du Trône pour réaffirmer son engagement à l’égard de la dualité linguistique et au développement des communautés de langue officielle, estime le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès.

« Le Discours du Trône énoncera les priorités auxquelles le gouvernement s’attaquera au cours des prochains mois. Le développement de nos communautés et en particulier la mise en oeuvre rapide et efficace du Plan d’action pour les langues officielles, annoncé le printemps dernier, doivent être à l’agenda de l’équipe Martin », a dit Georges Arès.

Même si M. Arès s’est dit confiant de voir la dualité linguistique incluse dans le Discours du Trône, il craint que le financement annoncé, l’année dernière, pour le Plan d’action pour les langues officielles ne soit amputé. Le gouvernement s’était alors engagé à investir 751 M $ sur cinq ans pour sa mise en oeuvre.

« Couper les fonds maintenant serait un geste inacceptable de la part du nouveau cabinet. De plus, plusieurs ministères et agences gouvernementales ont commencé à tenir compte du Plan d’action dans leur activités et à élaborer des projets. Chacune de nos communautés a produit son plan de développement global. Si le gouvernement n’engage pas les fonds prévus, nous aurons manqué une chance historique d’améliorer de façon significative la place de la dualité linguistique au sein de la société canadienne », a dit M. Arès.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA voudrait une capitale nationale bilingue en 2004

Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Georges Arès, souhaite que le statut bilingue d’Ottawa soit reconnu par le gouvernement ontarien avant la fin de l’année.

M. Arès s’est dit encouragé par le texte d’une lettre adressée au sénateur franco-ontarien Jean-Robert Gauthier par la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur. La ministre y indique que le gouvernement ontarien a l’intention de répondre favorablement à la demande du conseil municipal d’Ottawa, qui désire voir le statut bilingue de la capitale bénéficier d’une reconnaissance législative. Les libéraux ontariens en avaient d’ailleurs fait un engagement électoral.

« Alors que nous nous apprêtons à célébrer les 400 ans de présence française en Amérique, une reconnaissance du statut bilingue de la capitale serait un puissant symbole pour l'ensemble de la francophonie canadienne et de la société canadienne en général », a souligné M. Arès. Il y voit également une garantie importante pour la population francophone d’Ottawa, qui verrait ainsi leur services municipaux en langue française jouir d’une protection législative.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Retour

La FCFA choisit Pierre Bhérer pour diriger son bureau au Québec

Monsieur Pierre Bhérer vient tout juste d’entrer en poste comme nouveau directeur du bureau au Québec de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, a annoncé ce matin le président de l’organisme, Georges Arès.

« Les compétences de M. Bhérer et la connaissance qu’il a des réseaux associatifs québécois sont des atouts précieux pour la FCFA du Canada, alors que nous entamons un rapprochement marqué avec le Québec», a souligné M. Arès. « Je suis très heureux de l’accueillir au sein de l’équipe. »

Pierre Bhérer, en poste dès ce matin, remplace Me François Boileau qui a dirigé le bureau du Québec de la FCFA du Canada de 1997 à 2003. Me Boileau a quitté la FCFA en 2003 pour joindre l’équipe de conseillers juridiques de la Commissaire aux langues officielles.

Au cours des quatre dernières années, Monsieur Bhérer a occupé le poste de directeur des communications à la Fondation de l’entrepreneurship. Communicateur chevronné, il est également un habitué des milieux gouvernementaux et associatifs québécois. Il est actif depuis plusieurs années dans le domaine des relations entre le Québec et les communautés francophones en milieu minoritaire.

La FCFA du Canada a ouvert son bureau au Québec en 1988 pour aider à renforcer les liens qui existent entre les francophones du Québec et d’ailleurs au pays, de même que pour établir des relations de partenariat avec le gouvernement québécois.

Le nouveau directeur du bureau au Québec entre en poste alors que le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes du Québec, Monsieur Benoît Pelletier, s’apprête à consulter les communautés francophones et acadiennes au sujet de plusieurs projets d’envergure, notamment l’établissement d’un Centre de la Francophonie dans les Amériques et le renouvellement de la Politique d’appui du Québec à l’égard des communautés francophones et acadiennes du Canada, qui est en place depuis 1995.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que sept organismes nationaux ayant le statut de membres associés. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

Pierre Bhérer
Directeur du bureau du Québec de la FCFA du Canada

Pierre Bhérer combine de nombreuses années d’expérience en communication et en planification stratégique, en plus d’être impliqué activement dans le domaine de la coopération entre la société civile québécoise et les communautés francophones et acadiennes en milieu minoritaire. Il a été choisi comme directeur du bureau au Québec de la FCFA du Canada au mois de janvier 2004.

M. Bhérer occupait, depuis 1999, le poste de directeur des communications à la Fondation de l’entrepreneurship, un organisme québécois. Parmi ses autres expériences professionnelles, notons qu’il a été éditeur et rédacteur en chef de la revue Occasions d’affaires (1993-98), administrateur de l’Association québécoise de la franchise (1994-97), conseiller politique au Cabinet du ministre de la Justice et des Affaires intergouvernementales canadiennes du Québec (1991-93) et directeur général du Regroupement des télévisions communautaires et locales du Québec (1988-91).

Depuis l’an 2000, M. Bhérer est membre du Comité de mise en oeuvre de la Politique à l’égard des communautés francophones et acadiennes du Canada du Secrétariat aux Affaires intergouvernementales canadiennes du Québec. Il continuera à y siéger, en tant que représentant de la FCFA du Canada.

Détenteur de diplômes de deuxième cycle universitaire en administration internationale (École nationale d’administration publique) et en communication (Université Concordia), M. Bhérer possède également un baccalauréat en géographie de l’Université Laval.

- 30-

Robin Cantin, directeur des communications, FCFA du Canada
Tél. : (613) 241-7600
Cell. : (613) 286-4820
Courriel : r.cantin@fcfa.franco.ca
Site Web : www.fcfa.ca

Pierre Bhérer, directeur du bureau au Québec, FCFA du Canada
Tél. : (418) 692-5752
Courriel : quebec@fcfa.franco.ca

Retour

 

Bureau au Québec

43, rue de Buade, bureau 460
Québec (Québec) G1R 4A2
Canada

Téléphone: 418.692.5752
Télécopieur: 418.692.5820

Courriel: fcfaquebec@videotron.ca

Siège social

450, rue Rideau, bureau 300
Ottawa (Ontario) K1N 5Z4
Canada

Téléphone. : 613.241.7600
Télécopieur. : 613.241.6046

Courriel : info@fcfa.ca

Suivez-nous sur



Ce site a été réalisé avec le soutien financier du ministère du Patrimoine canadien

© Tous droits réservés 2018 Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada